Pour le père de Dusan Ivkovic, le basket était un sport de filles et de gays

Sacha RUTARD
0

Dusan Ivkovic, 77 ans, est l’une des grandes légendes du basket européen. Il a gagné comme coach trois Eurobasket, une Coupe du Monde, deux Euroleague et une quantité d’autres trophées. Il a pris sa retraite en 2016.

Il a récemment accordé une longue interview au portail russe sports.ru  dans laquelle il raconte que son père voyait sa passion pour le basket d’un mauvais oeil.

« Mon frère et moi étions intéressés par le basket-ball depuis longtemps. Nous avions 13-14 ans. Mon père, un docteur en droit, nous regardait toujours derrière un grand arbre et disait à ma mère: «Écoute, je ne comprends pas ce qu’ils font là avec le ballon, sautant comme des singes. Son idée était que ses enfants deviennent des combattants, des gladiateurs. Il convient que les hommes jouent au football ou pratiquent la boxe ou la lutte. Donc personne n’a vu dans le basket le spectacle super athlétique qu’il est devenu aujourd’hui. On nous a dit que c’était un jeu pour les filles et les gays. C’est ce que disaient mes amis des clubs de football et de boxe. Et regardez ce qui se passe maintenant: les basketteurs sont un modèle d’entraînement physique et psychologique. Le basket m’a attiré en un coup d’œil.”

Dusan Ivkovic raconte qu’il y avait une clause dans son contrat où il exigeait qu’il puisse élever chez lui des… pigeons.

” Oui, mon père a dit que “celui qui surveille les pigeons est toujours dans les nuages ​​”. Les pigeons ont été avec moi toute ma vie: j’élève des pigeons serbes de haut vol et dans chaque contrat, il était prescrit qu’il devrait y avoir une place pour les pigeons dans ma maison . Malheureusement, à Moscou, c’était impossible: il fait trop froid là-bas . “

L’ancien coach serbe explique par ailleurs qu’il est toujours resté dans des clubs situés à l’Est de l’Europe.

« Tout a vraiment changé, à mon avis, lorsque Zelko Obradovic et moi avons réussi à influencer le basket grec: nous avons formé de nombreux joueurs de l’équipe grecque qui ont ensuite réussi à briller avec leur équipe nationale. Grâce à cela, j’ai développé de très bonnes relations avec de nombreuses personnes.  J’ai constamment reçu des offres d’Italie et d’Espagne, mais j’ai décidé de rester dans cette région, dans la partie orientale des Balkans. J’y ai travaillé pendant 16 ans. De là, je ne suis allé en Russie que lorsque j’ai travaillé au CSKA et au Dynamo . »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

novembre 2020
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements