Le témoignage de Yelena Leuchanka, la joueuse emprisonnée pour avoir manifesté contre le président biélorusse

Sacha RUTARD
0

Le site russe Sport.ru a donné longuement la parole à Yelena Leuchanka, cette internationale biélorusse, ancienne joueuse d’Euroleague et de WNBA, qui a été emprisonnée durant deux semaines pour avoir participé à des manifestations pacifiques contre le dictateur Alexandre Loukachenko avec notamment des artistes, des journalistes et d’autres athlètes. Voici quelques extraits de son saisissant témoignage :

Sur les raisons qui l’ont poussée à manifester :

“Nos revendications dès le début étaient simples et claires : arrêter la falsification des élections, libérer les prisonniers politiques, soutenir ceux qui étaient soumis à la répression. Nous avions six points. On nous dit souvent que nous avons trahi le pouvoir. Mais, voyez-vous, les autorités font de telles choses actuellement… Et où est la conscience? Où est l’humanité ? Il existe une Constitution qui garantit à chaque citoyen le respect de ses droits. Vous devez soutenir les autorités dans tout ce qui se passe ? Pour moi et pour les athlètes qui ont signé l’appel, la réponse est évidente. Comment pouvez-vous dormir quand cela se produit et comment vous pouvez être d’accord avec cela ? Je ne sais pas (…) Vous savez, certaines personnes demandent à ne pas être liées à la politique. Mais nous sommes tous déjà dans la politique, car le pays est maintenant en défaut juridique. Par exemple, la Constitution nous permet de participer librement à des manifestations pacifiques, mais il s’avère que nous devons nous adresser aux autorités, faire une déclaration et attendre une décision pour savoir si elles nous autoriseront à partir. De quoi parle-t-on? Du XXIe siècle, du centre de l’Europe. (…) Quand je vais à des marches, les gens me reconnaissent. Il est très important pour moi de communiquer avec eux. Une fois, une femme est venue me voir et m’a demandé pourquoi nos athlètes les plus célèbres étaient silencieux. J’ai répondu que je ne pouvais pas être responsable des autres, peut-être qu’ils pensaient perdre quelque chose. Elle m’a regardée et m’a dit: “Elena, mais qu’est-ce qu’on a à perdre?” Je n’oublierai jamais cela.”

Sur la journée du 30 septembre où elle a été arrêtée:

“Je n’ai pas terminé le 29 septembre, je ne suis pas allée me ​​coucher. J’allais m’envoler pour la Grèce, où j’ai l’opportunité de subir une rééducation et de m’entraîner avec l’équipe. L’avion était tôt, à 8 heures du matin, mon père m’a emmenée à l’aéroport, a pris la voiture et est rentré chez moi. Et avant l’entrée du terminal, j’ai vu une voiture de police, qui n’était pas tournée dans le sens de la circulation, mais contre elle. Il était clair qu’ils cherchaient quelqu’un. Mais je m’en suis rendu compte plus tard. Je suis allée à l’aéroport et suis allée faire mes valises. Je les ai enveloppés dans du cellophane et j’étais prête à aller à l’enregistrement, mais quelqu’un m’a tapotée l’épaule. Je me suis retournée, il y avait un policier qui a dit que, malheureusement, il devait me détenir. J’ai demandé pourquoi, mais il était déjà évident que notre participation à des manifestations était la raison principale. Il m’a répondu ainsi (…) Toutes mes affaires ont été poussées dans la voiture et ils voulaient que je me mette au milieu comme une criminelle, avec des policiers qui étaient assis à côté de moi des deux côtés (…) Au début, je ne savais même pas que j’aurais un procès. Quand j’ai été amenée au poste de police, j’ai demandé un avocat, mais ils me l’ont refusé et m’ont proposé de me familiariser avec les pièces du dossier. J’ai répondu que, naturellement, je ne le ferais pas sans avocat. Après un certain temps, ils m’ont emmenée quelque part, mais ils ne m’ont pas dit où. Ce n’est que lorsque nous avons approché Akrestino que j’ai réalisé que c’était une prison. J’ai été envoyée au service d’isolement. J’ai essayé de savoir combien de choses je devais emporter dans le sac avec moi dans la cellule, alors j’ai demandé pour combien de temps j’étais ici. Ils ont répondu que, très probablement, pendant une journée, puis je serai condamné à une amende et libérée.”

Sur son séjour en prison:

“J’ai d’abord été envoyée dans un “deux-place” qui sentait très sale et qui était dégoûtant. Il y avait une femme qui sentait fortement l’alcool. Il y avait des lits superposés dans la cellule, il n’y avait pas de matelas. J’ai compris que ce n’était pas une station balnéaire, mais au moins j’avais besoin de dormir sur un matelas et d’utiliser de l’eau chaude. J’ai été rapidement transféré dans une autre cellule avec un matelas, mais les problèmes ne faisaient que commencer. Il y avait des matelas et de l’eau chaude dans le service d’isolement, puis j’ai été transférée dans le bâtiment d’en face, le Centre d’isolement des délinquants. La première nuit, nous étions quatre, il y avait de l’eau chaude, les toilettes étaient tirées (…) Mais le 2 octobre, après le petit déjeuner, le gardien nous a dit de rouler les matelas et de les rendre. Nous n’avons jamais revu de matelas (…).”

Sur son état d’esprit aujourd’hui :

“Mon avocat m’a abordée lors du procès et m’a demandé ce qu’il pouvait faire pour moi. J’ai répondu que la meilleure chose à faire maintenant est de faire connaître toute cette situation et de parler autant que possible de ce qui se passe en Biélorussie. Après cela, les gars ont commencé à écrire très activement sur mon arrestation, cela a été diffusé par d’anciens et actuels joueurs de l’équipe nationale, d’autres athlètes, des fédérations européennes, la WNBA, de nombreux joueuses de classe mondiale avec lesquels j’ai déjà joué et même de jeunes basketteuses qui n’ont commencé que récemment à participer à la WNBA. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à une telle réaction. C’est très agréable, mais l’essentiel est que cela donne de la publicité non seulement à ce qui m’est arrivé, mais à ce qui se passe en général. De plus en plus de gens ont commencé à prêter attention à ce qui se passe en Biélorussie (…) Je suis citoyenne de la République de Biélorussie, j’ai mon passeport avec moi, je n’ai pas renoncé à ma citoyenneté. Je n’ai commis aucun crime, je ne vois aucune raison de m’enfuir et de me cacher. Maintenant, je suis en Grèce parce que je veux jouer: j’ai souffert du coronavirus, et bien que j’étais malade sous une forme légère, je peux toujours le ressentir. Ce n’est pas si facile de revenir après un mois et demi à mon âge. Alors j’essaye de me mettre en forme. Mais un jour je reviendrai certainement, j’ai une famille à Minsk. Bien sûr, je peux être à nouveau détenu illégalement, mais j’essaie de vivre pour le présent et de ne pas penser à l’avenir. Je donne des interviews et je parle de ce qui se passe, car c’est vraiment effrayant et on ne peut pas rester silencieux.”

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

décembre 2020
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements