TJ Parker (coach de l’ASVEL): “Ma chance est venue et je dois juste être prêt”

Théo Tetard
0

À 36 ans, T.J. Parker de LDLC ASVEL est le plus jeune head coach de l’Euroleague, mais la jeunesse n’est qu’un des défis qu’il doit relever en tant que coach principal débutant qui tente d’amener son équipe au plus haut niveau du basket-ball européen. Dans une interview donnée au site de l’Euroleague, le frère du président du club revient sur cette inexpérience qui handicape lui et son équipe.

“C’est l’histoire de notre saison”, a déclaré Parker après la défaite de mardi face à Olympiakos, en prolongation. “Je pense que nous avons eu deux ou trois matchs comme ça, c’est arrivé à Berlin pour la première fois. Nous étions dans ce match en première mi-temps et tout le monde dans notre équipe a fait l’effort en deuxième mi-temps, ils se sont battus. Et quand on prend un temps mort et qu’on dit des choses précises à faire, il faut le faire. C’est pourquoi je suis si déçu… parce que le match était entre nos mains”.

Parker est le frère cadet du propriétaire de l’équipe, Tony Parker. Passé par la Northwestern University de Chicago avant de jouer cinq saisons en tant que pro en France, Terence Jonathan s’est blessé avant sa dernière année pro et il a alors attrapé le virus du coaching :

“Mon frère a commencé les camps de basket en 2009, quand j’étais encore joueur, et c’est là que j’ai rencontré tous les meilleurs entraîneurs français, et même Gregg Popovich est venu de San Antonio cet été-là”, se souvient TJ Parker. “Et j’ai vraiment apprécié les dialogues, en regardant les exercices. Je pense que c’est quelque chose qui m’a fait craquer. Chaque été et chaque fois que j’ai eu la chance d’aller à San Antonio et de faire partie de l’organisation des Spurs, d’échanger avec les entraîneurs, avec Pop, avec n’importe qui, j’ai adoré “, dit-il. “J’aime tout regarder, beaucoup de basket en général : le college, la NBA, l’Euroleague. Bien sûr, quand j’étais davantage aux États-Unis, je regardais plus le college et la NBA. Et depuis l’université, j’aime toutes sortes d’entraîneurs. En particulier, j’ai appris de Bill Carmody, à l’université de Northwestern, avec l’attaque de Princeton, comment jouer sans le ballon et toutes ces choses… Vous savez que vous pouvez prendre un peu de partout.”

Avant sa promotion cet été, TJ Parker en était a sa huitième année en tant que numéro 2 sur le banc et le retour de l’équipe en Euroleague avec Zvezdan Mitrovic comme head coach était la dernière étape de sa préparation pour son rôle actuel : 

“C’est un niveau différent, mais c’est ce que vous recherchez, jouer contre les meilleurs. Et l’année dernière, comme c’est notre première année en tant que nouveau venu dans le nouveau format de l’Euroleague, je pense que nous avons fait une bonne saison. Nous avons gagné 10 matchs, nous aurions pu en gagner plus.”

Longtemps il a été l’homme qui avait pour rôle le développement des joueurs et quand on lui parle de style de jeu, il reste sur le même point de mire :

“Vous avez toutes sortes de style de jeu au basket qui peuvent fonctionner, mais cela dépend des joueurs. Ce que je veux faire offensivement c’est utiliser toute la force du joueur. Sur le plan défensif, c’est une autre situation, bien sûr. Vous pouvez apporter tous les types de défense, mais l’intensité en défense doit vraiment être de haut niveau, surtout en Euroleague. Vous ne pouvez pas faire d’erreurs. Vous devez être prêt pour les 40 minutes”.

TJ Parker est investi dans la mission familiale, dirigée par son frère Tony, qui consiste à faire de l’ASVEL un membre exemplaire de l’élite du basket-ball européen. L’ASVEL, qui en est à sa deuxième saison en Euroleague avec une wild card, devrait bientôt devenir un membre licencié à plein temps de la ligue pour au moins 10 ans : 

“Tony porte ce projet au plus haut niveau possible. Nous voulons des résultats, mais nous savons que cela prend du temps. Vous savez, nous sommes un nouveau venu, et beaucoup d’équipes attendent de nombreuses années pour arriver là où elles en sont. Nous devons donc être patients et nous essayons de construire l’équipe du mieux que nous pouvons. Cette année, nous pouvons voir que beaucoup de joueurs croient en l’ASVEL. Nous sommes en Euroleague, les joueurs veulent venir jouer et prouver au monde européen qu’ils peuvent jouer au plus haut niveau.”

Depuis son poste de coach, tout le travail qu’il fourni est une mission essentielle :

“Je suis juste concentré sur l’ASVEL et l’image que nous essayons d’apporter ici. C’est, bien sûr, d’aller sur le terrain et d’essayer de gagner des championnats. Après cela, je sais quel est le travail. J’ai attendu huit ans pour cela. Ma chance est venue et je dois juste être prêt”.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

février 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements