Nick Galis et la victoire de la Grèce à l’Euro : « Ce qui s’est passé en 87 ne s’est plus jamais produit dans le monde »

Sacha RUTARD
0

À l’occasion du 34e anniversaire de la victoire de l’équipe grecque à l’Eurobasket ’87 d’Athènes, Nikos Galis, âgé aujourd’hui de 64 ans, a donné une longue interview à Gazzetta. L’américano-Grec est le plus formidable scoreur de tous les temps du basket européen et sans lui jamais la Grèce ne serait devenue championne d’Europe. Voici un florilège de ses déclarations :

« Je vois rarement de vieux matches. Je n’en ai pas besoin parce que je les ai en tête. Les souvenirs restent et sont plus forts que l’image. Je n’ai pas besoin de m’asseoir pour regarder un vieux jouet pour être heureux. J’ai les images en tête, les moments que nous avons vécus me remplissent. Ils sont plus intenses. »

« Ma fille m’a demandé ‘Papa, comment fais-tu pour rester en l’air si longtemps ?’ Cette question m’a été posée des millions de fois. Quand elle était plus jeune, je me moquais d’elle. Je lui disais… ‘ma fille, je suis un extraterrestre, je ne suis pas un être humain’ et elle me regarderait avec émerveillement ! ».

« J’avais une bonne relation avec Drazen (Petrovic). Vous savez, les grands joueurs sont reconnus sur le terrain et leur relation est caractérisée par le respect mutuel. Nous pouvons être rivaux sur le terrain, nos objectifs peuvent être contradictoires, mais cela ne réduit pas le niveau d’appréciation l’un pour l’autre. Sur le terrain, il était égoïste comme tout grand joueur. Personne ne veut perdre . »

« Ils (les supporters) ne nous ont pas dérangés pour les billets car ils savaient que nous devions nous reposer et rester concentrés sur les matchs. Je me souviens qu’avant la finale avec l’Union soviétique, un père est venu et m’a dit : ‘Je ne pourrai peut-être pas avoir de lait pour mon enfant, mais j’ai acheté un billet pour le match’. J’ai ressenti une émotion terrible. C’était la seule fois où j’avais affaire à des billets. J’en ai trouvé deux et je les lui ai donnés « .

 » L’ambiance était géniale, mais c’est un mythe que nous nous aimions à en mourir.  Il y avait des conflits et des passions, souvent l’un ne parlait pas à l’autre. Pour moi, l’équipe est comme une famille. Tu ne te disputes pas dans ta famille ? Avec ta femme, avec ton enfant. Tu es humain. Si vous ne vous engueulez pas, alors vous êtes un robot. Vous serez en colère, l’autre personne sera en colère contre vous, mais vous continuez à être une famille pour le meilleur des objectifs. Il y avait un respect mutuel, mais surtout nous pouvions cohabiter les uns avec les autres. Le plus important de tout était de comprendre les rôles. C’est l’alpha et l’oméga du succès. Tout le monde ne peut pas marquer quarante points ou obtenir vingt rebonds. Si chacun comprend et fait des compromis avec son rôle, cela devient automatiquement la première étape vers le succès. C’est arrivé en 87, c’est pourquoi l’équipe a réussi « .

 » Ce qui s’est passé en 87 ne s’est plus jamais produit dans le monde. Un pays entier à descendre dans la rue et à célébrer. Grands-parents, jeunes enfants… Ce sont des moments précieux qu’un athlète garde parce qu’il sait qu’il les a provoqués « .

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019