Jeux Olympiques : Rui Hachimura, superstar engagée contre le racisme

Clément Carton
0

Pays organisateur des Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet – 8 août), le Japon a désigné le basketteur Rui Hachimura et la lutteuse Yui Susaki comme porte-drapeau lors de la cérémonie d’ouverture. Né d’une mère japonaise et d’une père béninois, l’ailier des Washington Wizards (2,03 m, 23 ans), connu notamment pour ses prises de position contre le racisme, entend profiter de l’occasion pour faire bouger les lignes dans son pays natal.

Tout un symbole. Le comité international olympique (CIO) avait encouragé les délégations à nommer un homme et une femme porte-drapeau pour les Jeux Olympiques de Tokyo. A domicile, le Japon a donc opté pour une mixité de genre mais aussi une mixité raciale jusque-là jamais entrevue au Pays du Soleil Levant. Une représentation olympique lourde de sens pour le pays-hôte et un pas en avant pour la reconnaissance des athlètes noirs au Japon. « C’est un immense honneur, déclarait sobrement le nouveau porte-drapeau nippon aux Jeux Olympiques lors de sa désignation début juillet. J’aimerais que ce soit une opportunité pour les enfants et tout le monde au Japon de nous regarder, mes coéquipiers et moi-même, jouer aux Jeux Olympiques, et de s’intéresser encore plus au basket et au sport dans son ensemble. »

Né d’une mère japonaise et d’un père béninois*, Rui Hachimura est un basketteur accompli avec les Washington Wizards (13,8 points à 47,8 %, 5,5 rebonds, 1,4 passe décisive et 0,8 interception en 31 minutes pour sa saison de sophomore en NBA) mais aussi un personnage engagé dans la lutte contre le racisme au Japon. En mai dernier, le natif de Toyama avait appelé à une prise de conscience sur la question, confiant recevoir lui-même des messages d’insultes « presque tous les jours » sur les réseaux sociaux. Il a même commenté un message destiné à son frère Aren l’appelant à « mourir », et ce alors qu’un mouvement de mobilisation internationale avait été lancé contre les insultes à caractère raciste sur les réseaux sociaux. « Il y a des gens qui affirment qu’il n’y a pas de racisme au Japon. Je veux que les gens prennent conscience de la question du racisme même si je pense qu’exposer ce message ne va pas régler le problème », avait-il lancé, relayé par bon nombre de ses 200 000 abonnés sur Twitter.

Un combat mené de pair avec Naomi Osaka, l’autre étoile montante du sport japonais

Cette volonté de mettre la lutte contre le racisme en avant est également partagée par la superstar du tennis mondial Naomi Osaka. Née de mère japonaise et de père haïtien, la n°2 mondiale avait été ouvertement critiquée dans son pays natal pour avoir soutenu l’organisation de manifestations contre les discriminations au Japon. Le quotidien Mainichi écrivait à ce propos : « On continue à considérer comme une vertu pour les athlètes de se consacrer uniquement à la compétition et de ne pas s’immiscer dans les questions politiques »…

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photo : FIBA

*Dans une union « internationale » au Japon, seule l’époux ou épouse japonaise a un registre de famille où les enfants peuvent être enregistrés, ce pourquoi Rui Hachimura, de père béninois et de mère japonaise, porte le nom de sa mère.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019