Grèce : L’international Giannoulis Larentzakis tresse des lauriers au coach Rick Pitino

Sacha RUTARD
0

La Grèce a plongé en finale du TQO de Victoria face à la République Tchèque (97-72). Avec 13,8 points, l’arrière d’Olympiakos, Giannoulis Larentzakis (1,93m, 27 ans) a été le meilleur marqueur de son équipe lors du tournoi, et, malgré l’échec final, il se montre louangeur vis à vis du coach américain Rick Pitino, qui a officié avec l’équipe nationale pour la dernière fois.

C’est une véritable légende du basket”, déclare t-il à Gazzetta. “L’entraîneur, parce que je l’ai vécu de l’intérieur et que je peux avoir une vision claire, est une énorme figure du basket avec une grande connaissance et un charisme encore plus grand. C’est un professeur du sport. Il a réalisé de nombreuses performances et ce n’est pas un hasard s’il est au centre de l’entraînement du basket-ball universitaire depuis 40 ans. Je pense que la bonne image de l’équipe nationale lors des pré-Jeux olympiques est en grande partie due à lui. Chacun, bien sûr, a le droit de donner son avis, mais je considère sa contribution indiscutable. Puissions-nous garder la philosophie qu’il a laissée sur son chemin, car vraiment ce doit être la mentalité qui caractérise l’équipe nationale. Je pense qu’il était très serein et n’a pas mis de pression supplémentaire sur l’équipe. Il nous a déchargés du stress d’une manière très impressionnante, il n’a fait qu’un entraînement par jour avec intensité et un travail ciblé. Car quand on sort tous d’une saison aussi difficile, on ne peut plus charger le programme encore plus. Il a utilisé des jeunes pour la première fois, comme Kostas Antetokounbo et Rogavopoulos, les mettant sur la carte de l’équipe nationale.”

La question lui a été posée de savoir si une élimination face au Canada plutôt que par la République Tchèque aurait été mieux perçue en Grèce.

“Je pense que oui ! Et parce que le Canada avait beaucoup de NBAers et était le favori depuis le début, mais aussi parce que la République tchèque n’est pas connue et n’était pas prise en compte par beaucoup de gens. C’est une force très prévisible avec une ossature stable depuis des années et 2-3 joueurs de qualité clés comme Vesely, Satoransky et Balvin. Je ne vous cache pas que si nous avions joué avec le Canada, nous n’aurions peut-être pas eu la même pression, car nous savions que nous aurions été l’outsider et peut-être que nous aurions joué plus librement.

Photo: FIBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

juillet 2021
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements