Les débuts de Rudy Gobert en France vu… des Etats-Unis

Dans un article, le site américain The Ringer raconte les débuts de Rudy Gobert à Saint-Quentin et Cholet, avec les témoignages de sa mère, Corinne, de Evan Fournier, Julien Egloff et Jean-François Martin. Extraits.

Une caboche . C’est ce que Corinne dit que Rudy a hérité d’elle. Elle veut dire qu’il est têtu. Il est tenace. Elle dit qu’elle a grandi de la même manière, et c’est l’état d’esprit dont elle avait besoin lorsqu’elle l’a élevé en tant que mère célibataire. Corinne a occupé divers emplois, de l’aide dans les restaurants à la création de son propre service de spa, en se construisant une clientèle d’amis et d’habitués. L’argent était rare, cependant. Elle avait besoin de se rendre aux Restos du Cœur, une association caritative française qui donne de la nourriture et des biens à ceux qui en ont besoin.

Gobert a vu à quel point sa mère travaillait dur pour l’élever, lui et ses deux demi-frères et demi plus âgés, Vanessa et Romain. Il voulait être comme elle, mettre tout en œuvre pour tout ce qui l’intéressait, que ce soit les jeux vidéo, la boxe, le karaté, le basket-ball ou l’école. « Il a obtenu son bac scientifique du premier coup, précise Corinne à propos du diplôme de français délivré aux élèves de fin d’études secondaires » (…)

“Que Gobert ait même fait partie de l’équipe nationale est une surprise pour ceux qui l’ont vu jouer quand il était enfant. Il était maigre. Il portait des lunettes. Il avait une coiffure Afro en désordre. Gobert ressemblait plus à un joueur qu’à un athlète.

« Eh bien, Rudy, il a une éclosion tardive. C’était un arrière et il n’était pas très bon. Il n’était pas très doué », dit Fournier. « Physiquement, il n’était tout simplement pas prêt à jouer. Il grandissait encore. Il n’avait pas de muscle. Il n’était qu’un bébé. »

Fournier, qui était déjà un joueur français de premier plan pour sa classe d’âge, dit que peu de gens croyaient vraiment en Gobert, mais il performé durement. “L’une des raisons pour lesquelles moi et lui sommes très proches, c’est parce que je ne lui ai jamais donné de la merde”, dit Fournier. Mais beaucoup d’enfants l’ont fait. Ses pairs se moquait de Gobert quand il leur disait qu’il arriverait en NBA. « Tout le monde me regardait comme un fou », dit Gobert. « Je n’étais même pas le meilleur joueur de mon équipe à l’époque. »

Mais le basket-ball était dans son sang. Le père de Gobert, Rudy Bourgarel, est un 7 pieds (2,13m) qui espérait autrefois jouer en NBA. Il a joué à l’université au Marist College de New York et, après son retour en France pour servir dans l’armée, il a eu une courte carrière professionnelle à l’étranger (NDLR: en France). Bourgarel est retourné dans sa maison de Guadeloupe, un archipel tenu par les Français de l’autre côté de l’Atlantique dans les Caraïbes, séparant Rudy de son père pendant la majeure partie de son enfance. Mais Corinne a veillé à ce que son fils reste en contact avec lui au téléphone. Ils parlaient de sa vie en France, de l’école et, bien sûr, du basket-ball, une fois que Gobert a commencé à jouer à 12 ans.

Bien que Gobert n’était pas encore très bon, les entraîneurs et les scouts autour de Saint-Quentin le connaissaient en raison de la carrière de son père. Gobert fut bientôt recruté pour jouer dans une académie locale appelée Pôle Espoir Régional de Picardie, dans une ville nommée Amiens, à une heure de route de Saint-Quentin. Julien Egloff, entraîneur à l’académie à l’époque, se souvient de la première fois qu’il a vu Gobert jouer dans un camp.

« Rudy s’est battu sur le terrain avec un autre joueur. Ils se boxaient », dit Egloff en riant. « Cette histoire me vient à l’esprit parce que bien sûr, vous ne devriez pas vous battre sur le terrain, mais il avait du caractère. C’est un esprit qu’il avait quand il était plus jeune quand il jouait réellement. S’il tombait par terre, il se relevait à chaque fois. C’était un combattant. »

Quand Gobert a 14 ans, Jean-François Martin, entraîneur de l’équipe de la Ligue française de Cholet, commence à le repérer. Martin a vu un enfant tout en longueur et pensait qu’il pourrait devenir un contributeur s’il continuait à grandir comme son père. Lorsque Gobert a eu 15 ans, il est passé à 6 pieds 3 pouces (1,90 m). Cholet voulait qu’il joue pour leur équipe junior, mais c’était à cinq heures de route ou à 15 heures en train de Saint-Quentin. Si Gobert y allait, il ne pourrait rentrer chez lui que tous les deux mois, au lieu de tous les week-ends comme il le faisait à l’académie. Rudy et Corinne ont décidé qu’il devait partir.

« Elle aurait pu dire: « Je ne veux pas que tu partes de chez vous. Je veux que tu restes avec moi », dit Gobert. « C’était dur pour elle. Mais elle m’a permis de poursuivre mon rêve. »

Au cours de sa deuxième année à Cholet, Gobert est passé à 6 pieds 6 pouces (1,97 m) et il a signé avec les mêmes agents qu’il a à ce jour, Bouna Ndiaye et Jeremy Medjana. À 17 ans, il a atteint 6 pieds 9 pouces (2,03 m), c’est à ce moment-là qu’il a vraiment commencé à s’épanouir en défense. Puis, à 18 ans, il est devenu un 7 pieds, tout comme son père.

« Un été, beaucoup de choses ont changé. La première fois que je l’ai vu, c’était juste un mec différent. Il était beaucoup plus grand. Il avait une voix différente », dit Fournier. “C’était fou. Comme en un an, il a complètement changé. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

novembre 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019