Valériane Vukosavljevic sur la grossesse dans le basket : « Être bien entourée, c’est la plus grosse partie de la réussite »

Clément Carton
0

Dans un entretien accordé à Eurosport, Valériane Vukosavljevic est revenue sur la gestion de sa grossesse, un sujet encore tabou dans le basket, mais aussi l’anticipation d’un retour sur les terrains.

Cet été, Valériane Vukosavljevic a disputé les Jeux Olympiques de Tokyo en étant enceinte. Une situation qu’elle avait anticipée et qui ne l’a pas perturbée sur la route de la médaille de bronze. Dans un entretien de 43 minutes, l’internationale tricolore est notamment revenue sur l’accompagnement que cela nécessite pour une basketteuse de haut niveau.

« C’est un projet que l’on avait depuis quelques années. Mais il n’a jamais été question d’arrêter le basket après ce projet-là. Ni pour monsieur ni pour moi. On sait où on veut aller. On cherche les personnes qui pourront m’accompagner après l’accouchement pour revenir parce que je sais que ce sera difficile parce que je sais qu’il y a du boulot. Mais il faut s’entourer des bonnes personnes et à partir du moment où j’ai son soutien à lui, tout est beaucoup plus simple. Je sais que je pourrai partir à l’entraînement l’esprit tranquille sans me demander s’il me suit. S’il faut partir sur une compétition internationale, je sais qu’il pourra partir avec moi. Je sais qu’il est prêt à ça. Ce n’est pas que mon projet. C’est notre projet de famille et de notre envie de construire cette famille. Il faut avoir les bonnes personnes autour de soi et je crois que c’est valable pour tout dans la vie. Être bien entourée, c’est la plus grosse partie de la réussite. »

Si la championne de France s’est exprimée depuis la Serbie, où elle profite des derniers mois de sa grossesse, elle réfléchit déjà sur la suite à donner à sa carrière, tandis qu’elle est toujours sous contrat avec Basket Landes. Interrogée sur sa gestion de l’après-accouchement, Valériane Vukosavljevic répond sans détours.

« Oui, j’ai peur de ne plus avoir envie, complètement. Aussi parce que je n’ai jamais voulu être basketteuse professionnelle. Quand ma carrière a commencé, j’ai toujours dit : « Moi de toute façon, à 27 ans, j’arrête ! » Et aujourd’hui, j’ai 27 ans et je vais être maman. Alors oui, en effet, je pourrais très bien me dire que je n’ai pas envie d’y retourner, que je n’ai pas envie de laisser mon enfant, que je n’ai pas envie de souffrir à nouveau pendant les entraînements. Mais très vite, il y a ce côté « compétition », ce côté « équipe », et puis jusqu’ici, le basket, ça a été une grande partie de ma vie. Donc très vite, je me dis : « Je veux revenir ». C’est un challenge aussi pour moi de prouver, de me prouver que je vais revenir au meilleur niveau. Quand le bébé sera là, je pense que j’aurai ce challenge en moi de revenir. »

Dans cet échange d’une sincérité équivoque, la médaillée d’argent aux championnats d’Europe évoque aussi sa prise de décision de jouer aux JO enceinte, son rapport parfois délicat avec l’ancienne sélectionneuse Valérie Garnier ou encore la surprise de la nomination de Jean-Aimé Toupane vécue de l’intérieur. Au passage, on ne saurait que vous recommander une autre entrevue entre Marième Badiane, revenue cette saison à l’ASVEL après avoir donné naissance, et le Youtuber Delly.

Photo : Valériane Vukosavljevic (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019