Svetislav Pesic, coach de la Serbie : « Il est important que vous ne trouviez pas les raisons d’une défaite dans les blessures, les arbitres »

Sacha Rutard
0

A 72 ans, Svetislav Pesic est devenu le coach de l’équipe nationale de Serbie, et il sort un livre intitulé « My Game, My Way » avec quelques conseils pour les entraîneurs.

C’est il y a cinq ans qu’il s’est assis devant son ordinateur pour écrire les premières lignes de son livre, alors qu’il était hospitalisé pour six semaines.

« La rééducation était au programme le matin, nous étions libres l’après-midi. Le directeur de l’hôpital, par ailleurs vainqueur olympique sur 800 et 1500 mètres, vient me rendre visite et me demande comment je passe mon temps. Je lui dis : « Je m’ennuie. » Il me demande : « Avez-vous écrit le livre ? » Quand je lui ai dit que non, il m’a dit : « Asseyez-vous et écrivez, vous ne vous ennuierez pas. »  Le lendemain matin, j’ai appelé ma femme Vera et lui ai dit de préparer toutes les notes que j’avais écrites pour les nombreuses conférences que j’avais eues à travers le monde. Il ne s’agit pas de ma vie, mais de la vie d’un entraîneur en général dans laquelle il y a des défaites et des victoires, des déceptions, des obstacles… J’écris, bien sûr, sur moi et mes expériences – d’où je viens, comment mon l’environnement m’a créé, comment j’ai commencé à faire du sport… Contrairement à la génération d’aujourd’hui et aux joueurs qui changent quatre fois d’entraîneurs par saison, j’en ai eu quatre pour toute ma carrière. Sur cette base, j’ai écris. »

Pesic donne quelques principes pour être selon lui un bon entraîneur.

« Tout le monde ne peut pas être entraîneur. Pour être entraîneur, il est nécessaire d’avoir joué au basket. Vous n’avez pas besoin d’être un grand joueur, Ivković et Vujošević, Ettore Messina, non plus, n’étaient pas d’excellents joueurs de basket-ball, mais ils sont devenus d’excellents entraîneurs … La première et la base des connaissances concerne le basket-ball. Si vous n’avez pas de connaissances, n’entrez même pas dans la salle de sport. Et la différence entre le bien et le meilleur n’est pas dans la connaissance, mais dans le dévouement, la passion et le sacrifice. Il est important que vous ne trouviez pas les raisons d’une défaite dans les blessures, les arbitres… Aujourd’hui, il y a peu d’entraîneurs dont vous n’entendrez pas de leur part : « Je ne chercherais pas de raisons à cela, mais nous n’étions pas au complet. » Ils gémissent comme si cela les sauverait de la défaite. Pablo Lasso n’est peut-être pas le meilleur entraîneur du monde, mais il est au club depuis 15 ans, où les résultats sont avant tout recherchés. Ces derniers mois, la moitié des joueurs de son équipe ne joue pas tous les matchs, et il ne le mentionnera jamais… J’apprécie énormément quand l’entraîneur est responsable et ne le partage avec personne, sans donner d’excuses et en respectant ceux qui ont joué. Ils sont peut-être plus faibles, mais il faut les respecter et, quel que soit le niveau de qualité, en tirer le meilleur parti. »

Pesic ne dit pas que « c’était mieux avant » du temps de la Yougoslavie, mais il constate que le nombre de joueurs de très haut niveau en Serbie a diminué :

« Gardez à l’esprit qu’il n’y avait pas de NBA à l’époque et que nos joueurs ne sont pas allés à l’étranger, car ils étaient satisfaits de ce qu’ils avaient ici. Ils étaient à la maison et jouaient dans l’équipe la plus forte d’Europe. Et même s’ils voulaient partir, ils ne pouvaient pas, car la règle administrative était qu’on ne pouvait partir à l’étranger qu’après l’âge de 28 ans. Ensuite, non pas de façon révolutionnaire, mais en continu, les règles ont commencé à changer. Les frontières se sont ouvertes, nous sommes allés en Europe, les étrangers sont venus petit à petit. Nous n’avions pas de centre, alors nous l’apportions d’Amérique. Nous avons lentement commencé à amener les joueurs aux postes les plus importants du basket-ball. Tout est important, mais vous ne pouvez pas commencer une partie sans un 1 et 5. Cela n’a pas changé, c’est la même chose aujourd’hui. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019