Luis Scola (PDG de Varèse) : « Je ne suis plus guère l’Euroleague »

Sur Radio Vitoria, la légende argentine Luis Scola, devenu PDG du club, a évoqué son expérience avec Varèse. Voici la transcription de La Prealpina.

Nouveau rôle, nouvelle vie. « A Varèse, je suis très heureux, et je ne dis pas cela pour la circonstance : j’aime ce que je fais dans la deuxième partie de ma carrière, le début a été très difficile, mais avec le temps, j’ai commencé à me passionner pour toutes les dynamiques liées à l’activité de manager. Rien ne se compare aux émotions que vous ressentez en tant que joueur, mais la passion est presque au niveau qu’elle était alors. »

Changez le visage de l’équipe . « Mon rôle est celui du PDG, je suis l’ensemble des affaires du club. Les changements récents d’entraîneur ? L’équipe a changé de visage et les résultats en conséquence : la perception du milieu est qu’il a trouvé une formule magique pour changer la donne, et c’est dangereux car nous sommes dans un classement très bas. Les dernières victoires nous ont garanti un moment de quiétude dont on ne sait combien de temps il durera (NDLR: l’équipe lombarde a quitté la dernière place pour monter à la 14e sur 16). »

L’évolution du basket . « Par rapport à l’époque où je jouais, l’organisation du sport a évolué : c’est passé d’un club de sport à une entreprise, qui d’une part vend des émotions et d’autre part vend des points, des rebonds et des victoires. L’objectif est le même, mais j’ai toujours aimé essayer de comprendre la dynamique de l’entrepreneuriat, et il n’y a pas de meilleur gymnase pour apprendre que ce que je fais. »

Vive le jeu . « Par rapport à quand on est joueur, avec l’adrénaline et l’excitation du jeu, tout est plus rapide car les situations sont liées à un seul épisode. Mais j’apprends à voir les choses avec une tranquillité différente, en essayant de me déconnecter de l’aspect émotionnel des matches et de les vivre d’une manière plus adaptée au rôle que j’occupe : au fil des mois, il devient de plus en plus naturel de moi. »

Scouter . « Je ne suis plus guère l’Euroleague car aujourd’hui c’est un niveau qui n’appartient pas à Varèse. Et depuis que j’ai arrêté de jouer, j’ai trouvé que le temps est toujours court. Pour nos prospects, il y a d’autres marchés qu’il est important de suivre : la Champions League, l’Eurocup, mais aussi la G-League ou encore la Pologne et l’Allemagne. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019