Lassi Tuovi (Strasbourg) : « On croyait vraiment qu’on pouvait faire de grandes choses ensemble »

Clément Carton
0

Déçu de l’élimination mais fier de ses joueurs, l’entraîneur finlandais de Strasbourg Lassi Tuovi sait que son groupe s’est battu avec ses armes malgré la défaite in extremis contre Monaco (82-80) lors du match 3 des quarts de finale de Betclic Elite.

Deux plus gros budgets, les deux favoris du championnat de France, l’ASVEL et Monaco, ont eu chaud, très chaud en quarts de finale. Les premiers contre Cholet dimanche soir, les seconds contre Strasbourg lundi soir. A -19 à la mi-temps (29-48), la Roca Team s’en est sortie après prolongation pour arracher son billet en demi-finale (82-80). La SIG Strasbourg sort ainsi par la grande porte, car peu d’équipes auraient pu ainsi faire douter une équipe quart-de-finaliste de l’Euroleague. Réactions.

Lassi Tuovi (Strasbourg), dans des propos rapportés par la SIG : « C’était une grande série de playoffs, mais deux fois de suite on n’a pas su finir le travail. Inutile de parler de chance ou de malchance, il faut respecter le résultat et c’est Monaco qui l’emporte. La meilleure équipe va en demi-finale. Je les félicite pour leur deuxième mi-temps qui a bien mis en avant qu’ils avaient le talent pour se qualifier. Nous avons eu un problème de fautes au moment où ils sont revenus. Nous ne pouvions plus jouer qu’avec un seul meneur et le plan de jeu a été perturbé… Quand tu joues une prolongation, chaque détail compte. Forcément, ne rien marquer pendant cinq minutes nous coûte. Quand tu manques des lay-up et des dunks, tu sais ce qui peut arriver. On avait peut-être un peu peur en imaginant comment Monaco aller revenir encore plus dur et accentuer encore plus la bataille. On l’a vu, la défense qu’ils nous ont imposée était difficile pour nous. On aurait pu et on aurait dû essayer d’autres choses, mais cette deuxième mi-temps était folle à plus d’un titre donc il faudra l’analyser plus tard pour comprendre pourquoi nous étions plus hésitants que lors de la première mi-temps. Bien sûr, le résultat est une déception car nous pouvions gagner et nous qualifier. C’est vraiment dommage car on a vu qu’on pouvait les battre. On est des compétiteurs et on croyait vraiment qu’on pouvait faire de grandes choses ensemble et à la fin on n’a rien. C’est une déception, mais il faut se rappeler d’où on est parti et avec quel groupe. Finalement, cette équipe a montré qu’elle avait du cœur pour jouer ensemble et arriver là. Mais, pour le moment, la défaite est amère… »

Amine Noua (Strasbourg), dans des propos rapportés par la SIG : « C’est difficile… On a essayé de faire du mieux qu’on pouvait. Il y a eu beaucoup de hauts et de bas pendant tout le match. Est-ce qu’on peut avoir des regrets ? Oui sûrement, mais je suis quand même fier de cette équipe et du parcours fait. On a plus que posé des problèmes à l’équipe favorite, très clairement. C’est dur à avaler, c’est sûr. On voulait aller jusqu’au bout, mais ça basculé de leur côté dans les derniers instants. Cette série a été impressionnante. On a vu du beau basket. On a vu des choses énormes. Je pense qu’on a donné le maximum de ce qu’on pouvait. Face à une équipe comme Monaco, tu dois être lucide pendant 45 minutes et on a fait de petites erreurs qui finalement nous coûtent le match, c’est dommage. C’est dur à avaler… C’est dur… Mais c’est du basket ».

Sasa Obradovic (entraîneur Monaco), dans des propos rapportés par L’Equipe : « Ces matches réduisent l’espérance de vie d’un coach (rires). A la mi-temps, où on était menés 29-48, j’essayais surtout de comprendre ce qui se passait, pourquoi on donnait ce match à notre adversaire, sans raison. Je savais que Strasbourg ne pourrait pas réitérer sa première mi-temps au presque-parfait, mais je ne m’explique pas notre attitude. Malgré notre transformation en seconde mi-temps, je ne suis pas satisfait de constater qu’en première mi-temps on jouait sans but, sans avoir le sens de ce que l’on doit faire pour gagner. Je ne connais pas cette manière de faire. Ce n’est pas ce que j’enseigne. J’apprends à respecter le jeu, possession par possession. Pas à jouer à réaction, même si c’est un peu une habitude pour nous cette saison… Aujourd’hui, ce n’est pas la meilleure équipe qui a gagné, mais au final, plutôt celle qui a eu le plus de chance et de talent dans une fin de match folle. Strasbourg a été exemplaire, ils ont une structure, des idées de jeu, tu ressens une atmosphère positive dans leur équipe. Nous devons apprendre de ces matches pour aborder notre demi-finale plus sérieusement. Notre chance de jouer le titre est peut-être meilleure que jamais après avoir traversé cette épreuve. »

Photo : Lassi Tuovi (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

juillet 2022
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019