Décès de la légende Bill Russell, héros des Jeux Olympiques de Melbourne

Sacha Rutard
0

Bill Russell, une légende de la NBA qui a guidé les Boston Celtics vers 11 championnats en 13 ans -les deux derniers en tant que premier entraîneur noir dans un sport majeur américain-, et qui avait été champion olympique à Melbourne en 1956, est décédé dimanche. Il était âgé de 88 ans.

Cinq fois MVP de la NBA et 12 fois invité au All-Star Game, Russell a été élu en 1980 plus grand joueur de l’histoire de la NBA par les journalistes spécialisés. Il demeure la personne la plus titrée de son sport et le modèle du joueur sans égo, qui gagnait grâce à sa défense et les rebonds tout en laissant les autres joueurs marquer. Seulement Wilt Chamberlain a fait partie de la même catégorie de supermen à cette époque.

« Ce que j’ai vu était un big man incroyablement talentueux et athlétique, mais plus que cela, un joueur apportant une dimension au jeu qui n’avait jamais été vue auparavant », a déclaré son ancien coéquipier Tommy Heisohn au Boston Herald en 1999. « Il pouvait absolument contrôler un joueur défensivement… Son génie défensif était quelque chose de complètement étranger à la NBA. »

Bill Russell a retardé son entrée en NBA afin de participer aux Jeux Olympiques de Melbourne, en tant que capitaine. Il dût démontrer au sinistre Avery Brundage, président du CIO, que son contrat de professionnel ne prenait effet qu’à l’issue des JO -à l’époque les Jeux Olympiques étaient réservés aux « amateurs ». Plus tard, il confia avoir envisagé de disputer l’épreuve de saut en hauteur s’il n’avait pas été sélectionné dans l’équipe de basket.

A Melbourne, les Etats-Unis surclassèrent leurs adversaires avec une victoire 85-55 en poule contre l’URSS et une autre en finale, 89-55. L’équipe américaine gagna l’ensemble de ses matches avec une marge de 53,5 points. Russell en fut le meilleur marqueur avec 14,1 points.

Russell a été l’un des premiers participants au mouvement des droits civiques qui prenait de l’ampleur au milieu des années 1960. Il s’est rendu au Mississippi en 1961 pour apporter son soutien aux Freedom Riders qui protestaient contre la ségrégation et il a participé à la Marche sur Washington pour les droits civiques en 1963.

En 1966, au sommet de sa carrière, il avait peu de choses à dire sur Boston. « Une atmosphère empoisonnée plane sur cette ville. C’est une atmosphère de haine, de méfiance et d’ignorance. »

En 2011, le président Barack Obama lui a remis la médaille de la Liberté. Deux ans plus tard, une statue à l’effigie de Russell a été dévoilée devant l’hôtel de ville de Boston.

Photo : Bill Russell (à gauche) avec KC Jones, ensemble deux fois champions NCAA avec l’université de San Francisco, et champion olympique à Melbourne.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019