Andreas Zagklis, secrétaire général de la FIBA : « La rotation de quatre ans des trois compétitions majeures les rend uniques »

Dans un long entretien accordé à plusieurs médias, dont Eurohoops, le secrétaire général de la FIBA, Andreas Zagklis, a fait le point sur de nombreux sujets : nouveau calendrier qui précède l’EuroBasket, règle du joueur naturalisé, ou encore relations avec l’Euroleague.

Le basket européen s’apprête à vivre trois semaines intenses, tant au niveau des qualifications pour le mondial 2023 que de l’EuroBasket. Celui s’annonce particulièrement relevé, avec notamment trois superstars mondiales : Nikola Jokic, Giannis Antetokounmpo et Luka Doncic. Le secrétaire général de la FIBA, Andreas Zagklis, a répondu aux quelques sujets chauds du moment.

Sur le nouveau calendrier de l’EuroBasket :

« La participation attendue de tant de joueurs de haut niveau est une excellente nouvelle pour notre sport. Les compétitions de cet été sont les premières du nouveau cycle de notre calendrier, et aussi les dernières du calendrier Covid-19 ajusté. Nous savions depuis des années que compter sur tous les joueurs chaque été n’était pas une chose à laquelle on pouvait raisonnablement s’attendre. Nous savions que nous devrions avoir un été dédié à l’EuroBasket, un à la Coupe du monde, un aux Jeux Olympiques et un pour que les joueurs puissent se reposer avec seulement deux fenêtres. La rotation de quatre ans des trois compétitions les rend uniques, exclusives et attrayantes pour les joueurs. C’est donc le super été du basket continental avec les qualifications au mondial combinées à l’EuroBasket et aux autres compétitions continentales. On peut vraiment dire que le basket des équipes nationales est plus fort que jamais. Nous avons toujours eu les meilleurs joueurs, et pas seulement de la NBA, mais dans cet Euro, nous attendons un pourcentage beaucoup plus élevé de participation des meilleurs joueurs de NBA. Il ne s’agit pas seulement des trois superstars. Sur le plan commercial, cela concerne les meilleurs joueurs de chaque pays, qui sont importants pour le marché concerné. L’attractivité de l’événement, et on l’a vu lors de la Coupe du monde en Chine, amène plus de joueurs. Nous avons vu les chiffres avant 2019 et après. Et nous sommes aussi dans un très bon moment où les joueurs qui participent aux matches internationaux sont désormais des superstars mondiales, ce qui n’était pas le cas il y a 10 ou 15 ans ».

Sur la fenêtre internationale d’août :

« En mars 2020, alors que nous ne savions pas si les Jeux Olympiques se tiendraient quatre mois plus tard à Tokyo, le CIO est venu et a annoncé qu’il serait reporté à 2021. En seulement neuf jours, la FIBA a pris la décision de réorganiser le calendrier jusqu’en 2023, et ces décisions se sont jusqu’à présent avérées très fructueuses. Nous avons mis les intérêts des athlètes au premier plan et compris que leur disponibilité devait être optimisée, notamment en jouant la fenêtre de juillet très proche de la Coupe d’Asie et la fenêtre d’août très proche de l’AmeriCup et de l’EuroBasket. Les équipes nationales participant à la fenêtre d’août aux qualif de la Coupe du monde ont terminé leur préparation hier. Aujourd’hui a commencé une semaine de fenêtre, c’est l’heure du spectacle et en même temps, c’est le moment critique pour plusieurs d’entre eux. Cela nous offre une combinaison très intéressante entre le tournoi continental où vous voyagez et un match officiel à la maison, qui, je pense, est un pôle d’attraction pour les supporters locaux et une grande poussée de leur part vers leur équipe nationale avant l’EuroBasket ».

Sur la règle du joueur naturalisé :

« Depuis de nombreuses années, j’ai passé pas mal de temps à réfléchir et examiner des centaines de cas. L’équipe nationale signifie représenter votre pays. Le point de départ, si vous demandez à n’importe quelle fédération, est le suivant : avez-vous le passeport de ce pays ? Ensuite, le rôle de la fédération internationale est d’assurer ce que vous pouvez comprendre comme l’équilibre compétitif, l’intégrité sportive, et en même temps de s’assurer qu’il existe dans une certaine mesure des liens entre les joueurs et le pays qu’ils représentent. Le problème est que nous avons 212 membres, donc 212 lois différentes au-niveau de la nationalité. Il est extrêmement difficile d’obtenir un passeport dans certains pays et il y en a d’autres où le processus d’obtention d’un passeport est beaucoup plus facile. Dans certains cas, tu es ressortissant si tu es né dans le pays, dans certains cas tu es ressortissant si tu as eu un ancêtre à une ou deux ou trois générations derrière, même si tu n’as jamais mis les pieds dans ce pays. C’est une tâche extrêmement difficile, je peux vous le dire, que d’apporter un équilibre.
La réponse de la FIBA a toujours été d’être très stricte avec les 11 joueurs. Notre règle standard est l’une des plus strictes et nous recevons beaucoup de plaintes car cette règle est construite avec l’obligation de présenter un passeport avant l’âge de 16 ans, ou de présenter des liens réels avec le basket d’un pays spécifique, ou sa société. Cela est considéré par beaucoup de nos pays comme un mécanisme de protection pour les plus grands qui ont mis en place des systèmes de développement des acteurs. Le pire des cas est lorsqu’un joueur acquiert la nationalité après l’âge de 16 ans et c’est là que je peux vous dire qu’il y a des cas de joueurs qui ont exprimé un désir de jouer pour une équipe nationale… Pour un fan moyen, il peut sembler que nous avons donné trop de place dans la règle à ce 12e joueur pour l’EuroBasket masculin, mais je peux vous assurer que cela a un impact beaucoup plus important sur la compétition féminine. Au final, le Board en a discuté à plusieurs reprises et a conclu que cet équilibre entre une règle stricte de 11 et une règle qui autorise un joueur naturalisé est le bon équilibre. Nous n’avons pas l’intention de modifier cette règle. Je pense que c’est le droit de toute fédération de faire bon usage de cette règle et puis, en fin de compte, c’est aussi un débat au sein de chaque équipe et de chaque fédération pour décider jusqu’où ils peuvent aller. »

Sur une liste à plus de 12 joueurs en sélection pour les compétitions internationales :

« Ce n’est pas une idée nouvelle, elle a été lancée il y a presque 10 ans. Nous n’avons pas l’intention de modifier cette règle. Elle est considérée comme une règle avec un rôle administratif, mais c’est aussi une règle qui peut changer la dynamique et avoir un impact sérieux sur la compétitivité. Cela peut sembler naturel pour un entraîneur de haut niveau qui est habitué à une liste de 16 ou 18 joueurs et qui n’en sélectionne que 12 pour un match donné, mais dans un tournoi de deux semaines, faire une sélection de 12 fait également partie de la beauté du jeu. Nos entraîneurs, extrêmement doués et qualifiés, peuvent gérer ces listes. En même temps, c’est quelque chose que nous rejetons non pas parce que nous n’aimons pas ça, mais aussi parce qu’il n’y a pas de faits qui soutiennent que vous devriez avoir 14 joueurs. Le temps d’utilisation du 13e ou du 14e joueur potentiel sera minime ayant vu dans nos tournois l’utilisation du neuvième, 10e, 11e ou 12e joueur dans les championnats d’Europe entre 2001 et 2017. Le 12e joueur n’a jamais joué plus de 3-4 minutes de moyenne et le 11e joueur pas plus de cinq minutes. Nous ne voyons donc aucune raison d’avoir une liste étendue pendant la compétition. Malheureusement, coach Itoudis et les autres entraîneurs devront prendre des décisions difficiles dans les prochains jours. »

Sur les relations avec l’Euroleague :

« Vous savez que nous avons été très ouverts à la discussion et nous avons été très clairs sur ce que la famille mondiale du basketball, pas seulement la FIBA, les clubs qui ne participent pas à l’Euroleague, les ligues nationales et les fédérations nationales attendent de ces discussions. Nous avons besoin du respect du calendrier de l’équipe nationale, nous avons besoin d’avoir un ensemble de règles unifié et de ne pas faire jouer les clubs sous différentes variantes le jeudi et le dimanche. Et il ne fait aucun doute que nous souhaitons une meilleure structuration des compétitions de clubs en Europe. Ce dernier point est un point sur lequel nous sommes prêts à nous asseoir et probablement à négocier, mais les deux premiers points sont des éléments fondamentaux pour tout l’écosystème. Ce n’est pas ma position de commenter des discussions internes dans une autre organisation et nous devons faire très attention à ne pas être irrespectueux envers une personne ou une organisation. Cela a toujours été la position de la FIBA. Je peux vous dire que ce que vous décrivez comme l’incertitude n’a pas aidé, a encore retardé les efforts pour faire évoluer l’initiative que la FIBA a prise l’année dernière afin de mettre tout le monde à la même table. Une fois que les clubs m’ont indiqué la ou les personnes avec qui on peut discuter et que j’ai quelqu’un de l’autre côté de la table avec qui on peut avoir une poignée de main solide et forte, la FIBA, moi-même, et mes collègues au niveau mondial et européen, nous serons les premiers à prendre part à une telle discussion ».

Photo : Andreas Zagklis (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

septembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019