Vaincus par un Luka Doncic stratosphérique, les Bleus affronteront la Turquie en 8e de finale

Les Bleus se sont battus comme des lions mais ils ont succombé face à une Slovénie (82-88) qui possède un joueur d’une autre planète, Luka Doncic auteur de 47 points.

Rarement -jamais?- dans l’histoire du basket moderne des équipes nationales une équipe a été aussi dépendante d’un seul joueur. Luka Doncic est plus que le franchise player de la Slovénie, c’est sa plaque tournante, son moteur atomique, il monopolise les défenses et ce mercredi soir il a marqué 47 points, ce qui est tout bonnement la 2e meilleure performance de tous les temps à un EuroBasket après les 63 points du Belge Eddy Terrasse en 1957. Il dépasse même le Grec Nick Galis, c’est dire.

L’équipe de France a pourtant donné tout ce qu’elle avait dans le ventre, bénéficiant d’un axe fort avec Thomas Heurtel en double double (10 points et 10 passes), Rudy Gobert (19 points à 9/10 aux tirs et 8 rebonds), Evan Fournier (15 points), Terry Tarpey (12 d’éval), aussi de la résurrection d’Amath Mbaye, qui a eu le plus gros temps de jeu avec plus de 34 minutes pour 16 d’éval, et Elie Okobo (11 points à 3/6 à 3pts). Mais personne n’a arrêté Luka Doncic.

Les Bleus savent désormais qu’ils devront affronter la Turquie en 8e de finale, et probablement la Serbie en quarts s’ils passent l’obstacle.

Photo : Mike Tobey
Photo : Thomas Heurtel

Deux absents majeurs

Deux éléments majeurs de chaque équipe ont dû demeurer sagement sur le banc. Du côté français, Guerschon Yabusele, qui ressent une gêne à la cuisse, et de l’autre le naturalisé Mike Tobey à qui il est arrivé une mésaventure cocasse : lors de l’entre-deux face à l’Allemagne, il est retombé sur le pied de l’arbitre et s’est foulé la cheville. Du (très) rarement vu.


« C’était frustrant parce que tu passes tellement de temps à travailler pour le championnat. Les blessures font partie du sport, mais elles n’ont pas à se produire comme ça. Ils m’ont bandé la cheville. Avec les chevilles foulées, vous pouvez jouer tant qu’elle reste au chaud. C’est plus difficile une fois que tout s’est refroidi. Le lendemain c’est toujours plus dur. »

Le show hors catégorie de Luka Doncic

Le forfait de Guerschon Yabusele a contraint Vincent Collet à introduire Amath Mbaye dans le cinq de départ, lui qui n’avait joué que 17 minutes sur deux matches jusque là. C’est Terry Tarpey qui devait se coltiner Luka Doncic, des deux côtés du terrain. Le départ des Français était excellent : 14-3, dont 7 points de Evan Fournier, alors que les Slovènes rataient leurs 6 premiers shoots. Seul bémol, Rudy Gobert écopait de 2 fautes en 3 minutes.

La baisse de régime des Bleus coïncidait avec l’entrée en piste de Timothé Luwawu-Cabarrot, décidément peu à son affaire dans cet Euro. La machine Luka Doncic se mettait en route. Malin, il jouait plusieurs un-contre-un contre les big men Moustapha Fall et Vincent Poirier, et souvent il faisait mouche. Et sur un trois-points de sa Majesté, la Slovénie passait en tête à 17-20 (10e). « MVP ! MVP ! » ou « Luka Doncic ! Luka Doncic ! » hurlaient les fans slovènes. Tout passait par lui. En plus du fait qu’il avait marqué 21 des 28 premiers points de son équipe, il avait ajouté 3 passes.

Et cela continuait avec notamment un panier invraisemblable à 7 mètres en total déséquilibre devant Rudy Gobert au buzzer des 24. Bilan comptable à la mi-temps pour Doncic : 27 points (8/12 aux tirs) des 44 points slovènes. Et les chiffres ne peuvent pas totalement exprimer son incroyable impact sur le jeu. Seulement, la première moitié de match se terminait mal pour lui puisqu’il restait sur le sol suite à un coup involontaire de Vincent Poirier au rebond, sanctionné d’une curieuse anti-sportive, et la star des Mavericks regagnait les vestiaires avant l’heure.

Avec une bonne entrée d’Elie Okobo, les efforts méritoires d’Amath Mbaye, et une bonne tenue du secteur intérieur pour laquelle Rudy Gobert n’était pas étranger, la France était dans la roue slovène à 40-44.

Un arbitrage catastrophique

Luka Doncic enquillait toujours les paniers, puis regardait l’arbitre d’un air de dire « il n’ a pas faute ? » Rudy Gobert écopait d’une technique pour avoir manifesté son mécontentement. Pas sûr que l’arbitre l’aurait sifflé à Doncic ! Depuis le début de l’EuroBasket, les critiques fusent sur le corps arbitral. Il n’ont pas arrangé leur cas ce soir.

C’est d’ailleurs du très bon Rudy Gobert qui était de sortie. Il a bâché Klemen Prepelic, une piqure de rappel de celui de Nico Batum à Tokyo. Après un 7-0, les Français passait en tête à 57-56, puis égalisait au buzzer du 3e quart-temps sur un 3e trois-points d’un Elie Okobo revigoré.

A 7’17 de la fin du match, Doncic battait le record de points de Giannis Antetokounmpo de 41 points, puis celui de Dirk Nowitki de 43 points datant de 2001. Surtout la France décrochait pour la première fois à 67-77 (34e). Les Slovènes savent aussi défendre serré et la patte gauche de Goran Dragic (14 points) fait toujours aussi mal.

Gobert ratait deux lancers mais plantait un dunk de feu sur la tête de Doncic qui en disait long sur sa motivation. C’est sur un trois-points de Thomas Heurtel que la France revenait à un souffle de son rival (79-80), puis à égalité à 82 sur un 2+1 d’Evan Fournier à 1’58 de la fin.

Elie Okobo perdait la balle, Thomas Heurtel faisait un airball, et Vlatko Cancar finissait une attaque sur jeu placé. Le vent avait tourné. Evan Fournier s’énervait vis à vis d’un arbitre qui avait oublié de lui siffler une faute en sa faveur. Mais plutôt que la médiocrité des arbitres du soir, on retiendra évidemment l’immense show de Luka Doncic. On n’avait jamais vu ça.

La boxscore est ICI.

Photo : FIBA

De l’un de nos envoyés spéciaux à Cologne.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019