Le rêve éveillé du Franco-Polonais Aaron Cel après l’exploit contre la Slovénie de Luka Doncic

Futurs adversaires de l’équipe de France en demi-finale de l’EuroBasket, les Polonais ont créé une énorme surprise en éliminant la Slovénie de Luka Doncic mercredi soir (90-87). Le Franco-Polonais Aaron Cel raconte.

« On dit à chaque match à nos femmes qu’on va rentrer le lendemain à la maison. En huitièmes, on était censés rentrer. En quarts, on était censés rentrer. Et finalement, on rentrera pas avant le dernier jour ! C’est fou. » Ce mercredi 14 septembre 2022, la Pologne, 13e nation au classement FIBA, a sans doute écrit la plus belle page de son histoire moderne. En arrachant, devant des milliers de supporters venus à Berlin, une victoire retentissante contre la Slovénie, tenante du titre, en quarts de finale de l’Euro. Dans ses rangs, le Franco-Polonais Aaron Cel (2,03 m, 35 ans), qui dispute sa dernière compétition en sélection nationale, avait du mal à trouver les mots en zone mixte pour caractériser un tel exploit.

« C’est exceptionnel. On ne se rend pas compte, je pense qu’on ne s’en rendra pas compte demain non plus. C’est une première pour la Pologne d’arriver en demi-finale, en plus en battant la Slovénie, avec le meilleur joueur du monde, et que beaucoup voyaient champion. On n’a pas un joueur NBA, pas un joueur d’Euroleague, mais une équipe avec un grand E. On a vraiment une équipe avant tout, et quand on a une équipe, on sait que chaque joueur peut en aider un autre. On a construit ces automatismes avec Mike Taylor depuis 2014, qui a créé une osmose, un état d’esprit collectif. On a changé de coach il y a un an, et Igor Milicic a rajouté sa dimension tactique. On a montré un caractère énorme pour les redépasser quand ils sont revenus au score (NDLR : la Slovénie a comblé un retard de 23 points avant de payer ses efforts dans les ultimes minutes). Un match incroyable. »

Titulaire et auteur de 4 points et 4 rebonds en 17 minutes contre les Slovènes, le natif d’Orléans – formé au MSB avec Nicolas Batum – sait que la Pologne a été portée par un héros. Une star, superstar même, Mateusz Ponitka. L’ancien du Zénit Saint-Pétersbourg a sorti une performance de titan, un triple-double (26 points à 8/17 aux tirs, 16 rebonds, 10 passes décisives, 3 interceptions), pour vaincre les partenaires de Luka Doncic.

« Mateusz Ponitka est un joueur exceptionnel. Je ne sais pas pourquoi il ne joue pas en NBA, il faudra qu’on les appelle pour leur dire. C’est une machine. Au-delà des stats, tout le monde suit son tempo dans l’équipe. Il fait tout ce qu’il faut pour se faire respecter sur et en dehors du terrain. On a un vrai gros leader qui fait une carrière exceptionnelle et un tournoi exceptionnel. Un de plus. »

Les Polonais ont désormais deux matches pour décrocher une médaille, ce qui n’est plus arrivé depuis le bronze… en 1967 ! Ils retrouveront les Bleus en demi-finale de l’EuroBasket vendredi à 17h15.

« C’est la cerise sur le gâteau, d’autant que c’est ma dernière compétition avec l’équipe nationale. Je suis d’origine polonaise, je vis en Pologne, mais la France reste mon pays de coeur, celui dans lequel j’ai été élevé, et dans lequel j’ai tout appris au niveau basketOn mettra les émotions de côté vendredi. »

Quart-de-finaliste de la Coupe du monde 2019, la Pologne n’en est pas à son coup d’essai. « Tout est possible », a répété Aaron Cel. On ne saurait que boire ses paroles, dans un EuroBasket toujours plus fou, qui a vu successivement Nikola Jokic, Giannis Antetokounmpo et Luka Doncic, trois leaders censés porter leur équipe vers le titre, tomber avant le dernier carré.

À Berlin (Allemagne).

https://www.youtube.com/watch?v=4PCFS-7FRUc

Photo : Aaron Cel (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

octobre 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019