Trophée de l’année – George Eddy, le faux retraité (2/2) : « J’ai battu le recordman du monde des lancers-francs dans un concours de shoots »

Pendant plus de trois décennies, George Eddy a été la voix de l’Amérique pour le basket français. Le journaliste a initié des générations de fans à la NBA qui était jusqu’alors un continent mystérieux. Il a été aussi un commentateur avisé du basket français et européen. Dans cette interview long format, il nous parle de ses expériences riches et variées, nous rappelant notamment qu’il fut un shooteur d’exception. L’interview est en deux parties. Voici la deuxième.

Jusqu’à Noël, Basket Europe décerne ses trophées de la saison, avec des interviews et portraits de plusieurs personnalités de l’année 2022. Débutons avec le « trophée du faux retraité », qui revient à George Eddy (2/2). Pour découvrir l’intégralité de nos trophées, mais aussi de nombreuses nouveautés en 2023, abonnez-vous !

Vous avez deux sélections en équipe de France A’. Qu’est-ce qui vous a manqué pour jouer en équipe de France ? Des qualités athlétiques ?
Oui, c’est évident. C’est pour ça que je ne n’ai jamais eu ma place au lycée et à l’université. J’aurais bien aimé que la ligne à trois-points existe dès mon arrivée en France en 1977. Cela aurait pu faire en sorte que j’ai une carrière complètement différente car je shootais toujours de loin même quand c’était que deux points. La plus belle saison que je fais, c’est à Saint-Julien-les-Villas en 1983-84. J’ai été dans les trois meilleurs marqueurs français avec Jean-Aimé Toupane et Yaya Cissokho. Je me fie aux statistiques de Maxi-Basket de l’époque. Je tournais à 27 points par match et il n’y avait pas le panier à trois-points. Evidemment, le panier à trois-points a rentabilisé de 50 % les shoots de loin que je mettais. Mais c’est clair que pour être plus fort en première division, il me manquait des jambes. Je n’ai jamais dunké de ma vie, je n’ai jamais gagné les sprints après les entraînements avec mes coéquipiers. Je n’avais ni vitesse, ni détente. J’avais juste mon adresse et mon QI basket pour exister en première division. Je serai éternellement reconnaissant aux frères Galle à Caen qui ont fait de moi un vrai joueur de première division. J’étais à 14 points par match la première année, 13 points la deuxième année, comme 6e homme, efficace contre les défenses de zone. J’ai pu réellement exister en 1e division mais j’étais meilleur en Pro B.

Qu’est-ce qui a fait que vous étiez un shooteur exceptionnel ? C’est un don ou uniquement le geste, le travail ?
C’est forcément les deux. J’ai senti très jeune que j’avais un petit don pour les shoots et que je ne faisais rien d’autre très bien, donc il fallait que je développe ça. Après le don, il faut beaucoup de travail. C’est surtout que mon meilleur ami durant mon adolescence était le deuxième meilleur joueur de l’Etat de Floride. C’est Stan Pietkiewicz, qui a joué trois ans en NBA puis en Italie. Il a été une vedette à Brescia et Pesaro. Et avant, il était à presque 20 points par match à Auburn, en première division NCAA après avoir été le deuxième meilleur joueur de l’Etat de Floride au lycée. Je le suivais partout à la trace, j’étais un peu son bras droit. Pas du tout de son niveau, mais à force de jouer avec lui, dont le point fort était l’adresse – il shootait beaucoup à sept mètres -, je me suis amélioré. On passait notre temps à faire des concours de shoots, notamment de loin. Comme il me battait systématiquement, ça me motivait à travailler encore plus. En plus, lui jouait contre tous les meilleurs joueurs autour d’Orlando, et je m’incrustais dans les matches les plus compétitifs sur les playgrounds. Il m’a même fait rencontrer des joueurs NBA quand il était en NBA comme Swen Nater, le joueur néerlandais qui a joué à NCAA à UCLA avec Bill Walton puis aux Clippers de San Diego. J’ai rencontré aussi Eddie Johnson qui mettait 20 points à Atlanta…

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus

Photo : George Eddy

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019