Euroleague – Le grand bilan de mi-saison : derrière le top 8, bon nombre d’équipes rêvent de playoffs (1/2)

Baptiste Oleynik
0

Alors que la mi-saison de l’Euroleague approche à grands pas, la rédaction de Basket Europe dresse un premier bilan du début de saison, équipe par équipe. Première partie : les formations de la 9e à la 18e place, du Zalgiris Kaunas à l’Alba Berlin en passant par l’ASVEL.

La course (folle) aux playoffs bat son plein en Euroleague. Qui fera partie des huit derniers prétendants au titre de champion d’Europe 2022-23 ? À l’approche de la 17e et dernière journée de la phase aller, certaines équipes ont pris une longueur d’avance mais la ligue s’avère plus que jamais serrée en haut du classement. Après trois mois de compétition, trois formations sont à égalité sur le podium, alors que dix équipes enregistrent entre 50 et 70 % de victoires. Tout reste donc possible jusqu’au 14 avril, date de la dernière journée de la saison régulière, pour assurer sa place dans le top 8.

9e – Zalgiris Kaunas : déjà autant de victoires que l’an passé ! (8v-8d)

Vainqueur de l’Euroleague en 1999, le collectif lituanien peut-il créer la surprise et se qualifier pour les playoffs ? Tout comme le Maccabi, le Zalgiris – porté par son peuple vert – engrange les succès à domicile, avec des victoires éclatantes face au Barça (73-72, J4), Milan (71-62, J8) et le Real (81-72, J14). Huit victoires, c’est déjà le même nombre que l’an passé à l’issue des 28 journées de championnat, conclu en dernière position (15e). Revanchards, les Lituaniens font partie des belles surprises et rares sont les équipes qui les ont surclassés.

Fort de son identité de jeu collective, le Zalgiris de Kazys Maksvytis règne aussi sur son championnat local (13v-1d) et peut jeter toutes ses forces en Euroleague. Seulement 15e équipe aux tirs (43,8 %) et 14e aux pertes de balles (13,7 par match), Kaunas tient bon. Débusqué au Maccabi Tel-Aviv l’été dernier, Keenan Evans, MVP de la 15e journée, est en grande forme et a pris le leadership au scoring (16,8 points, 3,3 rebonds, 3,9 passes décisives), bien épaulé par la star locale Edgaras Ulanovas (11,2 points, 3,2 rebonds, 2,5 passes) et le Letton Rolands Smits (9,4 points, 5,6 rebonds).

Keenan Evans, l’homme en forme du Zalgiris Kaunas (c) Euroleague

La mayonnaise verte a bien pris en 2022. L’équipe impose sa puissance en mettant toute son énergie dans le combat, et fait douter bon nombre d’équipes solides. Dernière preuve en date : la Roca Team s’en est remise au money time pour les écarter à domicile (84-82, J16). Petit bémol, Ignas Brazdeikis (9,2 points, 6,2 d’évaluation, 15 % à 3-points), dont le temps de jeu est en baisse, a encore des progrès à faire, lui qui vient de débarquer en Europe. Son équipe aura bien besoin de son jeune arrière lituanien si elle veut poursuivre son ambition de qualification aux playoffs et vivre un début d’année 2023 dans la lignée de 2022.

À presque mi-chemin, Kaunas est en tout cas aux portes du top 8… mais la concurrence est terrible. Les Lituaniens se doivent d’être en mission permanente pour atteindre leur objectif. Et poursuivre avec un doux rêve : disputer le Final Four à la maison, le week-end du 20 mai 2023. 

Prochain match (Round 17, fin de la phase aller) : 5 janvier, 19h00 vs Fenerbahçe Beko Istanbul

10e – Étoile Rouge mts Belgrade : de retour de l’enfer, ce Red Star vise les étoiles (8v-8d)

Avec Dusko Ivanovic à la baguette, le tout nouveau duo argentin va-t-il mener le « nouveau Red Star » aux playoffs ? Que le début de saison fût mouvementé ! Après seulement sept journées et six défaites dans un enchaînement de matches face aux têtes d’affiches de l’Euroleague, les dirigeants ont pris des décisions fortes. Vladimir Jovanovic remplacé par l’expérimenté Dusko Ivanovic, Luca Vildoza engagé à la mène… Et l’effet fut immédiat : six succès en autant de rencontres – plus grande série de victoires de la saison à égalité avec Baskonia – suivi d’une 7e victoire en 8 matches, sur le parquet de l’Olympiakos !

L’apport de Luca Vildoza (14 points, 4,2 passes) est important mais cela ne suffit pas à coach Ivanovic et aux ambitions serbes. D’autant plus que l’Argentin en pleine bourre est coupé dans son élan par une blessure aux ischios, qui pourrait l’écarter des terrains un mois et le priver de six rencontres d’Euroleague. Alors que le calendrier s’intensifie et que la route aux playoffs est encore longue, c’est un autre champion du monde argentin qui devra prendre la relève : Facundo Campazzo…

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus

Photo : Nando De Colo – ASVEL (Infinity Nine Media)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019