Victor Wembanyama, l’heure des retrouvailles avec l’ASVEL

Passé de Villeurbanne à Boulogne-Levallois cet été, Victor Wembanyama (2,21 m, 19 ans) va retrouver l’ASVEL pour la première fois sous le maillot des Metropolitans 92. Six mois après le divorce, et avec un tout autre statut.

« On veut absolument le garder, tout sera construit autour de lui l’année prochaine. Victor est un joueur unique. C’est le plus gros potentiel du basket français de ces vingt dernières années. » Ce sont les mots du président Tony Parker prononcés le 25 juin dernier lors de la conférence de presse du troisième titre de champion de France consécutif. Ainsi était le projet villeurbannais planifié pour Wemby : une première saison de la découverte et une deuxième de l’explosion, à l’ASVEL, avant la Draft 2023 et la NBA.

Pourtant, quelques jours plus tard, Victor Wembanyama décide d’activer sa clause de sortie et rejoint – un peu à la surprise générale – Boulogne-Levallois et Vincent Collet. Six mois plus tard, le phénomène formé à Nanterre va retrouver l’ASVEL avec les Metropolitans 92, avec un tout autre statut, celui de star planétaire. Il figure aujourd’hui parmi les favoris pour le titre de MVP du championnat, tandis que son équipe (11-4, 3e) devance Lyon-Villeurbanne (9-6, 5e) au classement.

« Il n’était pas dans de mauvaises conditions à l’ASVEL, mais tout n’était pas tourné autour de lui comme c’est le cas à Boulogne-Levallois, où il est dans un cocon (NDLR : 32 minutes de moyenne) et où il n’y a pas d’impératif de résultats comme à Villeurbanne. C’est une approche complètement différente et il ne faut pas oublier que Victor n’est pas le même joueur aujourd’hui qu’il y a un an », analyse Jacques Monclar dans l’édition du jour du Progrès.

Laurent Sciarra : « Le gâteau est trop gros »

Egalement interrogé, Laurent Sciarra a rappelé ce qu’il avait déjà dit précédemment sur le sujet

« Ce que je retiens avant tout, c’est que l’équipe est performante alors que peu de monde misait sur ce groupe, qui a beaucoup de gamins, en début de saison. Victor déborde de talent et, à l’image du All Star Game, il fait tout ! Alors, c’est bien parce que, grâce à ça, on parle du basket. Mais il ne faut pas être dupe. Ce n’est pas fait à cette fin-là. C’est fait à une fin plus personnelle, plus privée, pour faire la méga bascule et avoir la meilleure place possible à la Draft. C’est très bien pour lui, sa famille, ses agents et, en fin de compte, pour le basket français, mais au bout d’un moment, quand on commence à trop sortir l’individu du collectif, ça me gêne… Je ne remets pas en doute son talent et ce qu’il fait alors qu’il mesure 2,21 m. C’est génial ! Mais je trouve que le gâteau est trop gros. Parlons-nous de l’impact de Lahaou Konate et Steeve Ho You Fat au quotidien ? Non, parce que ce n’est pas bankable ! Mais plus rien ne m’étonne. Au All Star Game, où je n’étais plus retourné depuis quatorze ans, j’ai vu le moment où il allait faire également le concours de meneur de jeu… Maintenant, j’attends de le voir à un autre niveau que la Betclic Elite. Sera-t-il dominant, un jour, en NBA ? Je n’en sais rien et je m’en fous… Je ne regarde pas la NBA. Quand je vois qu’ils battent des records individuels tous les soirs, je préfère me regarder gentiment Partizan Belgrade-Monaco. Ça me fatigue de voir tout ce qui est fait en parallèle de ce que Victor fait sur le terrain. C’est trop. »

À noter que l’ASVEL n’a pas souhaité s’exprimer dans les colonnes du Progrès sur ce dossier sensible où les intérêts s’entremêlent. Et que, pour ne parler que du parquet, le Villeurbannais Alex Tyus, toujours aux Etats-Unis, ne disputera pas le match lundi soir (20h, retransmis sur BeIN Sports 3). Une perte importante puisque T.J. Parker ne pourra compter que sur un seul pivot de métier contre les Mets : Youssoupha Fall.

Photo : Victor Wembanyama (Infinity Nine Media)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

février 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019