Euroleague : L’ASVEL craque contre Valence après avoir remonté 20 points de retard !

Clément Carton
0

Scénario cruel à l’Astroballe. Après avoir remonté 20 points de retard, l’ASVEL a fini par céder contre une équipe de Valence insubmersible (79-83). La première mi-temps aura coûté cher, mais la réaction villeurbannaise restera dans les mémoires.

Jamais Valence ne l’avait emporté en six venues à l’Astroballe. Cette série d’invincibilité s’est stoppée vendredi soir. Il faut dire qu’avec 52 points concédés en première mi-temps, l’ASVEL s’est rendue la tâche difficile, voire impossible. La faute à de nombreux oublis défensifs et la sanction immédiate due à l’excellente adresse espagnole en première mi-temps (8/16 derrière l’arc, 12/17 à 2-points).

Sous les yeux de William Howard, qui a reçu sa bague de champion en avant-match, les Villeurbannais ont été bloqués d’entrée de jeu par la box-and-one des Valencians (16-22 après 10 minutes). Ils ont ensuite pris une pluie de 3-points, jusqu’à compter… 20 points de retard avant la pause (25-45, 17e). Un écart qu’ils ont déjà remonté à plusieurs reprises, et encore il y a moins d’un mois contre l’Olympiakos. Pas cette fois, mais il s’en est fallu d’un rien.

Une remontada pour rien

Poussée en deuxième mi-temps par un public de l’Astroballe chaud comme rarement cette année, l’équipe de T.J. Parker a collé un incroyable 17-2 au retour des vestiaires (54-54, 26e) dans le sillage de Retin Obasohan, déclencheur de la révolte tandis qu’il était resté cloué sur le banc en première période ! 

C’est surtout défensivement que Villeurbanne a changé la donne, en ne concédant que 10 points dans le troisième quart-temps. Repassée derrière dans l’ultime période (62-68, 32e), elle s’est accrochée, au courage, jusqu’à repasser devant à l’heure du moneytime (72-71, 36e).

Avant d’encaisser un 8-0 au pire des moments (72-79, 39e). Mais même à -7 dans l’ultime minute, l’ASVEL n’avait pas dit son dernier mot. Charles Kahudi et Nando De Colo ont chacun inscrit un tir primé dans l’ultime minute, revenant à un point à 26 secondes du buzzer (78-79). Insuffisant pour l’emporter au jeu des lancers-francs, les Valencians restant solides sur la ligne. Scénario cruel !

L’ASVEL s’enfonce un peu plus… et attend Dee Bost

C’est d’autant plus dommageable que l’ASVEL a, comme souvent, bien réagi. Nando De Colo (14 points, 5 passes, 9 fautes provoquées) a porté le collectif, bien secondé par Charles Kahudi (13 points, 5 rebonds) et Retin Obasohan (7 points et de multiples actions décisives en défense) en deuxième. Tandis que Youssoupha Fall (12 points) et Antoine Diot (10 points) s’étaient montrés précieux en première mi-temps.

Très peu utilisé (0 point en 6 minutes), Parker Jackson-Cartwright est-il sur la sellette ? En tout cas, l’ASVEL va officialiser dans les prochaines heures l’arrivée de l’ancien Monégasque Dee Bost. Un renfort d’expérience, peut-être ce qu’il a encore manqué ce vendredi soir aux Villeurbannais contre Xabi Lopez-Arostegui (13 points, 6 passes, 5 rebonds), Klemen Prepelic (11 points, 7 passes), Jonah Radebaugh (13 points, 4 passes) et consorts. 

Au final, le résultat coûte cher. L’ASVEL (6-13) reste tout au fond du classement de l’Euroleague. L’équipe de T.J. Parker devra vite se rattraper en championnat de France. En ballotage plus que favorable, elle devra officiellement valider sa place à la Leaders Cup ce lundi contre Le Mans, de l’ancien assistant villeurbannais Elric Delord, toujours devant son public.

À Villeurbanne.

Boxscore ASVEL – Valence / Classement Euroleague / Calendrier Euroleague

Photo : Nando De Colo (Euroleague)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019