Ali Bouziane, vainqueur de la Leaders Cup Pro B avec Angers, un promu invaincu : « C’est unique ! »

Clément Carton
0

Dimanche après-midi, l’Etoile Angers Basket a soulevé sa première Leaders Cup Pro B en battant Boulazac (88-72). Premier promu à soulever ce trophée, le tout en étant invaincu sur toute la compétition, le coach angevin Ali Bouziane peut savourer. Réactions.

Ali Bouziane (coach Angers) : « Je ne sais pas si c’est une première, mais 9 victoires et être invaincu dans la compétition, le tout en étant promu, c’est unique. On y est allés petit à petit. On a commencé sans savoir ce qu’on voulait, en étant dans la poule du tenant du titre, Évreux, et d’un club qui descend de Pro A, Orléans. Quand on sort invaincu de cette poule et qu’on tombe Chalon (NDLR : plus gros budget de Pro B), on s’est mis en mission. Ce qui n’était pas un objectif en soi l’est devenu, dans ce rôle d’outsider qui nous va très bien. Ce n’est surtout pas une consécration mais c’est une belle récompense. »

« En finale, on a contrôlé le jeu. On a eu une semaine de préparation que Boulazac n’a pas eu, ça joue. On a beaucoup travaillé cette semaine et on était vraiment prêts. On les a maintenu à 4/20 à 3-points, c’était une stratégie payante. Les gars ont montré de très belles attitudes. On a parlé de sérénité, de contenu et de process, ce qui allait nous amener à la victoire. On ne voulait pas se mettre de pression. C’est ce qui a fait qu’on a pu rester serein. »

« À titre personnel, c’est mon premier trophée en professionnel, j’apprends aussi. C’est un truc de malade. Qui aurait pu prédire qu’on fasse une telle saison ? Certains médias avaient pronostiqué que nous serions derniers du championnat. C’était mal connaître l’état d’esprit de nos joueurs. Tous ont quelque chose à prouver. On a joué sur ça. Au final, on a gagné contre toutes les équipes du top 5. Maintenant, notre seul objectif, ça reste le maintien. Il faut être humble. »

Yohan Choupas (Angers), MVP de la finale : « On ne peut qu’être heureux. Clairement, la victoire est une grosse satisfaction, et avec la manière en plus ! On s’est vraiment donné défensivement et offensivement. En championnat, on n’arrive pas à tenir 40 minutes. Ça n’a pas été le cas aujourd’hui mais on y est presque arrivés cette fois-ci, et cela a suffi malgré notre entame de quatrième quart-temps. La clé, c’était la détermination. Tout le monde a apporté. À titre personnel, j’ai forcé quelques tirs mais je me suis senti bien. J’ai essayé de faire ce que je savais faire. Ce trophée, c’est une récompense. C’est le fruit du travail réalisé depuis plusieurs années. » 

Bathiste Tchouaffe (Boulazac) : « On est tombé dans le piège d’Angers, on a subi leur agressivité. Ça nous a perturbé. C’était une finale, et l’équipe n’a pas joué à hauteur de son potentiel, et on est tombés dans un sentiment de frustration. La fatigue est arrivée par la suite. On a tout donné pour les accrocher mais ils ont mis de gros shoots. Il n’y a pas eu de doute, Boulazac ne doute pas, on l’a vu sur certains matches où on était menés et on avait réussi à changer le cours du match. On était en mode rien à perdre. On savait sur quoi on devait travailler. On a essayé de faire les choses au mieux. L’adresse ? Aujourd’hui, ce n’est pas rentré. Contrairement au match contre Lille où on s’est qualifié grâce à notre adresse. On ne peut pas dire qu’on était victime de la pression, non, on voulait juste ramener le premier trophée au club, c’était plus du fun. Je n’ai pas senti l’équipe sous pression, ou en tout cas sous une bonne pression. On était motivés. Maintenant, il faut qu’on se concentre sur le reste de la saison, on a encore pas mal d’objectifs en tête. On a une semaine de vacances, on va se consacrer à bien travailler. »

Alexandre Menard (coach Boulazac) : « Ce n’était pas un problème d’envie. Je n’ai rien à reprocher à mes joueurs de ce côté-là. Même quand c’était dur, tout le monde a essayé avec l’énergie du désespoir de renverser la situation. On est aussi tombé face à une très belle équipe d’Angers. Mais on a manqué de discipline. On peut mettre de l’énergie tant qu’on veut, si on ne met pas de discipline, on ne va pas bien faire les choses, on va perdre des balles. On n’a pas réussi à contrecarrer tout ça. Je ne sais pas si c’est un manque de lucidité ou de discipline mais il nous a manqué trop de choses. Je ne parle pas de l’agressivité défensive, mais on n’a pas été capable de travailler ensemble là-dessus, d’être plus discipliné d’avoir un jeu plus fluide. On perd 22 balles et on laisse 15 rebonds offensifs alors qu’on est une équipe qui aime jouer up-tempo. Bien sûr, Angers a une semaine pour se préparer, mais ne comptez pas sur moi pour en faire une excuse. La plus forte équipe a gagné. On a peut-être eu aussi un manque de lucidité, mais certains joueurs n’étaient pas au mieux. Baptiste Tchouaffe a joué avec une entorse, Clément Cavallo souffrait encore d’une béquille aux ischio-jambiers, Paul Billong d’une déchirure au mollet, et on est toujours en train d’intégrer Raijon Kelly. Tout ça n’était pas suffisant pour contrecarrer le jeu de cette équipe d’Angers. Maintenant, il faut nous régénérer et continuer à travailler. »

À Saint-Chamond.

Photo : Ali Bouziane (Hervé Bellenger – LNB)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

mars 2023
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019