Les souvenirs de la légende grecque Panayotis Yannakis

la rédaction
0

Pour Oneman, le Grec Panayotis Yannakis, 64 ans, est revenu sur sa riche carrière, lui qui fut champion d’Europe en 1987 comme joueur et champion d’Europe en 2005 et vice-champion du Monde en 2006 comme entraîneur.

A propos de ses rapports avec l’Américano-Grec Nick Galis :

« Nick et moi étions des personnages différents, c’est vrai. Mais il y avait un respect mutuel. Quand nous entrions sur le terrain, ce qui nous dérangeait avant ou après le match, nous l’oublions. C’est normal quand tu joues avec intensité, avec de la compétitivité et que tu essaies de donner le meilleur de toi-même, qu’il y ait des choses que tu ne vois pas de la même manière que l’autre personne. La principale chose qui nous intéressait tous les deux était de battre l’adversaire à la fin. Nous n’avions pas besoin d’être d’accord sur tout pour travailler ensemble. L’essentiel est d’apprécier la valeur de chacun et que chacun fasse de son mieux pour que l’impossible devienne possible. »

A propos du tire de champion d’Europe :

« Il y avait donc des attentes pour 1987, mais pour ne pas nous mettre la pression, notre objectif initial et principal était de nous qualifier pour le top huit, un gros objectif pour l’époque. Deux ans auparavant, nous avions été éliminés en huitièmes de finale. Nous avons également été tirés au sort dans un groupe très difficile, avec l’Espagne, l’Union soviétique, la Yougoslavie, la France et la Roumanie. Le seul adversaire abordable sur le papier était la Roumanie. La France était une équipe athlétique qui nous a toujours donné du fil à retordre et les trois autres étaient des superpuissances. L’objectif était donc réaliste. Nous avons joué des matchs très durs dès le début, nous avons battu la Yougoslavie, la Roumanie et la France, nous avons perdu de peu contre l’Union soviétique et de beaucoup contre l’Espagne. Intérieurement, nous croyions que nous pouvions tous les jouer, nous n’avions peur de personne. Cela a toujours été la philosophie de l’entraîneur, on s’en fichait si les adversaires étaient trop rapides ou trop grands, on menait le match là où on était bon et au final ça marchait. J’avais aussi cette philosophie en tant qu’entraîneur. Les possibilités sont toujours là. Il faut du travail, de la coopération, de la foi et trouver un moyen d’exploiter les faiblesses de vos adversaires, tant que vous restez calme et que vous ne perdez pas la tête. »

A propos du trophée de l’Euroleague avec le Panathinaikos en 1996 :

« Je considère comme une bénédiction d’avoir finalement réussi à remporter le Championnat d’Europe avec le Panathinaikos et à participer à un tel succès du basket grec en tant que capitaine et au sein d’une équipe qui, au moins en finale, s’est fortement appuyée sur les joueurs grecs. Dominique Wilkins était bien sûr le plus grand nom, mais nous avions aussi Stojan Vrankovic avec qui nous restons amis à ce jour et la nouvelle génération du basket grec : Nikos Oikonomou, Francis Albertis, Christos Myriounis, Tzanni Stavrakopoulos. Dominique était une star, c’était choquant qu’il soit venu en Europe. C’était injuste qu’il n’ait pas terminé la saison avec nous, je ne sais toujours pas pourquoi tout cela est arrivé. C’était probablement quelque chose entre l’entraîneur, la direction et lui-même, que nous n’avons jamais découvert. »

A propos de la médaille d’argent à la Coupe du Monde 2006 au Japon après une victoire en demi-finale sur les Etats-Unis de LeBron James e Carmelo Anthony (101-95) :

« Et bien sûr, notre plus grande réussite a été le match complet que nous avons joué contre les Américains, pour moi le meilleur de n’importe quelle équipe nationale contre une Dream Team et probablement le meilleur de l’histoire de notre équipe nationale. Il fallait du travail qui s’est accumulé. Si vous regardez l’histoire de cette équipe, vous vous rendrez compte que c’est une équipe qui y a cru, qui a eu de la persévérance et de la patience et un esprit clair dans les moments difficiles. Il y avait des gens qui aimaient l’équipe nationale et qui ont cessé de regarder le match avant la fin parce qu’ils pensaient que nous l’avions perdu ! Nous n’avons pas arrêté de saisir les opportunités qui s’offraient à nous. Comme ces jeunes l’ont montré plus tard dans leur carrière, l’équipe nationale a été l’étape qui leur a donné le coup de pouce nécessaire, en a fait des protagonistes, leur a fait découvrir comment ils pouvaient être au top. L’équipe nationale leur a montré la voie. »

A propos de son expérience en Chine :

« Ils ont fait une ligue comme la NBA, avec 2-3 matchs par semaine, ce qui n’aide pas les joueurs à s’améliorer. Ils ne s’entraînent pas, ils voyagent beaucoup, ils ont une mentalité complètement différente dans la façon dont ils forment les jeunes. Ils rendent en quelque sorte un mauvais service à la capacité qu’ils ont parce qu’ils aiment tellement le basket-ball. Les terrains ouverts sont pleins de basketteurs, et ce qui m’attriste maintenant en Grèce, c’est que je ne vois pas d’enfants sur les terrains. En Chine, les villes sont très différentes les unes des autres, il y a les plus industrielles, où il est difficile d’y vivre, et les plus avancées, comme Shanghai et Pékin. C’est un vaste pays, avec des cultures différentes d’une région à l’autre. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

mai 2023
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019