Jordi Bertomeu, ex-PDG de l’Euroleague : « Nous avons rendu le basket-ball mondial »

La rédaction
2

Il a été pendant deux décennies le personnage central de l’Euroleague. Jordi Bertomeu a été contraint de prendre du recul. Dejan Bodiroga est désormais le nouveau président de l’Euroleague Basketball tandis que Marshall Glickman a été nommé PDG par intérim. Bertomeu a donné une interview bilan à 2Playbook dont voici quelques extraits.

«Nous avons formé la ligue et je suis parti après 22 ans. La conviction est que nous avons créé une ligue qui a un impact et change la réalité. Il y a de nombreux signes indiquant un impact positif. Avant tout, nous avons rendu le basket-ball mondial. Au départ, il était vu localement. Savoir quand votre équipe préférée jouait et c’était tout. Je dis toujours que nous avons transformé une compétition individuelle en une compétition collective. Les clubs n’étaient pas connectés mais pendant 22 ans, ils ont travaillé ensemble en tant que groupe, prenant des décisions. Au début, nous n’avions une couverture télévisée que dans sept pays, maintenant l’Euroleague est disponible dans plus de 200 pays. De plus, les matchs se jouaient dans de petites salles, avec une fréquentation moyenne d’à peine 2 000 fans, et maintenant la moyenne est supérieure à 9 000 spectateurs. »

« Depuis la saison où nous avons signée avec IMG (2015) , nous sommes passés d’un budget de 36M d’euros à un budget annuel de 100M d’euros à mon départ. Nous avons créé notre propre identité. »

« Dès le début, nous étions un élément perturbateurQuand nous avons quitté la FIBA ​​en 2000, c’était très difficile. Nous avons subi des pressions politiques auxquelles j’ai dû faire face. Nous avons proposé quelque chose d’unique, une compétition hors fédération internationale, mais les équipes étaient prêtes à prendre un risque commercial.« 

« Devenir un groupe uni était un défi. L’Europe n’est pas comme les États-Unis travaillant sur un seul marché. Ici, nous avons de nombreuses cultures et différentes façons de posséder et de gérer des équipes. Des équipes se parlent, partagent des informations internes. S’adapter à chaque pays et à chaque culture est une des grandes réussites car il y a eu un vrai changement de culture dans le management.« 

« Pour que le contrôle financier soit efficace, il faut que tout le monde se fasse confiance. Dans tous les autres cas, le système ne fonctionne pas.« 

« Lorsque les équipes reconnaissent qu’elles ne peuvent pas toujours gagner et que le coût doit être équilibré, je pense qu’il y a un potentiel de revenu. Mais cela ne peut pas être réalisé par les seuls marchés traditionnels. Les revenus des droits en France ou en Allemagne génèrent 1M d’euros. Des marchés riches doivent être introduits dans l’Euroleague Basketball et cela doit s’accompagner d’une amélioration du produit, qui apporte toujours une augmentation significative des revenus.« 

« L’Euroleague Basketball doit évaluer les propositions de la FIBA. Chaque fois que nous avons parlé, nous n’avons jamais eu de proposition économique durable et de nombreux clubs hésitent à revenir à ses compétitions.« 

Photo : FIBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

2 Responses
  1. David

    Si tout n’est pas noir dans son bilan, 22 ans pour en arriver là, c’est à dire un basket Européen illisible, c’est pas ce que j’appelle un bon bilan !

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019