Patrick Comninos (CEO BCL) : « Dans cinq ans, nous voulons être la meilleure compétition en Europe »

Dylan De Abreu
0

Présent à Athènes à l’occasion du Final Four de Champions, Patrick Comninos s’est entretenu avec plusieurs journalistes suite à la traditionnelle conférence de presse de présentation de l’événement.

Eurohoops faisait partie du panel de journalistes présents après la conférence de presse et voici ce qu’a dit le CEO de la Champions League, Patrick Comninos. L’ancien dirigeant à l’UEFA s’est notamment exprimé sur le progrès de sa compétition.

« C’est un fait que la FIBA, après 16-17 ans d’absence dans l’organisation de matchs hebdomadaires, est de retour avec un pari majeur. Il y a des tentatives qui ont duré une, deux saisons, mais se sont arrêté. Il y a eu des tentatives mais qui ont échoué. Donc, le fardeau est lourd. La première réaction des équipes a été de faire preuve de prudence. Quelle est cette organisation ? Où est-ce que ça va ?

Lors de mes voyages, j’ai rencontré des managers prudents et des présidents de club. Nous nous sommes efforcés de prouver que c’est une compétition d’équipes. Et des ligues. Nous n’avons aucun accord avec les équipes, nous nous attendons à voir leur succès dans les ligues nationales d’abord.

Nous avons donc commencé à faire passer le message aux clubs. Que c’est leur compétition.

Nous avons reçu un retour positif de plusieurs équipes. Nos clubs sont nos représentants. Nous avons reçu des commentaires positifs et des questions d’équipes qui n’ont pas joué en BCL. Ils se parlent entre eux. Aux autres GMs. Et la plupart d’entre eux donnent des retours positifs. Donc, d’autres équipes examinent la perspective de jouer la Champions League. Bien sûr, ils doivent d’abord présenter leurs résultats dans leur ligue nationale.

Nous faisons des pas en avant: l’un d’entre eux attire les grandes marques de basket-ball, considérant qu’elles remplissent leurs critères de succès dans les ligues nationales.

Nous sommes réalistes, c’est une période difficile en ce qui concerne le marketing. Le basket-ball n’est pas un bon vendeur. Les choses ne sont pas claires. C’est le plus gros problème du basketball. Quatre compétitions, une centaine d’équipes, autant de matchs et d’incertitudes concernant l’endroit où chaque équipe jouera l’année prochaine. Cela rend le marketing difficile. Le basket-ball a quatre compétitions en Europe avec 40 millions de revenus au total, l’Euroleague s’accapare la plupart d’entre eux. C’est un chiffre médiocre pour le deuxième sport le plus populaire au monde.

Nous ne sommes pas satisfaits quand il s’agit des revenus du basket-ball en tant que marché. Nous n’obtenons pas les chiffres que nous aimerions. La différence est que la distribution des revenus est importante. Le vainqueur de la Champions League reçoit un million et ceci représente une grande partie de son budget annuel. Cela leur donne une motivation. Je suis d’avis que jouer en Europe est une récompense, pas un fardeau. Pour de nombreuses équipes, le résultat financier est négatif. Donc c’est un fardeau.

Mon pari personnel ? Dans cinq ans, nous voulons être la meilleure compétition en Europe. C’est mon pari personnel. Plus nous progressons, meilleurs sont les résultats. »

Patrick Comninos a aussi forcément parlé du cas du président Dimitris Giannakopoulos, du fait que le Panathinaïkos souhaite quitter l’Euroleague et qu’il songe à disputer la Champions League.

« Le Panathinaikos ayant manifesté son intérêt pour l’adhésion, nous avons entamé un dialogue avec la direction du club. Pas seulement le propriétaire. Il y a tout un spectre de transition. C’est la même procédure que nous suivons avec toutes les équipes qui veulent jouer la Champions League. Nous ne sous-estimons pas la valeur que porte le nom de Panathinaikos. Mais la procédure est la même. Les réunions, échanger des points de vue, expliquant comment la BCL est organisée. Qu’est-ce que cela signifie pour une équipe d’être là.

Au cours des prochains jours, il y aura aussi des discussions au niveau politique. Cela nous rend heureux qu’un des plus grands clubs d’Europe veuille discuter avec nous. J’imagine que nous aurons plus de développements les prochaines semaines.

Nous restons fidèles à nos principes. Lorsque les séries éliminatoires de la ligue grecque seront terminées, nous aurons une image plus claire. »

 

« Le jour où le club, le sponsor ou le président fou s’arrête, les clubs cessent d’exister. C’est le gros problème du basket-ball européen »

 

Pour conclure, le CEO de la BCL a donné son point de vue sur l’Euroleague.

« Nous n’avons peut-être pas de grands noms. Ou « soi-disant » grands noms. C’est une mauvaise approche à mon avis que la FIBA ​​a permis, d’une certaine manière. Que les «grands noms» n’ont rien à voir avec ce que les équipes sont sur le terrain. Peu importe si Maccabi gagne la ligue israélienne. Ils sont toujours considérés comme la meilleure équipe israélienne. Peu importe si Milan gagne la ligue italienne ou pas.

Nous voulons faire passer ce message. L’Euroleague n’utilise pas de critères sportifs pour le reste des spots. Cela crée un nouveau modèle. C’est ce dont nous discutons avec le Panathinaikos.

Il y a des discussions. Avec beaucoup d’équipes. Les clubs sont appelés à prendre une décision. Sur plusieurs niveaux. Cela a aussi à voir avec la relation des équipes avec leurs ligues nationales. Nous ne pouvons pas ignorer le fait que les équipes qui jouent en EuroLeague jouent également dans les ligues nationales. Cette participation est exigeante.

Quand l’Euroleague dit que les équipes d’Eurocup ne libèrent pas les joueurs pour les fenêtres de l’équipe nationale, vous réalisez quels problèmes cela crée pour les équipes. Ceci est un facteur majeur. Où les équipes veulent-elles être ? Contre leur fédération, parce qu’ils ne seront pas en mesure de laisser jouer les joueurs, ils pourraient recevoir des appels téléphoniques les incitant à libérer leurs joueurs. Ce n’est pas un modèle attrayant. De nombreuses équipes examinent leur futur.

Fenerbahce a eu une saison de rêve, quand ils ont tout gagné, et a déclaré 18 millions de pertes. Que peuvent en dire les autres équipes ? C’est un gros problème. Dans la saison de vos rêves, vous devez avoir un surplus. Si vous ne faites pas cela, il n’y a pas de perspective. C’est le gros pari du basket-ball. Ce n’est pas un modèle viable. Au basket-ball, c’est le club ou le gouvernement qui finance ou les présidents «fous» qui choisissent de le faire. Ce n’est pas viable. Le jour où le club, le sponsor ou le président fou s’arrête, les clubs cessent d’exister. C’est le gros problème du basket-ball européen.

C’est pourquoi nous essayons de proposer un modèle différent. Qu’est-ce que c’est ? Si vous réussissez, jouez avec les meilleurs. L’Euroleague a créé une ligue fermée pour garantir tous les revenus d’un marché et les distribuer aux principaux actionnaires. C’est un modèle qui n’attire pas les investisseurs. Quel investisseur investira quand il sait qu’il (une équipe) ne pourra pas rivaliser avec les meilleurs, même s’il gagne la ligue ? »

Photo : Dylan De Abreu/Basket Europe

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements