Helena Ciak (Montpellier) à propos de son retour en France: “J’avais le mal du pays”

Sacha RUTARD
0

Bourges-Montpellier. Ce soir, c’est le choc de Ligue Féminine, que l’on peut appeler un clasico même s’il n’a pas l’antériorité d’un Limoges-Pau chez les garçons ou d’un feu Bourges-Valenciennes. Avec sa kyrielle d’internationales, le BLMA a monté une équipe capable de reprendre le sceptre national. Parmi celles-ci, Helena Ciak (1,97m, 29 ans) qui va jouer devant toute sa famille y compris son père Piotr, 2,18m, un ancien international polonais.

Helena Ciak a donc fait le choix de revenir en France en quittant le Dynamo Kourks avec qui elle fut championne d’Europe en 2017. Elle s’en explique dans Le Midi Libre:

“J’étais esseulée dans un appartement, personne ne parlait anglais, ça n’a pas été drôle tous les jours. La seconde saison a été compliquée à la fois sur le plan sportif (NDLR: 3e du Final Four d’Euroleague, vice-championne de Russie, ce qui pour les ambitions du club n’était pas suffisant) avec l’absence d’osmose dans le groupe, et humain aussi. La Russie c’est spécial, et j’avais le mal du pays.”

La Montpelliéraine ne dira pas pour autant forcément non à un nouvel appel de l’étranger. En attendant, comme Endy Miyem, Diandra Tcharchouang et Romane Bernies, elle va retrouver une salle qu’elle connaît bien, le Prado, puisqu’elle a porté deux saisons le maillot tango. Avec 12,6 points et 6,7 rebonds, la pivot de l’équipe nationale fait une saison de bonne facture mais comme le BLMA compte déjà deux défaites en championnat (plus une élimination en coupe de France), il serait bon de revenir du Cher avec la victoire pour ne pas se laisser décrocher par les Tango.

Photo: FIBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements