Autre Livenews Une

Tony Parker s’offre le club féminin de Lyon Basket

Après avoir pris le contrôle total de l’ASVEL Basket Lyon-Villeurbanne (Pro A) en 2014, avec pour objectif d’en faire « l’un des plus grands clubs en Europe », Tony Parker s’attaque maintenant au basket féminin.

Le Progrès annonce que la star du basket français rachète le Lyon Basket. En discussion avec le club depuis plusieurs mois, le meneur de jeu des Spurs de San Antonio a fait une offre, qui a été accepté par les actionnaires de Lyon Basket. Selon le quotidien « TP » sera le nouveau propriétaire aux côtés de Nicolas Forel, qui resterait actionnaire.

Avec pour objectif de « viser les premières places en France », Tony Parker « devrait faire appel à un président délégué, qui pourrait être son ancien entraîneur Pierre Vincent.
De plus les noms de Céline Dumerc et de l’entraineur Valéry Demory circulent déjà pour renforcer la future équipe.

Le rachat du club par le président de l’ASVEL sera officialisé en mars prochain.

L’ASVEL, la «Tony Parker Adequat Academy», Basket Lyon Féminin … Tony Parker continue de grandir et veut aller le plus loin possible sur tous les fronts.  

Photo : © Lyon Capitale

Commentaires   |  3 commentaires Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • JackyLaunile dit :

    Pour la St valentin, pas mal.
    Il a toujours les yeux rouge comme ça TP ou y'a blunt sous cailloux?

  • Le Progrès dit :

    Toutes les informations concernant ce dossier proviennent du "Progrès" et n'étaient nulle part ailleurs. Merci de "sourcer" correctement vos papiers.
    Luc Paganon

  • coin dit :

    je sais pas si c'est une bonne nouvelle.
    si ça peut permettre une augmentation de la mise en commun de moyen entre l'équipe féminine et l'équipe masculine c'est très bien.
    que tony parker cherche à chapotter tout le basket sur lyon pourquoi pas. mais ça commence à faire beaucoup. faudrait pas que ça continue. à voir trop gros on ne fait plus rien de bien