Autre

Euroleague : Moscou reste invincible avec un Kirilenko de gala

C’est le choc de la soirée, le premier et le second du groupe B s’affrontent dans l’antre moscovite. Malaga, récemment défait par le Real en ACB, arrive sans pression pour devenir le premier club à mettre le CSKA sur son tableau de chasse.

Mais Moscou n’a pas véritablement tremblé. Accélérant le tempo dans le troisième quart (28-12), le CSKA s’est encore reposé sur ses vedettes : Kirilenko avec 39 d’évaluation et Teodosic à 19 points. Au final, c’est un 77-66 convaincant et synonyme d’invincibilité conservée.

Malaga fait de la résistance

Le match débute tambour battant avec la connexion Kirilenko (10 points) – Krstic (9 points) qui marche à plein. Mais Earl Rowland force Teodosic (9 points) à défendre de l’autre côté. Malaga est bien dans son match (14-12) à la fin du premier quart avec Valters, le Letton, qui fait une bonne entrée (10 points).

Le niveau baisse clairement d’un ton en second quart-temps avec de trop nombreuses balles perdues. Les attaques si bien réglées du début de match s’enrayent. On assiste ensuite à du jeu haché par les fautes, et c’est Moscou qui s’en tire le mieux. Notamment grâce à une technique sur Joel Freeland qui persifle contre un zèbre.

Moscou accélère

Le CSKA prend alors son premier écart (34-27) et c’est juste avant la mi-temps. Malaga est dans le match mais vient de se faire avertir : Moscou en a encore sous la semelle.

Et le retour des vestiaires confirme l’impression. Un 10-3 d’entrée qui fracasse les Andalous et porte le score à 44-32. Teodosic, Khryapa et Krstic mettent dedans, Malaga est dans les cordes. Et le KO technique dure pendant toute la période avec un 28-12. L’écart est fait 62-41.

Mais Moscou se relâche un peu trop, et les coéquipiers de Darden (13 points) ne se font pas prier pour revenir à -8 (64-56). Toutefois, l’arrière virtuose Aleksey Shved (10 points) stoppe la série. Et puis Kirilenko s’applique sur la ligne de réparation pour clôturer le match et fignoler sa ligne de stats.

Kirilenko omniprésent

En concurrence directe avec Batum au top de l’Euroligue, AK47 termine avec un hallucinant 39 d’évaluation avec 17 points, 9 rebonds, 6 interceptions, 3 contres. Il est devancé par les 19 points de Teodosic qui y additionne 4 passes.

La défaite est logique pour Malaga qui est bien revenu mais à l’image de Joel Freeland (14 points et 9 rebonds), qui a manqué de constance. Ce troisième quart-temps pèse lourd et le CSKA reste invaincu avec cette victoire 77-66.

Commentaires   |  11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Gus#5 dit :

    39 d’évaluation pour seulement 3tirs comptabilisés!

    Impressionnant!

  • romano_338 dit :

    Je ne suis pas le basket européen donc c'est plutôt une question : Kirilenko ne serait pas le joueur le plus complet pour le FIBA ?
    Il sort des stats de dingue et toujours super complet ! Des points, passes, rebonds, contres, interception ! Il sait tout faire !

  • kirilenko dit :

    La vrai question c´est pourquoi Sloan s´est obstiné à vouloir le faire rentrer dans un système au lieu d´adapter son système à Kirilenko. Ce mec aurait dû avoir ces 3 dernières saison,40 minutes de jeu chaque soir. Sloan l´a maintenu sous les 30 minutes et il a été sur certaine période 6 ème hommes, une connerie absolue pour Kirilenko qui est un joueur plus de "quantité" que de "qualité" si je puis dire. Il est là encore, alors qu´on pense qu´il est dépassé. C´est son style. Il a été c´est vrai un peu blessé aussi. Mais je suis presque sûr qu´il y a eu une grosse part de mental dans ces blessures, notamment ce problème au mollet qu´il a mis un temps incroyable à solutionner.

  • kirilenko dit :

    Supporter des Jazz et surtout de Kirilenko, je ne vous dis pas la frustration lors de ces dernières saisons. Il y a ici un mec en or à qui on ne donne pas les moyens de peser sur le jeu, car on lui demande de faire des choses qui ne lui correspondent pas. Cela m´a tué. Alors que j´ai toujours souhaité qu´il reste là-bas afin de ne pas avoir le cœur qui se déchire, je lui conseille vraiment aujourd´hui se tirer vite fait.

  • kirilenko dit :

    Le mieux pour lui serait d´aller au Spurs, car Popovich tire réellement le meilleur de ces joueurs. Et au Spurs, il y a des joueurs qui ont compris ce que collectif veux dire. Ils seront en phase avec Kirilenko. Ce qui n´a pas été le cas de Boozer (joueur individuel invétéré, totalement inexistant lors des 3 dernières séries de play-off pour ces 3 dernières saisons joués au Jazz) et Williams (meneur scoreur, certes qui servait le 2 joueurs du Pick & roll, mais qui sait pas rendre les autres meilleurs et dont Kirilenko a pâti. Regarder le nombre de fois où Kirilenko demande la balle et où Williams ne lui donne pas, c´est hallucinant !! Cela a joué sur son mental => Williams changera beaucoup après son passage en europe, j´en suis certains. Mais il ne devra pas jouer au Nets, avec des chèvres, sinon le naturel reviendra vite. Chose qui pourrait être incroyable, c´est qu´il pourrait retrouver Kirilenko là-bas s´il on suit les rumeurs.

  • kirilenko dit :

    Par sa vision du jeu et son sens du jeu collectif, il a encore 3 belles années devant lui.
    Allez, je mets une dernière couche sur Sloan, parce que c´est lui qui a pourri la carrière de Kirilenko en NBA. Jerry, as-tu vu le seul moment ou Kirilenko à pris les choses en main quand tu coachais. Pourquoi n´en n’as-tu pas tiré les conséquences : Kirilenko, alors que Fisher et Williams ont des fautes et sont sur le banc, passe meneur de jeu. Il devient le conducteur du jeu et montre réellement ce qu´est prendre les bonnes décisions pour soi ou ses partenaires contre les Warriors en demi-finale de conférence Saison 2006/07. Fait de jeu déterminant pour la victoire de cette série de play-off.

  • kirilenko dit :

    Jerry, n´as-tu pas vu Kirilenko remporter les championnats d´europe de 2007 à lui tout seul avec la Russie avec le simple JR Holden. Hallucinant. Tu ne crois pas qu´un gars qui fait ce qu´il a fait pendant cette compétition ne peut pas avoir des responsabilités dans ton équipe ? Inspires toi de D.Blatt, il le laissait tout faire.
    Un dernier mot sur Kirilenko. Pour avoir lu et vu des interviews de lui. Je voulais dire que ce mec est un abruti moyen. Et qu´au final, il n´a pas su s´imposer de lui-même. On ne lui a pas fait de cadeau et ils s´est fait écrabouillés. Pour info, sa femme avait suggéré de faire venir un traducteur au entrainement du Jazz pour qu´il puisse comprendre mieux son coach. C´est pour dire. Et puis son meilleur pote c´est Al Harrington.

  • kirilenko dit :

    A lire de bas en haut 😉