Le clasico Limoges-Pau (1): Des faits, des chiffres et des punchlines

Pascal Legendre
0

Comme Olympiakos-Panathinaikos en Grèce, Real-Barça en Espagne, et le derby de Bologne quand les deux équipes jouent dans la même division, Limoges Cercle Saint-Pierre vs. Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez est le match le plus sulfureux de l’année en Jeep Elite.

BasketEurope y consacre sa semaine avant la 104e édition de dimanche avec pour commencer un rappel des faits et des chiffres fondamentaux pour comprendre pourquoi cette confrontation mérite le label de Clasico.

1

14 octobre 1978. La date de la première rencontre entre Limougeauds et Orthéziens à La Moutète. Large victoire de l’Elan Béarnais 113-80. La rivalité a démarré un peu plus tard avec les deux Coupe Korac gagnées par Limoges (1982 et 83) et suivies par celle d’Orthez (1984). Elle a pris de l’ampleur car les deux clubs se partagèrent le gâteau national : 11 titres de champion pour le CSP, 9 pour l’Elan Béarnais. Chacun avait ses figures bien identifiables : Richard Dacoury, Stéphane Ostrowski, ou encore Don Collins face à Freddy Hufnagel, les frères Gadou et Freddy Fauthoux. Matois, charismatique, le président béarnais Pierre Seillant joua un rôle fondamental dans cette rivalité. Ce n’est qu’au fil du temps que le terme de clasico fut employé. La 100e édition, il y a deux ans, fut très nostalgique car avec le turnover dans les effectifs il est impossible de faire perdurer la tradition aussi efficacement. Dans la Haute-Vienne et les Pyrénées Atlantique, on fit redescendre du grenier les belles histoires d’autrefois. La ferveur -pour ne pas dire aussi une forme d’animosité- est d’ailleurs beaucoup plus forte du côté des fans limougeauds. Contrairement à Madrid et Barcelone, Limoges et Pau sont deux villes moyennes et elles ne pouvaient pas posséder éternellement le leadership national. Toutefois, cette 104e édition avec un Elan Béarnais qui a le vent en poupe et un CSP qui doit assurer sa place à la Leaders Cup, s’annonce palpitante.

2

Les deux lancers-francs marqués par Freddy Hufnagel au buzzer lors de l’acte III de la finale de 1987 ont permis la victoire 82-81 et un premier titre de champion de France pour l’Elan. « C’est un symbole. C’est le symbole de sa saison, une saison placée pour lui sous le signe de la réussite totale. C’aurait été injuste que Freddy rate ses lancers. Trop injuste », déclara à chaud le président Pierre Seillant. Avec le recul, Freddy Hufnagel eut plusieurs versions pour décrire ce qui se serait passé si jamais il n’avait pas atteint la cible dont celle-ci : « Les deux lancers-francs, on m’en a souvent reparlé. Et là, je me dis : ‘‘ Qu’est ce que ça aurait été si je les avais manqués!’’ Tout ma vie on m’aurait serré la main comme on dit bonjour à un gars dont tout le monde sait qu’il est cocu, sauf lui : ‘‘ Bonjour, ça va ? Et dans la tête, tu te dis : le pauvre…’’ Sur le coup, Greg (Beugnot) et Jacques (Monclar) ont été sympas. Au moment d’aller sur la ligne, ils auraient pu venir me casser les cou… Ils m’ont laissé tranquille ».

5 et 6 

Cinq, c’est le nombre de victoires consécutives (Le Mans, Fos, Châlons-Reims, Boulazac et Chalon) en Jeep Elite du CSP qui est invaincu depuis que François Peronnet a remplacé Kyle Milling comme coach. Avec six victoires de rang (Chalon, Nanterre, Châlons-Reims, Le Mans, Gravelines et Fos), l’Elan Béarnais fait un peu mieux. La dernière défaite des Palois remonte au 16 novembre face à Antibes.

10

Mai 1993. 71-69 pour Pau. Les Limougeauds font tourner la balle et au buzzer Jim Bilba expédie un trois-points qui change tout. L’arbitre Philippe Mailhabiau fait signe qu’il accorde le panier mais la table de marque intervient et son collègue Pascal Dorizon l’annule. Pas d’arbitrage vidéo, à l’époque. Grosse, grosse colère des Limougeauds après avoir visionné la cassette de la troisième manche de cette finale aux couteaux. S’estimant lésé, le staff du CSP menace : « Nous n’irons pas jouer à Pau tant que notre réclamation ne sera pas instruite, » tonne le président Jacques Valade qui exprime une exigence disons peu réaliste : « Nous voulons jouer 10 secondes 2 et reprendre le match à 72-71 en notre faveur. Pour le moment, nous considérons que nous menons toujours 2-0. Ou on nous rend justice ou nous refusons d’aller à Pau mercredi puisqu’il est impossible de gagner là-bas. »

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Nom
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Merci d'entrer 16 chiffres
Maximum 16 digits allowed.
Veuillez renseigner les détails de votre carte.
Expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : février -> 02
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : 2018 -> 18
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Les 3 chiffres se trouvant à l'arrière de votre CB, à côté de votre signature
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photo ouverture: Vitalis Chikoko (Pau) va vivre son cinquième clasico. Une sorte de record pour un joueur étranger à l’époque contemporaine.

Sources : BasketNews, Le Populaire du Centre, La République des Pyrénées, Sud-Ouest, Maxi-Basket, L’Equipe, Au cœur de l’Elan Béarnais. Merci à Hugues Blondeau pour sa précieuse contribution.

 

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

juillet 2020
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements