Euroleague : Barcelone bat Milan sur le fil et rejoint l’Anadolu Efes en finale !

Clément Carton
0

Au terme d’une demi-finale indécise, Cory Higgins inscrit un game winner victorieux qui envoie Barcelone en finale de l’Euroleague (84-82). Nick Calathes (27 d’évaluation) avait brillé avant de se blesser à la cheville dans le dernier quart-temps. Les Catalans défieront l’Anadolu Efes pour le titre dimanche soir lors du Final Four de Cologne.

Sevré de Final Four pendant sept ans, le FC Barcelone revient enfin en finale de l’Euroleague. Une première depuis 2010 et son sacre contre l’Olympiakos à Bercy. Pour se qualifier, les Catalans ont dû s’employer dans un duel très physique… qui a laissé des traces. On s’attendait à un match défensif mais c’est offensivement que le mano-a-mano milano-barcelonnais s’est joué. 

D’entrée, le duo Mirotic – Calathes inscrit les 9 premiers points de son équipe et impulse un bel élan catalan. La réponse milanaise vient du Serbe Vladimir Micov dans la percussion (9 points dans le premier acte) mais aussi de l’ancien Barcelonais Malcolm Delaney qui permet aux siens de passer devant (15-14, 5e). En sortie de banc, Pau Gasol dégaine à 3-points puis sur pick and roll (7 points) mais c’est un Kevin Punter très agressif qui répond au scoring (7 points, 5/5 sur la ligne en moins de 3 minutes). Barcelone est devant à la fin du premier quart-temps (27-24).

Le deuxième acte est celui d’un duel longue distance. Sergio Rodriguez et Shavon Shields répondent à Pau Gasol et Alex Abrines à 3-points mais c’est Nick Calathes qui marque derrière l’arc pour porter l’écart à +11 (49-38, 19e). D’autant plus que la meilleure défense de l’Euroleague se met en route, multiplie les contres (6 à 0 au final) et n’encaisse que ses 18 points standards en dix minutes. A la pause, Barcelone domine la bataille du rebond (16 prises à 9) mais aussi le combat collectif (10 passes décisives à 6) et celui de l’adresse (65 % à 2-points contre 45 % pour Milan). Les hommes de Sarunas Jasikevicius mènent logiquement (51-42).

Cory Higgins sauve le Barça sur le gong !

On ignore ce qu’Ettore Messina a dit à ses joueurs dans le vestiaires mais les Milanais reviennent sur le parquet avec de bien meilleures intentions. Les Barcelonais multiplient les pertes de balles tandis que Kevin Punter sanctionne de l’autre côté du terrain (54-52, 24e). Milan place un 25-8 et prend 8 points d’avance à l’issue d’un nouveau mouvement collectif de grande classe conclu par Sergio Rodriguez dans le corner (67-59, 29e). Les Italiens n’encaissent que 16 points dans le troisième quart-temps mais Nick Calathes envoie un 3-points miraculeux quasiment au buzzer pour maintenir le Barça en vie (71-67, 30e).

Dans le dernier acte, les deux équipes prennent tour à tour les commandes du match et se retrouvent à égalité à 3 minutes du terme (78-78). C’est alors que Nick Calathes retombe sur le pied de Kyle Hines et quitte ses partenaires en sanglots. Sans son métronome, le Barça reste dans la partie grâce au sang-froid de Nikola Mirotic et de Cory Higgins (82-79, 39e). Mais Kevin Punter n’abdique jamais et plante un nouveau 3-points pour recoller (82-82). 30 secondes à jouer. Milan a la balle de match. C’est loupé. Rebond espagnol, Cory Higgins remonte le terrain et dégaine face à Shavon Shields en tête de raquette ! L’Américain délivre le banc barcelonais (84-82). À 0,8 seconde du buzzer, les Milanais n’ont pas le temps de déclencher un nouveau shoot. Barcelone retourne en finale de l’Euroleague.

Nikola Mirotic taille patron

Les Espagnols peuvent remercier Nikola Mirotic (21 points à 5/10 aux tirs, 10/13 aux lancers, 6 rebonds et 8 fautes provoquées pour 28 d’évaluation), précieux tout au long de la rencontre, mais aussi son héros du soir, Cory Higgins, tout aussi magistral en défense (11 points, 2 rebonds, 2 interceptions et 2 passes). Très en vue, Nick Calathes pourrait manquer la finale (17 points, 6 passes, 4 rebonds, 2 contres pour 27 d’évaluation). 

Malgré sa belle adresse (48 % à 3-points, 17/19 aux lancers), Milan échoue tout près du but. Kevin Punter (23 points à 7/12 aux tirs, 6/7 aux lancers, 2 rebonds pour 21 d’évaluation), Vladimir Micov (14 points) et Malcolm Delaney (9 points, 7 passes) ont tout donné. Maladroit et fautif sur la dernière action, Shavon Shields (13 points à 5/13 aux tirs, 5 rebonds) peut s’en vouloir. 

Nikola Mirotic (Barcelone) : « C’est le Final Four, on menait de 10 points et ils sont revenus dans le troisième quart-temps. Mais on a fini par trouver la solution pour gagner ce match, on s’est battus. Je suis très fier de cette équipe. On est très heureux mais le travail n’est pas fini. J’espère que Nick Calathes sera rétabli pour jouer la finale. »

Sarunas Jasikevicius (coach Barcelone) : « Bien sûr que c’était difficile. On a si bien commencé offensivement et on a si mal défendu en première mi-temps, ça a continué en deuxième mi-temps. Ils ont mis des shoots très difficiles, c’est vrai, notre défense a failli. Il va falloir être plus forts en finale. »

Barcelone retrouvera l’Anadolu Efes en finale, tombeur plus tôt dans la soirée du CSKA Moscou. Les Catalans auront une chance de soulever leur troisième trophée de l’histoire de l’Euroleague après 2003 et 2010.

Les statistiques de Barcelone – Olimpia Milan

Photo : Cory Higgins (Euroleague)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

juin 2021
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements