Gabby Williams, l’équipe de France comme une évidence

Clément Carton
0

Gabby Williams dispute actuellement sa première grande compétition internationale, l’EuroBasket, à Strasbourg. Un accomplissement pour l’Américaine de naissance, Française par sa mère, qui rêve de soulever un premier trophée alors qu’elle a fait l’impasse sur la WNBA pour revêtir le maillot des Bleues.

De Gabby Williams se dégage une impression de facilité, d’élégance et de fierté. De la fierté, oui, car derrière sous son jeu à l’américaine se cache une vraie reconnaissance de porter le maillot bleu. « Nous aimerions tous la voir faire porter le maillot de l’équipe de France », nous avait confié sa mère, Thérèse, en juillet 2019. Son voeu est exaucé. Surprise de la liste de Valérie Garnier, elle a remplacé Bria Hartley en tant que naturalisée FIBA dans le groupe France. « Quand Valérie a annoncé la liste, j’ai appelé mes proches et tout le monde pleurait. Nous étions si fiers d’accomplir ce qui était en fait un rêve, le fait représenter ce côté de la famille. »

Gabrielle, dit « Gabby » Williams, est Américaine par son père, Matthew, qui fut un bon joueur de basket dans le Nevada et Française par sa mère. Sa grand-mère maternelle est née à Paris. « Je ne me suis jamais sentie Américaine à part entière, martèle l’intéressée. La culture française, c’est la fierté de représenter son pays. On n’a pas ça aux Etats-Unis. » À 14 ans, embarquée par sa grande soeur Kayla, son aînée de 7 ans, elle encrait déjà sur son épaule gauche une maxime écrite dans la langue de Molière et traduite spécialement par sa grand-mère : “Rien ne peut briser notre lien”. Depuis, déjà, elle supporte les Bleues lors des grandes compétitions. Et ce lien si fort la rapproche de ses coéquipières. « C’est vraiment quelqu’un qui a la France en elle. Elle a toujours considéré la France comme son pays. Et en tant qu’amie, ça fait plaisir car je sais qu’elle travaille pour ça. Elle est en train de vivre son rêve et elle en est très heureuse », appuie Diandra Tchatchouang, qui l’a côtoyée à Lattes-Montpellier lors de la saison 2019-2020. 

Gabby Williams, Sandrine Gruda, Marine Johannès, le trio offensif des Bleues à l’EuroBasket 2021. (c) FIBA

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photos : Gabby Williams (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

août 2021
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements