ITW Cédric Heitz (coach Champagne Basket) : « On a trouvé l’équilibre entre exposition et performance »

Au lendemain de la défaite à Villeurbanne, le coach du Champagne Basket Cédric Heitz revient sur le début de saison solide (3 victoires, 2 défaites en championnat) de son nouvel effectif. L’entraîneur de 47 ans se confie sur son rapport aux jeunes, sa formation à travers l’Europe, l’alternance entre Châlons et Reims ou encore la construction de la nouvelle Arena.

Ce dimanche soir, vous avez tenu tête à l’ASVEL (défaite 94-81), plus gros budget de l’histoire du championnat de France. Y’a-t-il des regrets ?
« C’est délicat. Peut-être que certains n’aiment pas ce genre de discours mais je trouve que malgré la défaite, l’équipe peut être fière de ce qu’elle a fait dans l’intensité, l’engagement, la volonté de corriger les défauts. On a montré une progression dans les deux mi-temps. On laisse 12 rebonds offensifs en première, 5 en deuxième. On perd 10 balles en première, seulement 4 en deuxième. Il y a eu des efforts. On finit avec de bons pourcentages, beaucoup de lancers francs. Mais lorsqu’une équipe a moins de ballons perdus et plus de tirs que vous, c’est un avantage énorme, surtout quand c’est l’ASVEL qui a des joueurs de taille. Mais si on continue comme ça, on peut prendre des choses à l’avenir. Malheureusement, on était un peu court dans la rotation (NDLR : Jean Salumu diminué par son genou) mais chaque joueur a beaucoup apporté. Ce n’est pas une défaite qui amène de l’inquiétude. On ne s’est pas désunis, on n’a pas lâché. »

Dernièrement, vous estimiez que la fracture entre les équipes qui jouent le haut tableau et celles qui ont d’abord pour objectif de se maintenir vous semblait « très importante » et que gagner à l’extérieur allait devenir « un sacré challenge ». On se dirige toujours vers un championnat à deux vitesses ?
« C’est ce que j’ai dit mais c’est un peu une bêtise. On le voit sur cette journée, où Bourg est allé perdre au Portel notamment. Il y a la théorie et la réalité des faits. Je ne vais pas renier ce que j’ai dit, je le pensais vraiment parce que les effectifs bâtis par les équipes qui ont réussi à augmenter leur masse salariale sont quand même impressionnants. Mais il n’y a toujours pas de règle qui dit que celui qui a le plus d’argent gagne à tous les coups, c’est ce qui fait la beauté du sport. En tout cas, ça se corrèle quand même à la fin d’un championnat, il y a très peu de différence entre la masse salariale et le niveau de compétitivité des équipes, sauf exceptions, comme Chalon qui est descendu l’an dernier ou Gravelines en grande difficulté il y a deux ans. »

Le Champagne Basket a-t-il les capacités pour monter dans la hiérarchie du championnat ?
« Nous, on est un peu le poil à gratter depuis quelques années. L’an dernier, on était la plus petite masse salariale, même si je sais que beaucoup d’équipes se battent pour l’être, mais nous on l’est vraiment. On a quand même réussi à finir bien classés (NDLR : 12e, meilleur classement de l’histoire du club). C’est bien d’être six places plus haut que son classement théorique. Ça nous permet aujourd’hui d’avoir une exposition un peu plus intéressante. Quand un agent comme Bouna Ndiaye vient pour placer Neal Sako chez vous, et ça tombait bien parce que je le voulais beaucoup, une démarche également faite par l’agent d’Enzo Goudou-Sinha, cela signifie que les agents nous sollicitent de plus en plus car le club est un mix idéal entre l’exposition qu’on peut offrir, avec notre style de jeu de notre compétitivité, et la performance sur laquelle je parie. » 

« La coupure du championnat pendant la pandémie nous a paradoxalement permis d’économiser de l’argent, et des arrangements ont été faits avec certains agents pour obtenir des joueurs plus expérimentés par la suite »

Avant la défaite contre l’ASVEL, vous étiez à 3-1 en Betclic Elite, avec trois succès de 20 points ou plus contre Fos, Roanne et Le Portel, à l’opposé du départ de la saison dernière (1-8)…
« C’est normal quand le calendrier est moins compliqué que celui de l’année dernière où on avait reçu l’ASVEL, Nanterre et…

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photo : Cédric Heitz (Teddy Picaude)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019