Euroleague : l’ASVEL subit la loi du Real Madrid et de son quatuor français

Clément Carton
0

Mardi soir, le Real Madrid a livré une prestation de classe européenne pour éteindre l’ASVEL à l’Astroballe (87-74). Portée par un Fabien Causeur des grands soirs (25 points), l’équipe de Pablo Laso a résisté à celle de de T.J Parker et son leader Elie Okobo (26 points).

L’ASVEL n’avait plus gagné face au Real depuis janvier 2003. Si elle y a cru jusqu’au bout dans une Astroballe à guichets fermés (5 560 spectateurs), l’équipe de T.J. Parker, privée de David Lighty, Antoine Diot, Victor Wembanyama et William Howard, a subi la loi de la puissance espagnole et de son quatuor français (Causeur, 25 points, Poirier 6 et les ex-Villeurbannais Yabusele, 18 et Heurtel, 2). Derrière toute la rencontre et à jusqu’à -21 dans le dernier quart-temps, Lyon-Villeurbanne a cru à un ultime retour mais Madrid a finalement tenu son rang (87-74) grâce notamment à une domination totale du rebond (39 à 25) et du jeu collectif (20 passes décisives à 11).

La soirée ne pouvait d’ailleurs pas plus mal débuter pour les Villeurbannais. Parfaits au tir et dans l’intensité, les très agressifs Madrilènes inscrivaient pas moins de 15 points… en à peine trois minutes. L’insolent breton Fabien Causeur marquait 10 des 20 premiers points de son équipe et Madrid menait déjà de 13 unités après sept minutes (14-27). L’Astroballe pensait déjà vivre une soirée cauchemar mais Elie Okobo n’était pas de cet avis. Il maintenait les siens par nombre d’exploits personnels, en inscrivant pas moins de 16 points dans le seul premier quart temps où les protégés de T.J. Parker encaissaient tout de même 33 points… et n’ont pas pris le moindre rebond (24-33) !

Pour sa première apparition en Euroleague, le pigiste Marcos Knight mettait fin à cette série et impulsait un regain d’énergie en défense. Offensivement, Chris Jones prenait le relais d’Elie Okobo au scoring pour sonner la révolte et eut même la balle d’égalisation (34-37, 15e). Mais les Rudy Fernandez et autre Walter Tavares répondaient présents pour reprendre le contrôle avant la mi-temps, malgré les bombinettes extérieures de Dylan Osetkowski (43-51). Dominée dans la plupart des compartiments du jeu, rebonds, passes décisives et adresse (le Real, qui a débuté à 4/4 à 3-points et 9/9 aux lancers, était à 7/12 à 3-points et 10/15 à 2-points à la pause), l’ASVEL n’était encore dans le coup que grâce aux exploits individuels de sa ligne arrière.

Fabien Causeur a fait la totale

Au retour des vestiaires, les champions de France tenaient le rythme malgré le coup de chaud de Guerschon Yabusele (18 points, 4 rebonds, 3 passes au final). Elie Okobo distribuait le jeu et l’écart se stabilisait en-dessous des 10 points (52-62, 27e). Pendant plusieurs minutes, le Real ne marquait plus et dut se résoudre à un exploit de Fabien Causeur en déséquilibre à 11 mètres au buzzer du quart-temps pour reprendre plus de 10 points d’avance (54-67).

Avec son quatuor français sur le terrain, le Real continuait son récital et Fabien Causeur, toujours aussi insolent (25 points à 9/11 aux tirs), portait l’écart à +21 (54-75, 33e). Mais, au courage, cet ASVEL n’abdiquait pas encore et les assauts répétés de tous les Villeurbannais, notamment ceux de Dylan Osetkoswki, ont fait croire à l’Astroballe qu’un ultime retour était possible (70-78, 37e). C’était en fait trop tard, Rudy Fernandez assurant le coup longue distance quand la menace Tavares (12 points, 10 rebonds, 2 contres) réalisait une partie solide (74-87). La performance du meilleur marqueur de l’Euroleague Elie Okobo (26 points à 8/16 aux tirs, 6 passes) n’a pas suffi.

C’est la sixième victoire consécutive toutes compétitions confondues pour le Real, qui reste sur le podium provisoire de l’Euroleague (8-2). Malgré sa défaite, la deuxième de rang après celle à Belgrade contre l’Etoile Rouge, l’ASVEL reste dans le top 8 (6-4) avant d’affronter Barcelone ce vendredi (21h).

Pablo Laso, coach du Real : « Nous avons fait beaucoup de bonnes choses, quelques moins bonnes. C’était notre troisième match en cinq jours, et je pense que beaucoup de nos erreurs sont venues de la fatigue, physique et mentale. Mais nous avons assez bien contrôlé leur menaces. Nous avons fermé Okobo après le premier quart-temps, c’était une part importante dans la victoire. Au début du quatrième quart-temps, nous avions une grosse avance, et c’était la clé pour obtenir une victoire importante aujourd’hui ici en France. »

Fabien Causeur, arrière du Real : «C’est toujours difficile de jouer ici, l’ambiance était vraiment bonne. J’étais très motivé pour le match d’aujourd’hui. C’est toujours spécial de revenir en France, et je me sentais bien. Lorsque vous rentrez vos deux premiers shoots, votre confiance est au top. Je me sens bien au Real Madrid et j’espère que nous allons continuer de gagner beaucoup de matches. »

A Villeurbanne.

Boxscore ASVEL – Real Madrid / Classement Euroleague

Photo : Fabien Causeur (Euroleague)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019