David Kahn (Paris Basketball) : « On est prêts pour l’Eurocup »

Liliane Trévisan
1

À l’occasion de l’ouverture, le 12 juillet au matin, de la billetterie du match de prestige, prévu sous le toit du court Philippe-Chatrier de Roland-Garros, le 16 octobre, et à l’heure de faire le bilan des quatre ans qui se sont écoulés depuis qu’il a pris en main la destinée du Paris Basketball, le président américain du club de la capitale, David Kahn, a abordé les points décisifs de la saison prochaine.

Il était tout seul, face à une dizaine de journalistes, dans la salle du centre culturel des Halles, avec, en fond d’écran, une immense photo du court Philippe-Chatrier, qui va accueillir le 16 octobre un match de championnat de Betclic Elite. C’est, on le sent bien, un événement hors norme qui lui tient à cœur, dans sa volonté de se faire une réputation, de marquer un territoire et la capacité d’organisation événementielle de son club. Mais David Kahn, plutôt globalement satisfait de la progression du Paris Basketball, qui disputera l’Eurocup sur une invitation très controversée (15e du championnat l’an passé) sait aussi qu’il n’a que peu de certitudes et de visibilité, dans l’immédiat, concernant notamment l’effectif de la saison prochaine. Tour d’horizon avec le boss parisien.

Le match à Roland-Garros :
« On est fiers de ce match historique de basket à Roland-Garros. On a ouvert la billetterie au public ce matin (mardi 12 juillet), et on veut pratiquer une politique de prix attractive. L’idée c’est de permettre à un public familial d’accéder à ce genre de manifestation. On est vraiment très heureux que Roland-Garros ait eu l’idée de mettre un toit sur ce court, ce qui leur a permis d’explorer d’autres voies événementielles, non tennistiques. Dès qu’on a su ça, on s’est rapprochés d’eux. Roland-Garros, c’est une marque iconique dans le monde entier, ils sont là depuis toujours. Nous, en tant qu’Américains, on se doit d’innover. On veut créer un événement, sur un terrain iconique autour du basket. Proposer plus qu’un match de basket. Et si ce genre d’événement peut servir à pousser l’impact du basket, à Paris et en France, tant mieux. L’adversaire ? On peut vous dire que ce sera un adversaire fort, et aussi que ce ne sera pas l’ASVEL. »  

L’Eurocup :
« Ça fait quatre ans qu’on dit que notre club progresse « étape par étape ». On n’a jamais eu la volonté de brûler les étapes, on reste prudent. On sait qu’on a besoin de notre Arena pour franchir un cap, comme de l’Eurocup, qui va nous aider aussi à avancer. Je pense qu’on est prêts pour l’Eurocup, comme on est prêt à entrer dans notre Arena. Je ne pense pas que l’Euroleague nous a choisi sur la base de ce qu’on a fait la saison passée, mais ils nous ont choisi pour ce que nous pouvons montrer la saison prochaine. C’est une opportunité qui n’a rien à voir avec ce que nous étions l’an passé. Maintenant, on doit tout faire pour se mettre à la hauteur de ce très sérieux challenge. On se doit de performer. »

Le recrutement 2022-2023 :
« C’est compliqué, pour l‘instant. On a huit joueurs sous contrat mais on est un peu « gelés » par la situation de nos joueurs qui sont actuellement en train de tenter leur chance en NBA. Donc on est très dépendants de ce que vont faire Juhann (Begarin, actuellement avec les Boston Celtics) et Ismaël (Kamagate, qui tente sa chance avec les Denver Nuggets). Bien sûr, je voudrais qu’ils reviennent, mais je leur souhaite aussi qu’ils puissent signer là-bas. Tout notre recrutement est basé sur leur présence, ou pas, avec l’équipe. On ne peut pas signer de joueurs à leur poste, sans savoir s’ils vont revenir ou pas. Ce ne serait honnête pour personne. On doit avancer très prudemment sur le recrutement cet été. Et on doit attendre la fin des Summer League pour y voir plus clair, et trouver des solutions. En ce qui concerne le coach ? (Jean-Christophe Prat, toujours sous contrat) Je ne veux isoler personne. Tous, on a été un peu en-dessous de ce qu’on pouvait faire. Je ne veux désigner personne, mais juste considérer que chacun d’entre nous doit être meilleur l’an prochain. »

L’Arena Porte de la Chapelle :
« Si vous passez en voiture, Porte de la Chapelle, vous verrez cette Arena qui se construit, et qui devrait être ouverte dans quinze mois. Et, je suis heureux que, suite à un deal avec la mairie, nous ayons obtenus d’y être exclusivement le seul club résident pour un bail de dix ans. À Carpentier, on avait créé quelque chose, un esprit, une communauté, et il faudra être vigilant à emmener tout ça avec nous, au Nord, à l’Arena. Mais à Carpentier, on était aussi très limité en matière de production des revenus nécessaires : pas assez de sièges, de sièges VIP, d’espaces de réception… On a vraiment besoin de cette Arena. Je suis fier de ce que nous avons accompli ces quatre années, mais le club est encore un petit enfant, nous sommes encore très, très jeunes. Avec cette Arena, nous pourrons avoir plus d’ambitions. Et après avoir marché, on pourra apprendre à courir. »

Photo : David Kahn (Thomas Savoja)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response
  1. LEFEBVRE JEAN-LOUIS

    Et pendant ce temps là, Cholet est en qualification de la FIBA machinchose cup
    Bonjour le mérite sportif !!!

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019