Equipe de France : La France défait la Belgique (92-54) pour se rendre en Pologne

Dimitri Kucharczyk
0

edf2
On avait quitté Anvers avec des doutes plein la tête et les questions qu’on aurait tant aimées oublier refaisaient surface. Parker-dépendance ? Manque d’agressivité de Boris Diaw ? Incapacité à défendre sur les shooteurs à 3 points ?
Le retour dans le Béarn aura fait un bien fou à cette équipe de France qui a fait parler ses qualités athlétiques et sa défense pour se mettre rapidement à l’abri tout en alternant intelligemment sur son jeu offensif. Au final, une belle victoire (92-54) qui fait plaisir, même si elle ne doit rien faire oublier.
Le début de match fut logiquement tendu avec des Belges qui cherchaient avant tout à résister aux premiers assauts français. Le corps arbitral prenait ses marques et sur une action confuse, M’Benga atteignait les deux fautes. Visiblement, Vincent Collet avait demandé à ses joueurs d’insister sur le pivot des Lakers pour faire de la place dans la raquette. La France défendait dur et Antoine Diot rentrait. Et sur son premier ballon, il envoyait Ronny Turiaf au dunk.
Turiaf avait fait le travail en débarrassant les Bleus de l’intimidateur M’Benga et s’amusait désormais à couper vers le panier. Traoré, avec sa faculté de placement, reprenait le job et creusait également l’écart. 21-15 à la fin du premier quart.
Christophe Beghin marquait à 3 points pour les Belges qui recollaient mais le reste du quart-temps fut un cauchemar pour nos voisins du Nord. Car la France défendait trop dur, alternait jeu rapide et jeu placé tandis qu’eux ne trouvaient plus de solution, obligés de s’en remettre à des shoots difficiles de leurs extérieurs, d’autant plus délicat que Lauwers (1/7 au shoot) n’était pas en réussite.
A la mi-temps, la France menait 48-25 et pouvait voir venir. Au lieu de baisser le pied, les Bleus continuaient à imposer leur défense étouffante et un jeu collectif très efficace. Nando De Colo retrouvait son adresse alors que Boris Diaw se montrait incisif, claquant même un dunk en plein trafic. C’est finalement Ronny Turiaf qui lui vola la vedette quelques minutes plus tard lorsqu’il décolla pour écrabouiller Alex Hervelle au terme d’un dunk monstrueux.
70-37 en fin de troisième quart, c’était plié mais les Bleus tenaient à bien finir. Les remplaçants s’en donnaient à cœur joie et Yannick Bokolo réalisait la passe du match lorsqu’il envoya un ballon dans le dos le long de la ligne de touche à Alain Koffi. 92-54, victoire finale. La France est qualifiée pour l’Euro.

Les joueurs :

Antoine Diot : Parfait dans la création du jeu dès son entrée. Il termine avec 9 passes et a toujours semblé trouver le joueur qui coupait dans l’intervalle tout en créant des espaces. Étonnant de maturité.
Nicolas Batum : Il s’est effacé depuis son aller-retour à Portland, ce qui ne l’a pas empêché de démontrer une nouvelle fois son élégance et son toucher.
Alain Koffi : Une énorme présence défensive en complément de Flo Piétrus et 6 points pour prouver qu’il a trouvé sa place dans l’équipe.
Ian Mahinmi : Très peu de temps de jeu.
Tony Parker : Il avait dit qu’il ne changerait pas son jeu mais, manquant d’adresse en début de match, il s’est mis au service de ses coéquipiers pour finir avec 16 points et 4 passes.
Yannick Bokolo : Peu de temps de jeu mais une défense toujours aussi dure et une incroyable passe.
Florent Pietrus : La France n’a pas eu besoin de son agressivité défensive ce coup-ci, la faute à la sortie prématurée d’Alex Hervelle pour cause de fautes. Après, l’écart était déjà fait.
Nando De Colo : Une adresse retrouvée, tout comme sa volonté d’accélérer qui coute parfois des ballons mais fait tellement mal à l’adversaire.
Boris Diaw : On attendait son réveil et Boris Diaw a sorti un très bon match. 13 points, 6 rebonds, 3 passes et une défense de fer. Quand il joue comme ça, la France peut viser loin.
Ronny Turiaf : L’homme du match. Il a déclenché le tout en faisant sortir M’Benga puis en offrant toujours une solution au passeur. Il finit avec 19 points et 9 rebonds et l’acclamation du public de Pau.
Ali Traoré : 12 points à 5/6. Ali Traoré a encore une fois prouvé ses qualités de finisseur. Toujours disponible grâce à son étonnante faculté de placement et ses bonnes mains. Il peut beaucoup apporter, même s’il est parfois très gourmand.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements