Autre

Preview EuroBasket 2009 : Groupe B

Avant le 7 septembre, date du début de l’EuroBasket polonais, nous allons vous présenter les quatre groupes de la première phase.

Après un gros plan sur le Groupe A, place à la poule qui nous intéresse le plus avec un groupe B où la France affrontera la Russie, l’Allemagne et la Lettonie.

Pour chaque formation, les points forts, les points faibles et l’effectif complet.

La France : **

L’équipe de France a rempli son premier objectif, à savoir se qualifier pour l’Euro 2009. Pour ne pas revivre une campagne de qualification longue et périlleuse, il est désormais nécessaire de terminer parmi les six premiers de l’EuroBasket polonais. Une chose faisable tant l’équipe de France a montré qu’elle pouvait réaliser le meilleur… comme le pire.

Les plus :
– La France arrive lancée. A la différence des autres nations, elle a pu se tester dans des matchs couperet et est déjà montée en puissance.
– Si la France posséde des stars (Tony Parker, Boris Diaw et Nicolas Batum), sa profondeur de banc n’a jamais été aussi impressionnante.
– Défensivement, la France a le potentiel pour devenir le meilleur block de l’Euro 2009.
– A titre individuel, Tony Parker n’a pas d’égal à son poste en Europe étant donné les absences (JR Holden, Jose Calderon, Theo Papaloukas, Jasikevicius)

Les moins :
– La France est pour le moins irrégulière. Capable de coller 38 points à une équipe de Belgique ayant sa place parmi le top 16 des sélections européennes, elle peut aussi sombrer trois jours plus tôt  face à ces mêmes belges ou la modeste Finlande.
– Dessous, il existe un sérieux manque de centimètres. Le forfait de Joakim Noah n’a pu être compensé par un Johan Petro transparent ou un Alexis Ajinça encore trop immature. On a pu voir toutes les difficultés du monde qu’a eu Ronny Turiaf face aux 213 centimètres de DJ Mbenga. Derrière, Ali Traoré reste inexpérimenté et Ian Mahinmi trop fragile.
– Nicolas Batum est plus que primordial. S’il passe à côté de son match, alors la France a de grande chance de ne pas l’emporter. Les forfaits à l’aile font que Vincent Collet est souvent obligé d’aligner deux meneurs sur le parquet, difficile dans un championnat d’Europe où la plupart des grosses équipes possèdent des arrières de grande taille. Voila pourquoi Mike Pietrus manque cruellement…
– Notre faiblesse aux shoots extérieurs, encore et toujours. Sans cela, impossible d’écarter les défenses et dans les duels nos intérieurs n’auront pas d’espaces. Impossible alors que notre mobilité prenne le dessus sur la taille adverse.
– A cause des nombreuses absences, Boris Diaw a dû être replacé à l’aile qui n’est plus son poste de prédilection. Dommage de ne pas pouvoir profiter à 100% d’un tel joueur.

L’effectif

Meneurs : Tony Parker (1m86, 27 ans, San Antonio Spurs), Antoine Diot (1m95, 20 ans, Le Mans SB) et Aymeric Jeanneau (1m84, 30 ans, ASVEL BAsket).
Extérieurs : Nicolas Batum (2m05, 20 ans, Portland TrailBlazers), Nando De Colo (1m95, 22 ans, Cholet Basket/Pamesia Valence), Yannick Bokolo (1m88, 24 ans, BCM Gravelines-Dunkerque) et Boris Diaw (2m03, 27 ans, Charlotte Bobcats)
Intérieurs : Florent Pietrus (1m99, 28 ans, Pamesia Valence), Alain Koffi (2m06, 25 ans, Le Mans SB/Joventud Badalone), Ronny Turiaf (2m06, 26 ans, Golden State Warriors), Ali Traoré (2m05, 24 ans, ASVEL Basket) et Ian Mahinmi (2m11, 22 ans, San Antonio Spurs/Austin Toros).

L’Allemagne : **

Désertée par ses stars (Dirk Nowitzki, Chris Kaman, Mithat Demirel…), Dirk Bauermann le sélectionneur allemand s’est retrouvé à composer avec une sélection partagée entre vieux briscards et jeunes inexpérimentés sur la scène internationale. La faute à un championnat d’outre Rhin où les germaniques n’existent tout simplement pas dans l’ombre des américains. Sans véritable joueurs majeurs ni prospects près à se révéler aux yeux de tous, difficile de croire que la Mannschaft du basket-ball ne puisse passer ne serait-ce que le premier tour. Sans Nowitzki, l’avenir n’est pas rose…

Les plus :
– La taille, l’Allemagne en a : Jan-Hendrick Jagla (2m13, photo), le vétéran Patrick Femerling (2m15) sorti de sa retraite internationale pour l’occasion, Sven Shultze (2m08), le grand espoir Tim Ohlbrecht (2m11, 21 ans), le limougeaud Yassin Idbihi (2m08) ou encore les prospects Tibor Pleiss (2m14) et Robin Benzing (2m08), future star du basket allemand. Important dans un championnat d’Europe.
– L’expérience. Avec le retour de Femerling, la raquette possède un joueur d’expérience (34 ans) de toutes les campagnes estivales (médaillé d’argent à l’Euro 2005).  Sur les lignes arrières, Demond Greene (30 ans) et Steffen Hamann (28 ans) ont de nouveau répondu présent.
– La stabilité au poste de coach. Dirk Bauermann est aux commandes de la sélection depuis 2003 et connaît par coeur nombre de ses cadres cités ci-dessus.

Les moins :
– Rien que les absences, c’est déjà du super lourd. Sans Nowitzki, pas de quoi espérer une qualification au mondial turc…
– Avoir comme leader (Jagla) un intérieur qui tourne à seulement 6 points et 2.7 rebonds en ACB, ça prouve la faiblesse de l’effectif.
– La jeune génération sélectionnée par Dirk Bauermann n’a jamais rien gagné dans les compétitions de jeunes.
– Aucun joueur n’est habitué à avoir des responsabilités, ni en club, ni en sélection.

Le cinq majeur : Heiko Shaffartzik (1m82, 24 ans, New Yorker Phantoms), Demond Greene (1m85, 30 ans, Bamberg), Jan Hendrick Jagla (2m13, 28 ans, Joventud Badalone), Sven Schultze (2m08, 31 ans, Monferrato) et Patrick Femerling (2m16, 34 ans, ALBA Berlin).

La Russie :  **

C’était il y a deux ans. La Russie était championne d’Europe grâce à un tir décisif de JR Holden. Andreï Kirilenko était alors nommé MVP de l’Euro et Viktor Khryapa considéré comme le socle de la meilleure nation d’Europe. Aujourd’hui, aucun de ces trois ne sera présent à l’Euro polonais. Si les deux premiers ont déclaré forfaits pour se consacrer à autre chose, le troisième, blessé au genou, a été remplacé samedi par Yuri Vasilyev. Une catastrophe pour David Blatt…

Les plus :
– Encore trois joueurs présents ont l’expérience d’un Euro remporté.
– David Blatt, tout simplement l’un des meilleurs techniciens européens.
– Tous les joueurs évoluent dans de très bonnes formations russes évoluant sur le front européen.
– Si JR Holden ne vient pas, David Blatt pourra choisir entre un américain de premier plan : Doron Perkins (1m89, 26 ans, Maccabi Haïfa/Maccabi Tel-Aviv) ou Kelly McCarty (2m01, 34 ans, Khimky Moscou).

Les moins :
– Andreï Kirilenko, JR Holden, Viktor Khryapa, Aleksey Savrasenko, soit les quatre meilleurs russes, ont pour les trois premiers déclaré forfait pour l’Euro, le dernier étant écarté par Blatt.
– Aucun joueur n’a l’habitude d’avoir des responsabilités en club, les étrangers leurs étant toujours privilégiés.
– L’équipe est très inexpérimentée : si David Blatt privilégie Perkins à McCarty, le joueur le plus âgé sera Yuri Vasilyev (28 ans).

Le cinq majeur : Sergey Bykov (1m90, 26 ans, Dynamo Moscou) ou Doron perkins (?), Vitaly Fridzon (1m95, 24 ans, Khimki Moscou), Kelly McCarty (?) ou Aleksei Zozulin (1m99, 26 ans, Spartak Saint Petersburg), Sergey Monya (2m04, 26 ans, Dynamo Moscou) et Timofey Mozgof (2m15, 23 ans, Khimki Moscou).

La Lettonie : **

Attention à la Lettonie ! Si l’Allemagne et la Russie sont largement affaiblies et donc des plus prenables, la sélection lettonne est sur la pente ascendante et paraît déjà des plus dangereuses. Le problème, c’est que l’ambiance au sein du groupe est devenue exécrable d’après Basketnews.net. En effet, la majorité de l’effectif, dont la star Andris Biedrins, serait entré en conflit avec le sélectionneur Kestutis Kemzura. Résultat, ça se ressent sur le terrain puisque les baltes ont été défait lors de leurs six derniers matchs amicaux (-4 contre la Serbie, -28 contre la Grèce, -2 face à la Grande Bretagne, -21 face à la Macédoine, -15 contre la Croatie et enfin -17 contre l’Allemagne). Malgré le talent qui court de plus en plus l’effectif, on ne peut pas dire que la Lettonie parte du bon pied…

Les plus :– La Lettonie possède un point de fixation ultra dominateur sur le sol Européen. Lors des qualifications pour l’Euro l’an passé, Biedrins tournait à 22.3 points (65.3%) et 13.7 rebonds en 33 minutes !
– Le retour en forme de Kaspars Kambala. En Superleague russe, l’ancienne star d’Efes Pilsen, du Real Madrid et de Fenerbahce, il tournait à 14.9 points (49.1%) et 5.8 rebonds en 24 minutes ! Pour rappel, Kambala avait été suspendu deux ans pour usage de cocaïne, utilisant cette période pour devenir… boxeur, réalisant quatre combats à Las Vegas.
– Beaucoup de joueurs jouent dans les meilleurs championnats européens et la sélection s’appuit largement sur deux bons clubs européens : l’ASK Riga et les Barons Riga.
– Une équipe dont la plupart de l’effectif sort de deux campagnes où elle a joué ensemble. Les affinités et les automatismes sont déjà là.

Les moins :

– Comme vu plus haut, la dynamique de l’équipe est mauvaise (six défaites consécutives en matchs de préparation).
– Le groupe est prêt à éclater. Une réunion était prévue mardi, on attend d’avoir de nouvelles infos. C’est assez pour être pessimiste sur leurs chances…

Le cinq majeur : Kristaps Valters (1m88, 28 ans, Joventud Badalone), Armands Skele (1m92, 26 ans, Barons Riga), Kaspars Kambala (2m06, 31 ans, Enisey Krasnoyarsk), Kaspars Berzins (2m13, 24 ans, Fuenlabrada Madrid) et Andris Biedrins (2m13, 23 ans, Golden State Warriors).

Acheter Magazine Basket Europe
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *