Europe France Livenews ProA

L’ASVEL de Tony Parker au pied du mur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après son élimination en Ligue des champions contre Tenerife, l’objectif affiché de l’ASVEL en cette fin de saison est clair, atteindre les playoffs et reconquérir le titre de champion de France, acquis l’année dernière. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président du club, Tony Parker, donne les moyens au staff et à l’entraîneur J.D Jackson de le remplir.

Actuellement huitième du classement avec une victoire d’avance sur Le Portel (9e), Lyon-Villeurbanne n’a pas chaumé ces derniers jours en faisant revenir trois joueurs majeurs ayant participé au titre de 2016.

Le premier, c’est Casper Ware (26 ans, 1,78 m) grand artisan du titre l’année dernière, nommé MVP de la finale des playoffs. Le jeune Livio Jean-Charles (23 ans, 2.05m) -qui vient de terminer la saison en D-League avec les Austin Spurs- vient apporter son soutien dans la raquette (avec Nikola Dragovic et Amine Noua), ou à l’aile (derrière Charles Kahudi et Bandja Sy). Le vétéran, ancien NBAer, David Andersen (36 ans, 2,13m) répond également présent pour palier la blessure d’Adrian Uter, out jusqu’à la fin de la saison. Le pivot australien est ravi de reprendre l’aventure avec l’ASVEL:

« Quelle surprise, c’est arrivé si vite. Mon manager m’a appelé la semaine dernière et m’a dit « il y a un blessé à l’ASVEL, tu veux y aller ? » « Oui ce serait super de revenir et de gagner un nouveau titre de champion de france, c’est le challenge parfait, une belle opportunité », a répondu l’intéressé au micro de l’ASVEL TV

Pourtant les choses ne sont pas gagnées. En effet, Le calendrier s’annonce particulièrement difficile avec un déplacement à Monaco, puis au Portel l’adversaire direct de l’ASVEL, lequel s’était imposé à l’Astroballe à l’aller, 75-64. Mais l’arrière Darcus Nelson (31ans, 1.93m) reste positif, après la dernière victoire à domicile face à Hyères-Toulon (73-59).

« Pour la première fois de l’année, nous avons une équipe complète, je pense que maintenant tout le monde doit jouer pour le collectif, se donner à fond pour ses coéquipiers. C’est ce qu’on a vu au dernier match (Hyères-Toulon), deux à la mène, beaucoup de passes. C’est le type de basket qu’on doit jouer si on veut avoir une chance de gagner », a dit le joueur à l’ASVEL TV.

Reste à voir si effectivement le collectif va répondre présent dans une fin de saison où chaque match compte comme une finale.


ASVEL Time : Avril 2017 par ASVEL_Basket

Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *