LFB Livenews Premium

Ligue Féminine : Effectifs, joueuses à suivre, commentaires de coaches: Toute la saison au crible ! [Accès Libre]

Effectifs, cinq majeur, joueuses à suivre, commentaire de coaches, prédictions. Tout, absolument tout sur la saison 2017-18 de ligue féminine qui s’ouvre ce vendredi et demain par l’Open de Paris-Coubertin.

C’est un mini-séisme qui s’est produit dans le monde du basket professionnel féminin la saison passée : Bourges Basket n’a pas participé à la finale des Playoffs LFB, un fait rarissime. La LFB n’avait connu tel scénario qu’une fois depuis sa création, il y a bientôt 20 ans. La première a eu lieu en 2003. À l’époque, la grande Union Sportive Valenciennes Olympic portée par Sandra Le Dréan, Audrey Sauret, Alison Feaster, Edwige Lawson-Wade ou encore Nicole Antibe, était venue à bout du Tarbes Gespe Bigorre de Laure Savasta, Carla Boyd, Jo Hill, et des jeunes pousses Céline Dumerc et Emilie Gomis (2-0). Il a donc fallu attendre 14 ans pour revivre pareille folie, avec un tonitruant Villeneuve d’Ascq – Lattes-Montpellier en finale des derniers Playoffs. Un duel au sommet entre deux « dream-team » qui a finalement tourné en faveur de l’ESBVA en quatre manches, offrant aux Villeneuvoises et à ses fans historiques ce premier sacre national dans l’histoire du club.

Faut-il pour autant y voir un véritable bouleversement sur le long terme au sommet de la hiérarchie ? Pas vraiment. Après avoir accusé le départ de Céline Dumerc vers Basket Landes l’été, le club tango a plutôt bien digéré sa saison de transition : Un revers honorable en demi-finale sans l’avantage du terrain contre les Lattoises et un quart de finale d’Euroligue, une Coupe de France remportée face aux Flammes Carolo, et surtout l’avènement d’un tandem de feu : Marine Johannès (22 ans) et Alexia Chartereau (19 ans), clairement l’avenir du club berruyer. Avec un nouveau coach à sa tête, Olivier Lafargue, et un effectif taillé pour retrouver les routes du succès, Bourges fera à nouveau figure de favori pour défier le champion en titre.

En attendant l’avènement programmé d’un futur grand: le Lyon Féminin Basket devenu Asvel Féminin cet été sous l’impulsion de Tony Parker et de son nouveau coach, Valéry Demory, en provenance de Lattes-Montpellier. État des lieux à quelques heures du début de l’Open LFB à Paris pour la première journée de championnat qui sera ponctuée par le match des Champions ce vendredi soir entre Bourges et l’ESBVA.

1. Bourges

Les Tango ont tourné une bien belle page de leur histoire lors de cette intersaison avec le départ de Valérie Garnier (2011-2017, 3 titres de champion de France, une Coupe de France et une Eurocup). Le nouveau projet berruyer sera conduit par Olivier Lafargue (à Basket Landes depuis 2004), son assistant en Équipe de France, avec à sa tête un concentré de joueuses d’expérience (Ouvina, Sharp, Michel, Plouffe, Tchatchouang, Godin) mêlé à de jeunes talents encore en pleine ascension (Johannès, Ayayi, Chartereau). Sorti en demi-finale la saison passé, Bourges (qui disputera l’Euroligue) visera à nouveau les sommets de la hiérarchie cette année. Avec pour objectif d’obtenir le meilleur bilan possible afin de s’assurer au maximum cet avantage du terrain qui lui a fait défaut en mai dernier, dans la quête d’un 14e titre de Champion de France. Un titre tant attendu car il permettrait au club berruyer de siéger seul en tête dans l’histoire du basket féminin, devant le Clermont Université Club et ses 13 sacres.

La joueuse à suivre : Alexia Chartereau

Après Marine Johannès qui rayonne sur le basket français depuis plusieurs saisons maintenant, Alexia Chartereau pourrait bien être le facteur X de ce Bourges 2017-2018. L’intérieure de 19 ans (1,91m) a réalisé une première saison en pro pleine de promesses (6,6 pts, 3,3 rbds). L’heure est déjà à la confirmation pour cette future grande qui devrait être davantage responsabilisée cette saison. « Alexia aura de l’espace pour s’exprimer puisqu’on n’a pas pris de 4e intérieure. C’est une opportunité pour elle de se montrer, de confirmer sa belle saison, confie son nouvel entraîneur, Olivier Lafargue. On va l’attendre par rapport à ce qu’elle a déjà montré la saison passée. Ce ne sera pas simple, mais elle peut franchir un cap ».

Effectif :

Cristina Ouvina, KB Sharp, Océane Monpierre, Sarah Michel, Marine Johannès, Valériane Ayayi, Katherine Plouffe, Diandra Tchatchouang, Alexia Chartereau, Elodie Godin

Coach : Olivier Lafargue Assistant : Jérôme Authier

Cinq majeur probable :

Cristina Ouvina, Valériane Ayayi, Diandra Tchatchouang, Alexia Chartereau, Katherine Plouffe

Les objectifs du club, par Olivier Lafargue :

« Quand on s’appelle Bourges, l’ambition est assez simple, c’est toujours la même, il faut gagner. On ne va pas changer de philosophie cette année. On va voir au fur et à mesure de la saison ce qu’il sera possible de faire avec le groupe. On est content de l’équipe alignée cette saison, on va faire le maximum pour tirer le meilleur de nos qualités ».

Sur le match des Champions face à Villeneuve d’Ascq :

« On aborde ce match comme une première grande répétition, en gardant en tête qu’on démarre le championnat la semaine d’après avec un déplacement compliqué à Tarbes et ensuite le début de l’Euroligue. Cette confrontation va donc nous permettre de répéter nos gammes avant d’attaquer les échéances importantes. On connaît le contexte de l’Open qui n’est pas toujours facile. Il y a parfois des surprises où à l’inverse des équipes qui passent au travers, mais arrivent à s’en relever ensuite. Ça ne présume en rien de ce que sera la saison. L’important pour nous, c’est d’être concentré sur notre jeu ».

Virginie Brémont

2. Villeneuve d’Ascq

Les fidèles du fan club emblématique des Z’Hurlants cherchent encore leur voix cinq mois après avoir célébré le premier titre de champion de France de l’ESBVA. Ce sacre, acquis brillamment face aux Lattoises (3-1) est l’aboutissement du travail régulier de plus de 10 ans de tout un club et vient récompenser un groupe qui a poursuivi sa montée en puissance depuis la victoire en Eurocup en 2015. Pour défendre son titre, la mission ne s’annonce pas aisée pour autant puisqu’il faudra faire sans plusieurs éléments majeurs comme Olivia Epoupa (Galatasaray), Valériane Ayayi (Bourges) ou la prometteuse Aby Gaye (Tarbes). Tête de gondole d’un recrutement ambitieux (Nevana Jovanovic de Basket-Landes, Lætitia Kamba de Nice, Pauline Akonga du Hainaut), l’ex berruyère Johannah Leedham sera attendue et pourrait être l’un des baromètres du club rouge et blanc.

La joueuse à suivre : Johannah Leedham

Promue capitaine à Bourges suite au départ de Céline Dumerc, l’arrière internationale britannique (1,76m, 29 ans) a finalement rejoint le champion en titre après cinq belles années conclues par une saison en demi-teinte (9,4pts, 4,6rbds, 2,4pds par match) marquée par une longue blessure à l’aponévrose plantaire. Alors que le club berruyer ne comptait plus sur elle pour ce nouvel exercice, « Jo » débutera sans doute cette saison avec un état d’esprit revanchard et la volonté de montrer qu’elle n’a rien perdu de son talent après avoir activement participé aux derniers succès des Tango. Ça tombe bien, les retrouvailles, c’est déjà pour ce soir avec le match des champions dans lequel il faudra la surveiller de près.

Effectif :

Hélène Jakovljevic, Aminata Konaté, Johannah Leedham, Virginie Brémont, Nevana Jovanovic, Johanne Gomis, Réjane Verin, Lætitia Kamba, Mame-Marie Sy-Diop, Pauline Akonga-Nsimbo, Marielle Amant

Cinq majeur probable :

Virginie Brémont – Nevana Jovanovic – Johannah Leedham – Pauline Akonga-Nsimbo – Marielle Amant

Coach : Frédéric Dusart Assistante : Ljubica Drljaca

 

3. Charleville-Mézières

Les Flammes Carolo ne sont pas qu’un feu de paille ! Depuis sa montée en 2010 le club ardennais s’est structuré à tous les étages. Poussé par un public fidèle le FCBAA a été mené à la perfection par l’emblématique capitaine Amel Bouderra et le non moins mythique « coach Romu », alias Romuald Yernaux, né à Charleville-Mézières, entraîneur de l’équipe depuis 2001 et élu coach LFB de l’année. Le club a gravi les échelons au fil des années et constitue aujourd’hui l’une des places fortes du championnat de France. Et après une belle saison conclue à la 2e place (défaite 2-0 en demi-finale des Playoffs face aux Villeneuvoises), l’objectif sera de faire aussi bien voire mieux. Charleville-Mézières s’est en tout cas donné les moyens de ses ambitions en recrutant notamment l’arrière américaine Renée Montgomery, l’ailière Kalis Loyd (Basket-Landes) et l’intérieure Clarissa Dos Santos en provenance de Bourges. Suffisant pour taquiner les deux principaux prétendants au titre ?

La joueuse à suivre : Renee Montgomery

L’arrière américaine (30 ans, 1,70m) dispute actuellement la finale WNBA avec les Minnesota Lynx (8pts, 3,4pds par match cette saison) et ne pourra pas être de la partie pour l’Open LFB. Son expérience, son palmarès (championne WNBA 2015 notamment), ses qualités de shooteuse (18pts en moyenne à Gdnya la sasion passée) et sa polyvalence devraient malgré tout en faire l’une des attractions de cet exercice 2017-2018.

Ses highlights avec Gdnya la saison passée

 

Effectif :

Amel Bouderra, Marie-Eve Paget, Laura Delattre, Rene Montgomery, Sara Chevaugeon, Ninda Meité, Hhadydia Minte, Kalis Loyd, Valeriya Berezhynska, Ana Maria Filip, Clarissa Dos Santos

Entraîneur : Romuald Yernaux Assistant : Fabien Calvez

Cinq majeur probable :
Amel Bouderra – Renée Montgomery – Kalis Loyd – Clarissa Dos Santos – Valeriya Berezhynska

 

4. Basket Landes

5e du dernier exercice après une première saison prometteuse en compagnie de la meneuse Céline Dumerc (14v-8d), Basket-Landes pourrait profiter de la phase de reconstruction de Lattes-Montpellier pour se glisser dans le top 4. Même s’il y a eu un changement d’entraîneur, le club landais a décidé de miser sur la continuité en reconduisant la quasi-totalité de son effectif. Une donnée qu’il faudra prendre en compte dans un championnat où beaucoup d’équipes devraient mettre un peu de temps à donner leur pleine mesure. La belle victoire en finale du Pré Open face à l’Asvel (73-51) le confirme, Basket-Landes arrivera en forme et affûté pour défier Saint Amand Hainaut ce samedi après-midi.

La joueuse à suivre : Cathy Melain !

Son retour en LFB sera l’un des événements de la saison, et pour l’occasion, ce n’est pas une joueuse mais bien une nouvelle coach qui est mise à l’honneur. Comme pour Jimmy Vérove, Cathy Melain est une légende du basket français, et au même titre que le coach niçois, elle s’apprête à vivre sa première expérience sur les bancs de LFB. Joueuse emblématique du basket féminin, l’ancienne ailière berruyère a franchi les étapes en tant que coach au centre de formation de Bourges puis à l’Insep avant d’être intronisée à la tête de Basket-Landes à l’intersaison, succédant à Olivier Lafargue. Pour sa première saison, elle hérite d’un groupe aguerri. A sa tête, elle retrouvera Céline Dumerc avec qui elle avait scellé une vraie passation de pouvoir lors de l’Euro 2009 remporté en Lettonie. C’est une nouvelle aventure qui commence ce week-end pour Cathy Melain, et celle-ci sera suivie avec grande attention. Elle sera accompagnée dans sa mission par Julie Barennes qui évoluait en tant que joueuse à Basket-Landes depuis quatre saisons.

 
 Effectif :
 
Céline Dumerc, Hortense Limousin, Alexia Plagnard, Queralt Casas, Kadiatou Sissoko, Maja Skoric, Miranda Ayim, Marie-Michelle Milapie, Cierra Bravard.

Cinq majeur probable :

Céline Dumerc – Queralt Casas – Maja Skoric – Miranda Ayim – Cierra Bravard

Coach : Cathy Melain Assistante : Julie Barennes

Céline Dumerc

5. Asvel 

L’avenir du basket féminin français se fera avec l’Asvel, c’est en tout cas le souhait le plus cher de Tony Parker et son équipe composée notamment de Nicolas Batum en directeur des opérations basket. Racheté en mars dernier, l’ex Lyon Féminin Basket est devenu Asvel Féminin et a réalisé une première intersaison conforme à ses ambitions. En recrutant d’abord un coach de renom, Valéry Demory, qui aura pour mission de diriger un groupe habilement renforcé (Julie Allemand, la traction arrière Tanqueray-Salagnac en provenance de Bourges, l’Américaine Haley Peters, l’Australienne Rebecca Allen, et Marième Badiane à l’intérieur, 14,1pts, 8,4rbds la saison passée à Mondeville). De quoi bâtir des bases solides pour un projet qui vise à long terme à faire de l’Asvel la nouvelle place forte de LFB. A noter que Melanie Plust sera absente pour la reprise de la compétition après une opération chirurgicale bénigne au ménisque .

Joueuse à suivre : Julie Allemand

Le staff de Tony Parker a mis la main sur cette jeune meneuse belge à fort potentiel. A 21 ans, Julie Allemand sort de trois belles saisons à Braine (trois titres de championne de Belgique, une finale d’EuroCup en 2015 perdue contre Villeneuve d’Ascq et un trophée de Meilleure joueuse belge de l’année en 2016, 3e cette saison). L’internationale belge qui aura à terme les clés de la mène, soit une grosse responsabilité, va poursuivre sa progression et pourra s’aguerrir sans pression aux côtés des cadres Tanqueray et Salagnac, parmi les joueuses les plus expérimentées de LFB (8e saison).

Ses highlights datant de 2015 aux Mondiaux U19

Effectif : Paoline Salagnac, Ingrid Tanqueray, Melanie Plust (absente un mois, remplacée par Rebecca Allen), Evita Herminjard, Prescillia Lezin, Julie Allemand, Allen Rebecca, Haley Peters, Marième Badiane, Djéné Diawara,

Coach : Valéry Demory Assistant : Gurvan Morvan

Le cinq majeur probable :

Ingrid Tanqueray – Paoline Salagnac – Rebecca Allen – Marième Badiane – Haley Peters

Les objectifs du club, par Valéry Demory

« Notre objectif sera d’essayer de nous qualifier pour une Coupe d’Europe. C’est difficile de nous positionner pour l’instant dans ce championnat. On attend de voir ce que les autres vont proposer. Si tout se passe bien, on visera la 5e ou la 6e place ».

Sur le match de l’Open LFB face à Tarbes :

« Tarbes est une équipe qui joue toujours bien au basket, François Gomez fait toujours bien jouer ces équipes. Comme nous, le TGB a un nouveau projet avec un effectif rajeuni et talentueux. Pour ce premier match, je m’attends à tout ! »

 

6. Tarbes Gespe Bigorre

Les ambitions sont de retour à la hausse du côté de Tarbes, champion de France 2010, qui s’est remis honorablement de son come-back dans l’élite en sortant des Playdown à la 2e place en fin de saison dernière. L’intersaison a été ponctuée par les jolis coup du TGB comme Tima Pouye, meneuse désignée meilleure joueuse U23 de LF2 avec l’Insep (13,2pts par match), accompagnée de Naomi Mbandu (1,86 m, 18 ans, poste 4), des intérieures Christelle Diallo (8pts, 4,1 rbds à Lyon la saison passée), la Canadienne 3-4 Michelle Plouffe, en remplacement de Lizanne Murphy, et Aby Gaye, belle pioche en provenance de l’ESBVA. Au même titre que de nombreux challengeurs, le Tarbes Gespe Bigorre peut être l’une des bonnes surprises de la saison.

La joueuse à suivre : Aby Gaye

Championne de France en titre avec l’ESBVA (6,6pts, 4,3rbds), l’intérieure internationale de 22 ans, formée à l’Insep, a pris la direction du TGB cet été afin de franchir un cap sous les ordres de François Gomez. « C’est mon Américaine, s’exclame ce dernier à son sujet. Je me suis engagé à travailler avec elle, à remettre mon bleu de chauffe de formateur afin qu’elle puisse continuer à progresser. Aby a tout pour devenir une pivot de niveau international, si je me réfère à son âge et aux joueuses de son poste comme Iabelle Yacoubou ou Hélèna Ciak qui sont passées ici. Au poste 5, il faut parfois laisser un peu plus de temps. Aby aura de vraies responsabilités cette saison, ce sera une joueuse majeure. J’espère qu’elle assumera ce statut, elle en a les moyens ».

Effectif : Ana Suarez, Tima Pouye, Adja Konteh, Léa Deconinck, Angie Bjorklund, Shauna Beaubrun, Elodie Christmann, Naomi Mbandu, Michelle Plouffe, Christelle Diallo, Aby Gaye,

Le cinq majeur probable :

Ana Suarez – Adja Konteh – Michelle Plouffe – Elodie Christmann – Aby Gaye

Entraîneur : François Gomez Assistant : Lionel Oustry

Les objectifs du club, par François Gomez :

« Je trouve le championnat toujours aussi dense. Il y a eu beaucoup d’effectifs qui ont été considérablement revus, et de nombreuses équipes peuvent prétendre à créer la surprise. On est une équipe qui se reconstruit avec un projet sur deux ans et l’idée de faire une performance d’ici là. On ne va pas prétendre rivaliser contre les grosses cylindrées, mais faire mieux que ces deux dernières saisons. On n’oublie pas d’où l’on revient, le maintien, la LF2…Donc là on se projette sur deux ans, avec une équipe de jeunes, beaucoup de prospects et je dois dire que la mayonnaise a bien pris. On travaille énormément, le groupe est investi, c’est un régal. Si l’accélérateur de particules se met en place, j’aimerais pouvoir donner raison à mes collègues qui disent se méfier de Tarbes cette saison. On est content du recrutement, j’estime que l’équipe est assez homogène, et l’ambition de départ sera d’éviter les Playdown. Et si la mayonnaise prend, on pourra espérer mieux. Nos trois premiers matchs seront bon indicateur pour la suite (Asvel, vs Bourges puis à Lattes-Montpellier) ».

Sur le match de l’Open LFB face à l’Asvel :

« Je pense qu’il vaut mieux les jouer maintenant, car tout est en reconstruction, mais qu’à la fin, on les trouvera sûrement en haut du tableau. Valéry Demory est le coach le plus expérimenté de LFB, il sera en mesure de reproduire ce qu’il a pu faire à Lattes-Montpellier. Il a pour ça une ribambelle de joueuses haut de gamme. Les deux équipes ne seront certainement pas prêtes à 100%. Sur le papier on sera outsider, ce sera à l’Asvel s’assumer son statut et de répondre aux attentes de son projet. On connaît le style de Valéry, il y aura beaucoup d’intensité, de course. Ce sera à nous de répondre à ces problématiques avec nos gabarits, et d’essayer d’imposer notre puissance physique. »

François Gomez

7. Lattes-Montpellier

Comme Bourges, le BLMA a perdu son coach emblématique, Valéry Demory, parti après avoir admirablement redoré le blason du basket féminin montpelliérain. Après le départ du président historique René Comes, c’est une page qui se tourne pour le club héraultais. C’est Rachid Méziane, en provenance de Nice qui a été nommé pour reprendre le flambeau et tenter de mener vers les succès un effectif renouvelé à 80%. Avec une ancienne de la maison pour l’assister, l’ex intérieure internationale Aurélie Bonnan. En lice pour une participation à l’Euroligue, les Lattoises se sont inclinées d’un point, 80-79, mardi soir sur le parquet du club hongrois de KSC Szekszard lors du match aller qualificatif pour l’Europe (retour mardi à domicile). Une dernière répétition encourageante avant d’affronter la redoutable formation de Charleville-Mézières pour cet Open LFB, un combat qu’il faudra en plus livrer sans Fatimatou Sacko, blessée au Pré-Open la semaine passée.

La joueuse à suivre : Ornella Bankolé

Leader de sa génération depuis sa formation à l’Insep, la jeune arrière-ailière de 20 ans sort de deux saisons encourageantes à Calais et d’un Euro U20 prometteur (17,4pts, 9,6 rebds en moyenne sur 7 matchs). Joueuse d’avenir, à fort potentiel, Ornella Bankolé a les moyens de franchir un cap dans cette nouvelle équipe où elle bénéficiera d’un « plus grand terrain d’expression, selon les dires de son entraîneur, Rachid Méziane. « Elle a retrouvé un haut niveau de performance après sa blessure, poursuit-il, c’est une joueuse polyvalente, qui a de la qualité sur le tir extérieur, sur le jeu de un contre un, l’agressivité. Elle a les qualités pour s’imposer durablement en LFB même si elle doit aussi continuer à travailler, mentalement et défensivement. Elle mérite effectivement ce titre de joueuse à suivre et sera également attendue par ses adversaires ».

Effectif : Giorgia Sottana, Anaël Lardy, Romane Bernies, Ornella Bankolé, Romy Bär, Courtney Hurt, Assitan Koné, Ewelina Kobryn, Fatimatou Sacko

Coach : Rachid Méziane Assistante : Aurélie Bonnan

Le cinq majeur probable :

Anaël Lardy – Giorigia Sottana – Romy Bär – Courtney Hurt – Ewelina Kobryn

Les objectifs du club, par Rachid Méziane :

« On est en pleine reconstruction, au même titre que des équipes comme l’Asvel, avec un remodelage complet de l’équipe dirigeante, du staff et de plus de la moitié de l’effectif professionnel. Le club a une histoire et se doit malgré tout de rester ambitieux, c’est le visage que l’on va tâcher d’afficher même si on sait que cette saison sera dédiée à la reconstruction. On va se présenter modestement dans ce championnat, et nos premiers résultats nous permettrons d’orienter nos objectifs. »

Sur le match de l’open face à Charleville-Mézières :

« On s’attend à un match compliqué face à une équipe qui poursuit sa montée en puissance, et représente aujourd’hui une grosse écurie de la LFB, reconnue et respectée. L’axe 1-5 Bouderra-Berezynska a été conservé et agrémenté de joueuses de niveau international. On sait que ça va être difficile alors que de notre côté, on se cherche encore un peu, on manque de repères sur certaines choses. On n’oublie pas non plus qu’il y a une qualification en Euroligue en ligne de mire et une victoire à aller chercher mardi, pour remplir l’un des objectifs du club. C’est considéré comme un match à domicile, il faudra tout faire pour aller le chercher. On peut les embêter tactiquement d’un point de vue défensif, et on a du talent offensivement, je pense que ce sera un match agréable à regarder ».

Anaël Lardy

8. Nice

9e de la saison régulière 2016-2017, les NissAngels ont sauvé leurs ailes en s’extirpant des récents Playdown afin d’éviter une malencontreuse relégation. Avec Xavier Le Cerf-Galle à sa tête depuis avril dernier, le club azuréen a fait le choix de partir sur un nouveau projet cet été. Pour le mener à bien, le nouveau président a réussir à séduire Jimmy Vérove qui va vivre cette saison sa première expérience d’entraîneur au plus haut niveau et Géraldine Robert, qui arrive de Lattes-Montpellier comme une valeur sûre de la division au poste 4 (MVP en 2013). Les Américaines Antiesha Brown et Kendall Cooper devraient chacune dans leur style apporter beaucoup à ce roster niçois complété par des éléments de qualité afin de lutter pour le top 8.

La joueuse à suivre : Antiesha Brown

Aux côtés de l’imposante Kendall Cooper (1,95m.), Antiesha Brown promet d’enflammer les parquets. Joueuse explosive, complète, passée par l’Italie à San Giovanni puis Umbertide la saison dernière où elle a culminé à 16,6 points, 4,5 rebonds et 2,1 passes décisives par match, l’arrière américaine (24 ans, 1,80) pourrait être l’une des bonnes pioches du Cavigal. Ses bonnes prestations en matchs de préparation combinées à l’apport de tout un groupe ont mené les Niçoises jusqu’à la victoire en finale du pré-Open le week-end dernier face à Villeneuve d’Ascq (13pts, meilleure scoreuse à égalité avec Kendall Cooper).

Ses highlights du début de saison dernier avec Umbertide

Effectif : Alix Duchet, Svenja Brunckhorst, Joyce Cousseins-Smith, Isabelle Strunc, Mamignan Touré, Antiesha Brown, Kendall Cooper, Jodie Cornelie-Sigmundova, Naignouma Coulibaly

Coach : Jimmy Verove Assistant : Wani Muganguzi

Le cinq majeur probable : 

Svenja Brunckhorst – Antiesha Brown – Mamignan Touré – Géraldine Robert – Kendall Cooper

Les objectifs du club, par Jimmy Vérove :

« Je découvre une ville et un club qui vise à s’installer durablement au plus haut niveau. La saison passée a été compliquée, avec un maintien après les Playdown. Ça fait partie des hauts et des bas qu’un club peut rencontrer. La première mission à mon arrivée a été de travailler à l’encadrement et la structuration de l’équipe professionnelle. On espère faire monter le groupe en puissance et conserver une rotation à dix joueuses en tirant le maximum de chacune d’entre elles. Les choses se mettent en place, je pense notamment aux prestations d’Alix Duchet, Isabelle Strunc et de Mamignan Touré qui ont été globalement très positives. A l’heure qu’il est, c’est encore difficile de se positionner ».

La joueuse à suivre, Alix Duchet :

Meilleure espoir de LFB en 2015-2016 avec Arras, la meneuse de 20 ans sera l’un des facteurs X de l’effectif niçois et fera partie des profils à suivre cette saison. En 2016-2017, Alix Duchet avait livré une très bonne première partie de saison avant d’être victime d’une rupture des ligaments croisés, en janvier dernier. Son nouveau coach, Jimmy Vérove, mise beaucoup sur cette jeune rotation. «C’est une joueuse qui a un énorme potentiel et un grand avenir. On peut la comparer à Lisa Berkani, elle est revenue très forte après sa blessure et une rééducation à Cap Breton. Elle a très bien travaillé et j’avais un deal avec elle pour la faire jouer 5 minutes contre Mondeville et Villeneuve d’Ascq. Et sur les deux matchs, elle a été étincelante. J’ai dû la retirer du parquet à grands regrets. Elle est capable de faire de grandes choses ».

 

9. Saint Amand Hainaut Basket

Sorti d’une saison réussie (8e, 10v-12d) et avec une qualification en Eurocup presque en poche, le club de Saint Amand Hainaut Basket aborde cette nouvelle aventure avec un effectif tout neuf. Parmi les cadres, Seule Laura Garcia, capitaine emblématique au rendement toujours intéressant, (7,7 d’évaluation, 44% d’adresse à 3 points) est restée au club. Avec sa raquette expérimentée Tetemondova-Sulciute, des joueuses référencées en LFB et quelques jeunes pousses, le Hainaut aura des atouts à faire-valoir.

La joueuse à suivre : Egle Sulciute

Aperçue à Mondeville en 2011 pour six matchs à 15,5 points de moyenne, l’internationale lituanienne sera l’un des fers de lance de la formation de Fabrice Fernandes. Passée par l’Italie, l’Espagne, la Turquie (Galatasaray) et la Pologne, l’intérieure d’1,90m (32 ans) a encore les moyens de réaliser une grande saison au Hainaut en s’appuyant sur ses qualités. Dotée d’un bon jeu dos au panier et très mobile pour sa taille, Egle Sulciute est même capable de tirer à 3 points. « Son CV parle pour elle et sa présence et bénéfique pour tous, ajoute son entraîneur Fabrice Fernandes. Elle a l’expérience, la lecture de jeu, c’est une joueuse complète. Elle va nous apporter de la sérénité sur le terrain, et des points ».

Ses highlights en 2016-2017

Effectif : Bintou Marizy-Dieme, Elise Deprez, Laura Garcia, Anna Ngo Ndjock, Jennie Fouasseau, Marie-Bernadette Mbuyamba, Uranie Bezzo-Dembet, Ashley Bruner, Katarina Tetemondova, Mariam Tiquida Doumbia, Ludivine Marie, Egle Sulciute

Coach : Fabrice Fernandes Assistant : François Marsaudon

Le cinq majeur probable :

Bintou Marizy-Dieme – Laura Garcia – Ashley Bruner – Katarina Tetemondova – Egle Sulciute

Les objectifs du club, par Fabrice Fernandes :

« L’ambition première est de se maintenir. On a un budget qui fait qu’on ne peut pas viser plus haut en début de saison. Le but est de faire du mieux possible, de tout donner à chaque match, et si on peut s’éviter de faire les Playdown comme la saison dernière, ce serait une très bonne chose. »

Sur le match de l’Open LFB face à Basket-Landes :

« On rencontre la même équipe que l’année dernière à l’Open. Basket-Landes a conservé la majorité de son effectif, on va affronter des joueuses qui se connaissent et qui visent le top 5. Ce sera une confrontation difficile pour nous, mais on ne vient pas comme  »sparring partner ». On vient avec l’ambition de jouer toutes nos chances à fond et de gagner ».

 

10. Nantes-Rezé

Une page se tourne chez les Déferlantes qui a vu partir cet été deux cadres historiques : l’incontournable Yuliya Andreyeva, au club depuis 2005 et la meneuse Isis Arrondo (depuis 2012).

MVP de la saison dernière, « la première de l’histoire du club », mentionne l’entraîneur Emmanuel Coeuret, l’intérieur canadienne Katherine Plouffe (18,79 points, 10,29 rebonds pour 23,54 d’évaluation) a également fait ses valises, direction Bourges. Qualifié en EuroCup, l’effectif nantais va débuter cet exercice 2017-2018 avec une part d’inconnues, en quête de certitudes. Les deux recrues en provenance de Charleville-Mézières (Lidja Turcinovic et Nayo Raincock-Ekunwe) détiendront notamment l’une des clés de la réussite du NRB cette saison.

La joueuse à suivre : Maud Medenou

Reculer pour mieux sauter, telle a été la philosophie de Maud Medenou la saison dernière. Arrivée à Aulnoye en LF2 en provenance de Charleville-Mézières, l’intérieur d’1,89 m (qui fêtera ses 27 ans le 5 octobre prochain) a réalisé une saison 2016-2017 pleine (12,6pts, 8,4 rbds par match). Formée à l’Insep (2005-2008), elle pourrait bien franchir un cap avec Nantes-Rezé cette année pour son retour au plus haut niveau comme l’a laissée entrevoir sa pré-saison intéressante. « Elle va changer de statut en arrivant chez nous », confirme son nouveau coach, Emmanuel Coeuret.

Effectif :Shona Thorburn, Camille Lenglet, Lidja Turcinovic, Deborah André, Maud Medenou, Amandine Michaud, Margret Skuballa, Katia Clanet, Nayo Raincock-Ekunwe

Le cinq majeur probable :

Shona Thorburn – Lidja Turcinovic – Margret Skuballa – Maud Medenou – Nayo Raincock-Ekunwe

Coach : Emmanuel Coeuret Assistante : Caroline Aubert

Les objectifs du club, par Emmanuel Coeuret :

« L’ambition première sera de se maintenir. On est toujours sous le couperet de notre dette (400 000 euros il y a trois ans, réduite à 80 000 euros) qui limite notre masse salariale et ce pendant une saison encore . Il faudra serrer les dents. L’exercice 2017-2018 risque d’être difficile, on a un cinq qui tient bien la route, ça dépendra du niveau des rotations qui sont assez jeunes. Qui dit jeunesse dit fougue et insouciance mais peut aussi dire irrégularité. On est également en lice en Coupe d’Europe, il faut que ce soit un plus pour nous, pas l’inverse. Je suis rassuré par ce que j’ai vu lors du Pré-Open. Assurons dans un premier temps le maintien et pourquoi pas ensuite viser le top 8 ?

Sur le match d’ouverture de l’Open LFB face à Nice :

« On s’attend à beaucoup d’engagement, de dureté. Nice possède les joueuses pour jouer dur à l’intérieur avec une cadre comme Géraldine Robert, et un effectif plus étoffé que le notre athlétiquement même si on a évolué dans ce secteur. Ce sera une opposition de styles. Le vainqueur sera certainement celui qui imposera sa patte ».

Shona Thoburn

 

11. USO Mondeville

Du rêve au cauchemar, l’USO Mondeville a à peine eu le temps de savourer sa magnifique 5e place, contrarié au fil de l’intersaison par les mauvaises nouvelles, de la retraite forcée de la prometteuse Loreen Kerboeuf pour des raisons médicales aux départs successifs de cadres comme K.B. Sharp, Michelle Plouffe, Marième Badiane et Lysa Millavet. Alors que Lisa Berkani, révélation de la saison passée (12,2pts, 3pds, draftée en WNBA, pré-sélectionnée en Equipe de France), a connu une préparation tronquée pour cause de blessure, et que la recrue phare de l’équipe, l’Australienne Stéphanie Talbot, retenue en WNBA jusqu’en début de semaine, le coach Romain Lhermitte a vu se rajouter deux tuiles lors du pré-Open : deux blessures au genou pour Heleen Nauwelaers et Catherine Mosengo-Masa. On craint les ligaments croisés, une IRM devra le confirmer. Ce serait une terrible nouvelle pour les Rouge et Blanche qui ne pourraient compenser ces absences financièrement. La première opposition face à Roche-Vendée et son imposante poste 5 Bernadette Ngoyisa, s’annonce déjà compliquée.

La joueuse à suivre : Stephanie Talbot

Alors qu’il attendait Tamara Tatham, Romain Lhermitte a réussi un joli coup en recrutant l’internationale australienne (1,88m, 23 ans). Après une campagne réussie avec le Phoenix Mercury en WNBA, la poste 4 apportera toute sa polyvalence à l’effectif calvadosien. « On a la chance d’avoir nos trois joueuses majeurs, Gaucher-Smith, Hejdova et Talbot qui sont extrêmement polyvalentes. Talbot pourra défendre sur des postes 4, mais aussi jouer en 3 ou en 5. Elle vient d’arriver, mais elle s’intègre déjà très bien au groupe. Au niveau basket, c’est une joueuse complète, mais qui est encore jeune. Il ne faudra pas attendre qu’elle nous sauve toute seule ».

Effectif : Lisa Berkani, -Kelly Chassé-, Kim Gaucher-Smith, -Sarah Boucher, Camille Hirigoyen, Romana Hejdova, Heleen Nauwelaers, Stephanie Talbot, Myriam Djekoundade, Catherine Mosengo-Masa, Emma Villas-Gomis, Ana Tadic, Shelby Saint-Juste

Le cinq majeur probable :

Lisa Berkani – Kim Gaucher-Smith – Romana Hejdova – Stephanie Talbot – Ana Tadic

Entraîneur : Romain Lhermitte Assistant : Nicolas Leblanc

Les objectifs du club, par Romain Lhermitte :

« On a vécu une saison 2016-2017 fantastique, vraiment une belle histoire, mais on repart avec un groupe tout neuf. On connaît nos moyens financiers, donc on va repartir sur un maintien, avec les pépins que nous avons connus. On va faire du mieux qu’on peut, et se battre à chaque match, même si on n’a que 5 pros valides à disposition »

Un mot sur le match de l’Open LFB face à Roche-Vendée :

« Ça va être un match difficile. Il y a déjà des joueuses au niveau qui sortent d’une grosse saison en LF2, et le recrutement de Mann me semble judicieux. Ca fait une belle paire à l’intérieur avec Ngoyisa face à notre jeune raquette. Il y aura une différence de générations. On abordera ce match comme tous ceux qui suivront, que ce soit Bourges ou Charleville-Mézières, avec l’envie de donner le meilleur ».

12. Roche Vendée BC

Enfin, elles l’ont fait ! Après avoir échoué pendant deux saisons consécutives sur la dernière marche, en finale des Playoffs d’accession (battues par Nice en 2015, puis Tarbes en 2016), les joueuses du RVBC sont allées au bout en battant Chartres, premier de la saison régulière avec une victoire au bout du suspense dans le match 3, à l’extérieur. Voilà un club qui aime relever des défis compliqués, et celui qui se présente risque de l’être tout autant. Dans sa mission pour le maintien, la formation coachée par Emmanuel Body depuis 2011 est allée chercher deux valeurs sûres : l’internationale serbe Tamara Radocaj à la mène, en provenance de Chevakata (Russie) et surtout Christen Mann, qui arrive de Lattes-Montpellier (9,6pts, 3,4rbds, 2,2pds en 2016-2017). Avec Bernadette Ngoyisa au poste 5, elles formeront une colonne vertébrale solide, rompue aux exigences de la LFB.

La joueuse à suivre : Caroline Hériaud

Remarquée lors des championnats du Monde de 3×3 à Nantes et de l’EuroBasket, la jeune prodige de la Roche-Vendée (1,65 m, 21 ans) aura assurément une carte à jouer au plus haut niveau cette saison. Son adaptation à l’élite sera intéressante à suivre après un exercice 2016-2017 prometteur en LF2 (6,2pts, 3,1rbds, 3,2pds en 27′). « C’est une joueuse à fort potentiel, assure son coach. Elle s’est forgée une expérience intéressante en Equipe de France avec les campagnes 3×3. Tamara Radocaj part titulaire au poste, mais elle devra rester vigilante au vu de la vitesse à laquelle Caroline franchit les étapes » poursuit Emmanuel Body, qui n’exclut pas par ailleurs l’idée de faire évoluer les deux joueuses en même temps sur les postes arrières par séquences.

 

Effectif : Tamara Radocaj, Caroline Heriaud, Line Sergent, Manon Sinico, Johanna Tayeau, Milica Ivanovic, Kristen Mann, Mariame Dia, Kekelly Elenga, Bernadette N’Goyisa

Le cinq majeur probable :

Tamara Radocaj, Manon Sinico, Milica Ivanovic, Kristen Mann, Bernadette N’Goyisa

Coach : Emmanuel Body Assistant : Benoît Tougeron

Les objectifs du club, par Emmanuel Body :

« Comme toute équipe qui est promue en division supérieure, le maintien sera l’objectif principal cette saison. Pour cela, il faudra réussir à sortir des Play-downs. Si la hiérarchie est établie en haut de tableau au vu des différents rosters, j’ai le sentiment que la concurrence sera plus ouverte pour les dernières places. A nous de tirer notre épingle du jeu pour ne pas retourner en LF2. Atteindre la 8e place et éviter ainsi les Play-down serait tout simplement synonyme de saison exceptionnelle ».

Sur le match de l’Open LFB face à l’USO Mondeville :

« On connaît les pépins physiques et les désagréments rencontrés par l’USO Mondeville au cours de sa préparation estivale. On reste très méfiant malgré tout, et on s’attend à affronter une bête blessée qui sera peut-être diminuée mais talentueuse. On s’attend à un match très difficile ».

 

 

 

Photos: FFBB, FIBA Europe

Offre spéciale Noël - Basket Europe, choisissez votre cadeau
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *