Euroleague FIBA Livenews

Conflit FIBA – Euroleague : deux points de vue toujours inconciliables

Alors que la Commission Européenne a rendu son verdict dans le conflit à propos du monde du patinage, elle a également été saisie par la FIBA et l’Euroleague. Nous avons contacté les deux organisations pour connaître leurs points de vue sur le différend qui les oppose. 

Contactée en amont par nos soins, la Commission Européenne nous a apporté quelques précisions sur ce conflit. Nous avons ensuite transféré sa réponse à la FIBA et l’Euroleague. Si cette dernière est revenue vers nous en moins de 24 heures, nous avons dû patienter pas moins de cinq jours pour recevoir une réponse de la Fédération Internationale.  

La réponse de la FIBA : 

Sur la situation générale:

« Le processus d’implémentation du nouveau calendrier a débuté en mars 2011 avec une consultation approfondie impliquant les ligues, les fédérations nationales et d’autres acteurs du basket. Le Congrès mondial de la FIBA ​​a approuvé à l’unanimité le calendrier en 2014. Les dates exactes des fenêtres internationales ont été confirmées et publiées en août 2015, laissant à chacun le temps de s’adapter. Toutes les ligues européennes ont intégré les fenêtres dans leur calendrier sous l’égide de l’Union des ligues européennes de basketball (ULEB).
Malgré la confirmation par Euroleague Commercial Assets (ECA) – dans une lettre signée le 10 novembre 2016 – que «les règles de l’ECA n’empêchent ni ne limitent de quelque manière que ce soit la libération des joueurs aux compétitions des équipes nationales», l’ECA a approuvé son calendrier de la saison 2017-18 de l’Euroleague (dans le cadre de son règlement) sans y inclure les fenêtres internationales de novembre 2017 et février 2018.
Cela oblige clairement les joueurs eux-mêmes à prendre la responsabilité de décider de jouer ou non pour leur équipe nationale. Cela crée inutilement un potentiel conflit entre les clubs d’une part et les joueurs et les fédérations nationales d’autre part. En forçant les joueurs à choisir entre représenter leur club ou leur pays, l’ECA impose clairement un fardeau injuste et déraisonnable aux joueurs qui devraient être en mesure d’évoluer pour le club que pour le pays.

Le 25 septembre, la FIBA ​​a envoyé une proposition de solution à ECA afin de mettre fin à l’impasse actuelle sur le calendrier européen de basketball. ECA n’avait qu’à déplacer 8 matchs par fenêtre de jeudi/vendredi à mardi. Malheureusement, l’ECA a refusé de prendre cette mesure qui était si facile à mettre en œuvre, et qui permettrait aux joueurs de jouer avec leurs clubs et leurs équipes nationales.

La FIBA ​​continuera de se battre pour les équipes nationales qui sont les locomotives du basketball dans le monde entier.

Au sujet de la procédure de la Commission européenne:

À la suite d’une plainte déposée devant la Commission européenne, ECA fait l’objet d’une enquête pour ses actions, y compris ses décisions et d’autres actions concernant la programmation de ses matchs. Ces actions signifient essentiellement qu’un petit groupe de clubs, qui est toujours sous l’égide de la FIBA, ​​a décidé de boycotter les qualifications pour la Coupe du Monde pour leurs propres raisons commerciales, impactant des douzaines d’équipes nationales. »

 

La réponse de l’Euroleague : 

« 1. Etant donné que la communication ci-dessous mentionne le cas de l’ISU, veuillez trouver ici un récent article qui pourrait être pertinent sur ce cas.

2. En ce qui concerne notre position sur ce sujet, même si nous l’avons déjà mentionné plusieurs fois, veuillez trouver ici quelques points clés:

*Cette situation n’a été provoquée par la FIBA ​​que lorsqu’elle a planifié unilatéralement ces fenêtres au milieu de la saison des clubs, affectant toutes les ligues au niveau international, y compris les ligues nationales, l’EuroLeague et la NBA, entre autres. Aucune consultation n’a été faite avec aucune de ces ligues, et même certaines d’entre elles (NBA) ont immédiatement averti que leurs joueurs ne seraient pas libérés, et d’autres ont publiquement déclaré qu’ils étaient contre ce système (toutes les grandes ligues nationales européennes).

*Le principal problème est que les meilleurs joueurs ne seront pas disponibles, et cela, la FIBA le savait parfaitement depuis le début. Ce fait crée:

-Un gros dommage pour les équipes nationales elles-mêmes, qui ont toujours été le produit le plus premium, et l’absence des meilleurs joueurs dans les équipes nationales ne feront que troubler les fans.

-Une compétition déloyale où certaines équipes sont mises dans un désavantage compétitif ou un avantage pour le seul fait d’avoir des joueurs dans la NBA et/ou dans l’Euroleague.

*Le calendrier de l’Euroleague n’a pas changé depuis 15 ans, les matchs de novembre et de février ayant toujours été programmés. Euroleague Basketball a déjà averti la FIBA ​​des problèmes évidents que cela causerait et a présenté 3 propositions alternatives différentes auxquelles on n’a même pas répondu, à l’exception de la dernière, qui a été rejetée en quelques heures.

*De manière surprenante, l’Euroleague est la seule ligue à prétendre re-programmer les matchs, alors que la position des autres ligues est acceptée et même défendue. Les joueurs d’Euroleague sont poussés à quitter leurs clubs et à aller dans leurs équipes nationales et à être menacés de sanctions, alors que d’autres joueurs ne le sont pas. C’est clairement un cas de discrimination qu’Euroleague Basketball condamne fermement et ne tolérera pas.

*La FIBA ​​prétend agir pour le bien du basketball dans tous les cas. Si c’était le cas:

-Elle devrait soutenir la compétition qui a le plus progressé dans l’histoire du basket européen, au lieu de tenter de l’endommager à plusieurs reprises, comme en témoigne la tentative de ramener l’Euroleague sous le contrôle de la FIBA ​​il y a deux saisons, la création du Basketball Ligue des Champions et les menaces pour les clubs qui rejoindraient l’EuroCup à sa place, ou le conflit de calendrier actuel qu’ils ont créé.

– C’est clairement du business. Elle charge les pays hôtes et offres des wild-cards qui entraînent des frais élevés, alors qu’elle ne distribue aucun de ces revenus ni aux fédérations nationales ni aux clubs.

-La situation du basket-ball ne peut être comparée à celle du football. Alors qu’en novembre, chaque joueur parcourra le monde pour jouer à des matches qualificatifs, les grandes stars de la NBA ne participeront jamais à de tels matchs au milieu de la saison.

* Toute proposition qui tente de résoudre le problème doit s’assurer que les meilleurs joueurs du monde sont disponibles pour participer à chaque match officiel de la fédération nationale. Euroleague Basketball soutiendra toutes les propositions qui apporteront une solution à long terme à cela, et continuera à fournir de nouvelles propositions à la FIBA ​​dans cette ligne, car elle reconnaît l’importance des équipes nationales pour la croissance du sport et la nécessité de les protéger. »

En résumé, beaucoup de postures et un point qui paraît essentiel : la FIBA souhaite mettre en place des trêves internationales comme le fait le foot ou d’autres sports majeurs. Les équipes nationales masculines sont depuis plus de 10 ans cantonnées à quelques matchs et des compétitions l’été (comme le beach volley en quelque sorte). Ce projet est positif et Predrag Bogosavljev nous l’avait bien expliqué lors d’un entretien donné au printemps dernier. La manière de faire de part et d’autre est ridicule et manque semble-t-il de professionnalisme. Bien que du côté de l’Euroleague, on ressent un peu plus de compétences ou en tout cas de réactivité sans que ce ne soit pas non plus parfait.

Dans l’analyse des transactions et des communications officielles entre l’Euroleague et la FIBA, il y a un point qui paraît crucial :

La FIBA a mis en place deux trêves en cours de saison, l’Euroleague a fait une contre proposition sans trêve en cours de saison. Pourquoi la FIBA n’a alors pas proposé une seule trêve internationale en février durant et après le All Star Game NBA, la Leaders Cup, la Copa del Rey, etc ? A cette période, on peut rêver qu’un jour des joueurs NBA qui ne participent pas au All Star Game puissent rejoindre leurs équipes nationales.

Certes ce n’est pas le calendrier que la FIBA souhaite mettre en place pour le moment mais dans une négociation chaque partie doit faire des concessions et cela aurait eu le mérite de prendre l’ascendant en terme image en montrant que la FIBA a fait un effort et que l’Euroleague reste campé sur ses positions.

Cette première fenêtre de novembre contient au moins un point positif, nous avons pu voir jouer UNE -à défaut d’être L’- équipe de France de basket en hiver au même titre que le rugby, le handball, le volley ou l’équipe de France de Coupe Davis. Et cela a permis à des joueurs de se mettre en avant et la qualité des matchs -de la France- a été plutôt bonne.

Enfin, nous notons que ni la FIBA, ni l’Euroleague a répondu à notre proposition de rencontre tripartite. Bien que nous ayons formulé cela sur un fond sarcastique, on sent bien la gêne sur cette question puisque jamais les deux entités n’ont discuté autour d’une table. Chacun croyant être davantage dans son bon droit que l’autre et donc ne daignant pas faire le premier pas.

Offre spéciale Noël - Basket Europe, choisissez votre cadeau
Commentaires   |  0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *