Christophe Le Bouille (président du Mans) : “On n’a pas à se plaindre du suivi de l’Etat”

Sacha RUTARD
1

Dans une interview au Maine Libre, le président du Mans Sarthe Basket Christophe Le Bouille, assure: “On n’a pas à se plaindre du suivi de l’Etat”, révélant qu’il y a encore un peu de chômage partiel dans son staff administratif et commercial, que les indemnités sont versées rapidement, que les exonérations de charges patronales arrivent vite, et qu’il faudra un peu plus de temps pour compenser les pertes en billetterie car les calculs sont plus longs à faire.

En tant que membre du Comité Directeur de la LNB, il se livre à un pronostic prudent quant à la décision de l’Assemblée Générale, prévue le 19 janvier:

“Avec la possible poursuite d’un soutien financier étatique, je pense que l’hypothèse de jouer un petit peu en février sera retenue, mais sans certitude.”

Quant à l’avenir de la présente saison, c’est évidemment le flou:

“Certains présidents demandent plus de visibilité, c’est un discours qui me dépasse un peu. Sans critiquer, même le gouvernement n’est pas capable de se projeter plus de 4 semaines. Alors comment nos instances pourraient prévoir les prochains mois avec cette épidémie de Covid-19 ? On peut avoir de l’espoir mais pas annoncer n’importe quoi. Il faut faire preuve d’un peu d’humilité dan cette situation. J’aimerais pouvoir dire à mes abonnés et à mes partenaires le calendrier jusqu’à la fin juin, mais ce n’est pas possible.”

Photo: LNB

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response
  1. OscarAbine

    Il a raison, on ne peut absolument pas tirer de plans sur la comète, ni même établir un planning sur les prochains mois. On ne sait rien de l’évolution de la situation, même si la tendance ne semble pas pousser à l’optimisme.
    Toujours est-il qu’une chose reste sûre : il faut que le basket français joue. Tout bêtement pour rester vivant. La nature a horreur du vide, dis-t-on : si le basket français n’occupe pas son (petit) créneau, une autre activité prendra sa place. Et ne la rendra pas lorsque le basket se décidera à faire quelque chose.
    Alors oui, jouer à huis-clos est pénalisant, sportivement et, surtout, financièrement. Mais Christophe Le Bouille le rappelle, les aides de l’Etat sont là. Elles ne compensent pas tout, certes. Mais elles devraient permettre aux clubs de subsister.
    Et puis bon, quand je vois certains clubs recruter de nouveaux Ricains à tour de bras alors qu’ils ne jouent pas, je trouverai déplacé qu’ils pleurent dans le même temps sur ce que coûte le fait de jouer à huis-clos.
    Aux clubs de prendre la bonne décision. Certains, qui jouent des coupes d’Europe, doivent avoir pris conscience, depuis hier soir a minima, que jouer l’Eurocup ou la BCL sans pouvoir se mettre en rythme avec la Jeep Elite conduisait à l’impasse. N’est-ce pas Bourg, Dijon, Limoges ?

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019