Tariq Black (Zenit St. Petersbourg), ex-équipier de Kobe Bryant, de DJ Stephens et titulaire de deux diplômes universitaires

Sacha RUTARD
0

A 29 ans, le pivot américain Tariq Black (2,06m) a déjà derrière lui une longue carrière qui l’a emmené en NBA, en G-League, au Maccabi Tel-Aviv pendant deux ans et aujourd’hui au Zenit Saint-Petersbourg. Il a également été, à l’université de Memphis, l’équipier de l’ancien Manceau, DJ Stephens, vainqueur à deux reprises du concours de dunks du All-Star Game de la LNB.

“Tout d’abord, c’est une personne incroyable, je l’aime comme un frère”, s’enthousiasme t-il lors d’une interview aux Izvestia. “Si nous parlons de ses qualités de jeu, alors il a simplement une détente folle. Je pense que je ne connais qu’une ou deux personnes qui peuvent sauter aussi haut. Il s’agit de Gerald Green et Andrew Wiggins. Ils sont également extrêmement athlétiques.”

Tariq Black a également eu comme partenaire Kobe Bryant, aux Los Angeles Lakers et il met en exergue son exigence.

« Le mot fatigue n’existait pas pour Kobe. Il ne comprenait pas ce que c’était que de se fatiguer et de mal shooter, de mal faire un écran. Dans de telles situations, Bryant pouvait vraiment parler durement avec vous. Mais je n’appellerais pas cela de l’intimidation. C’est la mentalité et le caractère de champion qu’il voulait nous transmettre. Kobe a toujours voulu gagner et il a fait de son mieux pour cela. Même au prix de dommages et de blessures. Je pense que dans toute l’histoire de la NBA, seuls quelques joueurs pouvaient pratiquement remporter le championnat par eux-mêmes. L’un d’eux était Bryant. Je suis content d’avoir pu jouer avec la légende.”

L’une des autres caractéristiques de Tariq Black c’est d’être titulaire de deux diplômes de l’enseignement supérieur, au sein des universités de Memphis et de Kansas.

«Je ne sais pas s’il y a beaucoup de gars comme moi. Je n’ai pas regardé les statistiques. Je suis allé à l’école supérieure dans ma quatrième année d’université et j’ai obtenu mon diplôme dans ma première année en tant que professionnel. J’ai toujours pensé que l’éducation méritait d’être considérée comme une autre perspective. Vous allez à l’université pour poursuivre une carrière, non ? Pas une carrière de basket-ball, mais acquérir des connaissances qui vous aideront à rester à flot dans n’importe quelle situation, pour nourrir votre famille. Je pense que c’est une sorte de voyage, ne pas arrêter d’apprendre et de se développer de manière globale, au cas où les choses ne vont pas bien dans le sport. Dans le même temps, je ne condamne en aucun cas les personnes qui abrègent leur éducation pour avancer dans le domaine du sport. Par exemple, ils se présentent pour la draft de la NBA après leur première année à l’université. Nous n’avons qu’une seule vie, et vous devez pouvoir utiliser votre chance. Oui, ils doivent tirer des connaissances non pas des livres, mais de l’expérience de la vie. Et en ce sens, il est important de s’entourer des bonnes personnes qui sauront vous guider correctement. Sinon, vous pouvez être pulvérisé sur ces choses qui ne vous aideront certainement pas à obtenir des résultats élevés.”

Photo: Euroleague

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

novembre 2021
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019