Michael Ruzgis – L’incroyable histoire du premier Américain qui a révolutionné le basket français (4/4)

Pascal Legendre
1

Michael Ruzgis a connu une destinée incroyable. Américain d’origine lituanienne, il a été champion d’Europe en 1939 et en avec la Lituanie et fut élu MVP de la compétition. Après la Seconde Guerre mondiale, il fut sinon le premier du moins l’un des premiers joueurs américains du championnat de France, puis entraîneur de l’équipe de France, le seul étranger à ce poste, révolutionnant par ses méthodes la technique et la tactique alors très primaires, puis celui de l’équipe d’Espagne. Il eut plusieurs enfants, en Lituanie et en France, et un jour s’échappa sans jamais revenir…

L’enquête est en quatre parties. La première partie est ICI, la deuxième ICI, la troisième ICI, et la quatrième ICI.


Michel Maloigne, 72 ans, est médecin à Zurich. Il est l’un des cinq enfants de Michael Ruzgis. Sa femme Bettina s’était inscrite sur un forum américano-lituanien dans l’espoir de recueillir des informations sur la vie de son beau-père à son retour aux Etats-Unis. Elle avait laissé des coordonnées et c’est ainsi que nous avons pu contacter son mari.

Quelles sont vos nationalités ?

J’ai le passeport suisse, je suis citoyen de Zurich par décision du conseil de la ville, et j’ai aussi le passeport français que l’on m’a donné par décret à ma demande en reconnaissance des services que mes ancêtres ont rendu au pays. Mon grand-père maternel est décédé par suites des complications d’une grave maladie pulmonaire contractée à la bataille de Verdun où les troupes allemandes avaient employé un gaz mortel.

Votre mère était donc française ?

Oui, mais mes parents n’étaient pas mariés. C’est pour ça que je porte le nom de ma mère, Maloigne. Mais lorsque j’étais enfant, jusqu’à l’âge de 10 ans, dans tous mes papiers, les documents de l’école, il était écrit Ruzgis. Mais pour des motifs politiques, on a décidé qu’il fallait changer de nom parce que c’était dangereux. J’aurais pu aller en France mais j’ai décidé de rester en Espagne quand j’étais adolescent car c’était pour moi un pays plus intéressant du point de vue de la sociologie et la politique, comme de vivre Mai 68 sous Franco. Une partie de la population haïssait les communistes alors que ma mère était une farouche Républicaine. Vous imaginez l’opposition en Espagne, ce n’était pas confortable. Je me suis marié à Zurich, j’ai trois enfants qui ont 40, 43 et 44 ans. Avec mon travail, j’étais très occupé. Il y avait des gens en France qui avaient des souvenirs sur mon père que l’on aurait pu récupérer mais, malheureusement, on a négligé ça. Mais avec internet, on arrive à récupérer des morceaux ici et là et à organiser un texte cohérent.

Vous n’avez pas également la nationalité américaine comme votre père ?

J’ai été Monégasque pendant quelques années mais à partir d’un moment, il m’est apparu plus intéressant d’obtenir la nationalité française à cause de la reconnaissance de mes diplômes et de mes travaux. Tout ça est un peu compliqué ! Comme j’avais porté le nom de mon père, Ruzgis, le consulat américain m’avait proposé d’avoir le passeport américain et là on aurait pu partir aux Etats-Unis. Mais, on était dans les années 60, et on m’a dit : « on a un problème avec vous, si vous rentrez aux Etats-Unis, la première chose que l’on va faire, c’est de vous envoyer en Corée car vous aurez l’âge de faire le service militaire, et si c’est fini, vous allez au Vietnam. Et si vous n’acceptez pas, on va vous considérer comme déserteur. » Les Américains ne font pas de concessions, ils sont très stricts. Donc, je n’avais aucun avantage à devenir américain, et mon plan de vie était de m’installer en Suisse.

Vous vous sentez tout de même quelque part américain et lituanien ?

 Il y a plutôt une sorte de curiosité. Ma culture, ma vision du monde, elle vient de mon père qui était cosmopolite. Il parlait l’anglais, le lituanien, le russe, le français assez bien, il écrivait très bien l’espagnol. Alors que ma mère m’a donné une culture française héritée directement des Lumières, car elle était fanatique de ça. Enfants, on lisait Rousseau et Voltaire alors que c’était des livres qui étaient interdits en Espagne, comme une grande partie de la littérature française, par exemple Victor Hugo. J’ai vécu sous le régime de Franco avec cette interdiction. La culture franquiste était très ambigüe car d’un côté très religieuse et fanatique, un fascisme originel, pas du nazisme. En Espagne, il n’y a jamais eu de camps de concentration et on a plutôt aidé les juifs à fuir aux Etats-Unis à travers le Portugal. Le fascisme viscéral espagnol vient de


Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider


Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response
Ecrire un commentaire

Archives

mai 2021
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements