L’ASVEL s’offre un 20e titre de champion de France !

Pascal Legendre
0

Il n’y a pas eu de happy end pour le coach Laurent Legname et ses garçons, premiers de la saison régulière de Jeep Elite – alors qu’ils ont une masse salariale inférieure à leurs malheureux voisins de l’Elan Chalon ! -, 3e de la Basketball Champions League en début de saison, finaliste de la Coupe de France, déjà face à l’ASVEL, mais qui mettent fin à leur belle aventure commune sans trophées, collectifs comme individuels.

L’ASVEL s’est vengée des deux défaites en saison régulière, en s’appuyant sur le trio David Lighty (21 points, élu MVP de la finale), Norris Cole (20 points), Antoine Diot (14 points) avec le soutien de Paul Lacombe en deuxième mi-temps (14 points), et aussi en trouvant des ressources que l’on soupçonnait sur son banc bâti pour l’Euroleague. Depuis que le club de Tony Parker n’a plus eu à gérer deux compétitions, il est devenu quasiment invincible : 19 victoires sur ses 20 derniers matches !

Au son du haut-parleur de la chef de meute, qui s’est égosillée « Dijon, tes supporters sont là ! », une centaine de supporters de la JDA a salué avec force ses joueurs à leur entrée dans la KinderArena, près de deux heures avant l’heure H ! Heureusement qu’ils étaient là, répondant à l’appel public du coach Laurent Legname, pour gonfler un peu l’affluence (environ 1 500 spectateurs) et donner de la vie à l’ambiance de cette finale de la saison de Jeep Elite, organisée à la va-vite car menacée un temps d’existence par le mouvement de grève des joueurs, dans une ville qui a bien du mal à se passionner pour le basket. L’obligation de présenter un test PCR à l’entrée n’était pas non plus incitatrice au déplacement, pas plus que l’horaire du match décalée pour du basket.

Il serait injuste d’écrire pour Villeurbanne que titre de champion de France a moins de valeur que les autres, il occupera la même place au palmarès, mais il clôture une saison secouée durement par la crise sanitaire, des stops and go dans le calendrier, des cas de Covid à foison, et des blessures comme jamais. Se présenter avec un effectif à peu près au complet pour les playoffs – ou plutôt leur succédané – était un gageure. Le Mans en a payé le prix fort en quart-de-finale face à l’ASVEL, et l’AS Monaco, privée de ses forces intérieures, n’a pas pu défendre convenablement ses chances en demi-finale. Si la JDA a dû s’accommoder de l’absence de Chase Simon, l’ASVEL, on le sait, était venue en Normandie sans Thomas Heurtel, Moustapha Fall, Guerschon Yabusele, William Howard, Charles Kahudi – sans parler de Derrick Walton Jr discrètement écarté du groupe. Soit les 1er, 2e, 3e, 9e et 11e à l’évaluation. Il faut avoir beaucoup de globules rouges pour résister à une telle saignée.

Photo : Axel Julien (LNB)

Les deux équipes se sont mises de suite dans le rythme d’une finale, nous faisant oublier l’intensité douteuse des deux demies. Les deux Belges, Ismaël Bako et Hans Vanwijn, qui ont bien profité depuis leur arrivée en France, se livraient un beau duel. L’ASVEL marquait au plus près David Holston et Axel Julien, les deux clés du jeu dijonnais, qui s’enferraient dans la défense adverse, Norris Cole prenait ses responsabilités, mais l’écart n’excédait pas 4 points pour les Villeurbannais dans le premier quart (15-11).

Il y a eu une flambée de la JDA dans le deuxième période de dix minutes (27-20, 13e) animée par Jacques Alingue, formidablement opportuniste (10 points), mais c’est bien Villeurbanne qui a pris le manche en mains. Sa défense mettait les Dijonnais au pain sec et à l’eau (0/6 pour Axel Julien), Norris Cole (14 points en 18 minutes), Antoine Diot et David Lighty trouvaient la mire à trois-points (4/8 durant la période) et l’écart gonflait en leur faveur avec un maximum de +13 (31-44), à quelques secondes de la mi-temps.

C’est là en fait que c’est situé le tournant du match.  L’ASVEL avait déjà posé les deux mains sur le trophée et a parfaitement géré la suite de la finale. La JDA n’a évidemment rien lâché, mais elle partait de trop loin pour renverser la table. Elle est aussi tout simplement tombée sur plus forte qu’elle.

La boxscore est ICI.

https://twitter.com/LNBofficiel/status/1408776331744092161

A Rouen,

LE PALMARES

2021Lyon-VilleurbanneDijon1-065-51D. Lighty (Lyon-Villeurbanne)
2019Lyon-VilleurbanneMonaco3-281-7173-6762-9781-8966-55D. Nelson (Lyon-Villeurbanne)
2018Le MansMonaco3-277-8187-7784-7269-7876-74R. Travis (Le Mans)
2017Chalon/SaôneStrasbourg3-289-7572-7470-7184-7874-65J. Nzeulie (Chalon)
2016Lyon-VilleurbanneStrasbourg3-273-8061-7390-69*60-5980-77C.Ware (Lyon-Villeurbanne)
2015LimogesStrasbourg3-170-6852-66*71-59*82-75O.Camara (Limoges)
2014LimogesStrasbourg3-077-6574-68*73-70A.Acker (Limoges)
2013NanterreStrasbourg3-155-8984-79*70-60*83-77D.Lighty (Nanterre)
2012Chalon/SaôneLe Mans1-095-76B.Schilb (Chalon)
2011NancyCholet1-076-74J.Linehan (Nancy)
2010CholetLe Mans1-081-65M.Gelabale (Cholet)
2009Lyon-VilleurbanneOrléans1-055-41A.Sy (Lyon-Villeurbanne)
2008NancyRoanne1-084-53J.Greer (Nancy)
2007RoanneNancy1-081-74M.Salyers (Roanne)
2006Le MansNancy1-093-88H.Besok (Le Mans)
2005StrasbourgNancy1-072-68R.Greer (Strasbourg)
2004Pau-OrthezGravelines-Dunkerque2-081-77*89-58
2003Pau-OrthezLyon-Villeurbanne2-1*95-7378-102*74-66
2002Lyon-VilleurbannePau-Orthez2-077-68*65-64
2001Pau-OrthezLyon-Villeurbanne2-190-78*64-7381-70
2000LimogesLyon-Villeurbanne2-187-74*58-6978-66
1999Pau-OrthezLyon-Villeurbanne2-0*73-6774-64
1998Pau-OrthezLimoges2-0*84-6273-67
1997Paris SG RacingLyon-Villeurbanne2-072-64*74-65
1996Pau-OrthezLyon-Villeurbanne3-2*93-82*100-7767-8976-84*78-72
1995AntibesPau-Orthez3-1*87-91*100-96 (ap)85-7181-80
1994LimogesAntibes2-0*92-7387-81
1993LimogesPau-Orthez3-1*65-53*84-7969-7368-64
1992Pau-OrthezLimoges2-076-74*63-50
1991AntibesLimoges2-1*102-108102-99*88-76
1990LimogesAntibes2-1*111-9696-100*103-89
1989LimogesPau-Orthez2-0*108-97102-96
1988LimogesCholet2-0*92-7886-79

Photo : Ismaël Bako (LNB)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2022
L M M J V S D
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019