Tenu à l’écart en NBA, le Turc Enes Kanter-Freedom aimerait jouer au Panathinaikos

Sacha Rutard
0

Le Turc Enes Kanter (2,08 m, 30 ans), qui se fait désormais appeler Freedom, est à la croisée des chemins et pourrait revenir en Europe, au Panathinaikos.

« La fenêtre de la free agency s’est ouverte il y a un mois, et dans une situation normale, j’aurais déjà reçu pas mal d’offres. Cet été, je n’ai pas reçu une seule offre », avoue t-il au site israélien Walla.

Le Turc, qui a obtenu en moyenne 11,2 points et 7,8 rebonds en 11 saisons en NBA, et gagné plus de 102 millions de dollars au cours de sa carrière est aussi célèbre pour s’être bravement opposé au régime de Recep Tayyip Erdogan. A la question de savoir pourquoi aucune équipe veut de lui, il répond :

« Parce que ces derniers mois, je me suis prononcé contre ce qui se passe en Chine », explique le joueur, faisant référence à un tweet dans lequel il a exprimé son soutien au Tibet, et a poussé les Chinois à arrêter de diffuser, la saison dernière, les matchs de son équipe, les Boston Celtics. « Écoutez, le marché chinois est une part importante des affaires de la NBA. Ils vous permettront donc de parler librement de ce que vous voulez, jusqu’à ce que cela leur fasse mal. Dès que vous ferez cela, ils vous couperont. C’est très triste et inacceptable. »

Le joueur a payé le prix fort à l’expression de ses opinions politiques, mais il assume à 100%.

« Je savais d’avance que je paierais ce prix, et je ne regrette rien. Ces choses sont plus grandes que moi, plus grandes que la NBA et plus grandes que le basket. Pendant que je dribble en Amérique, des gens sont tués partout dans le monde ou emprisonnés et torturés dans les prisons. Si c’est le sacrifice que je dois faire, je suis prêt à vivre avec. J’aimerais pouvoir vous répondre que la Turquie est ma maison, mais je ne suis plus sûr de pouvoir la définir ainsi. J’y étais pour la dernière fois en 2015, et je n’ai pas rencontré ma famille depuis. Ça fait très mal. Les personnes les plus proches de moi ont payé un prix terrible. Papa Mine était en prison, mon frère a été expulsé de l’équipe dans laquelle il jouait, ma sœur est allée à l’école de médecine et ne trouve pas de travail. Les autorités ont dit qu’ils les laisseraient tranquille, mais ce n’est pas vrai. Ils les ont forcés à publier une déclaration me reniant, ont retiré les appareils électriques de leur maison. Ils ont même pris leurs passeports, donc ils ne peuvent pas non plus quitter la Turquie. Je suis en contact avec mon frère, qui joue dans des équipes étrangères, et à travers lui, je me tiens au courant et j’entends ce qui se passe avec le reste de la famille. »

Enes Kanter Freedom a une petite idée sur la suite à donner à sa carrière :

« La vérité, c’est que cette équipe, c’est le Panathinaikos. J’ai adoré cette équipe pendant des années. Quand j’étais enfant, je regardais beaucoup de matchs de l’équipe, comme au Maccabi, il y a un an, un bon ami à moi, Mario Hezonia, y jouait. Dites à tous ceux qui liront ceci que je ne pourrai peut-être pas jouer les matchs à l’extérieur à Istanbul, mais j’aimerais jouer dans l’équipe. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

août 2022
L M M J V S D
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019