Le General Manager de l’ALBA Berlin aimerait que la NBA indemnise davantage les clubs formateurs

La rédaction
0

Marco Baldi est directeur général de l’Alba Berlin depuis 33 ans. Il a évoqué pour le Berliner Morgenpost le manque à gagner des clubs européens formateurs vis-à-vis de la NBA.

Marco Baldi est né d’un père italien et d’une mère allemande. Avant d’être le DG du club, il a joué à Berlin, et assisté à son ascension en passant de la Sömmeringhalle à la Mercedes-Benz Arena via la Schmeling-Halle.

Depuis trois saisons, l’ALBA termine son parcours avec le titre de champion d’Allemagne en prenant le dessus sur l’autre équipe d’Euroleague, le Bayern Munich.

« Mais il ne s’agit pas de savoir si nous pouvons battre le Bayern, » estime-t-il. « Pour moi, c’est beaucoup plus important : nous entamons notre 33e saison. Nous avons toujours été en playoffs et dans d’innombrables finales. Et pour moi une finale est presque synonyme de titre. Cela signifie que vous êtes là jusqu’au dernier match. Je sais que beaucoup de gens disent que si vous ne gagnez pas le dernier match, c’est pour rien. J’ai une attitude différente. Je manque d’humilité. Je connais tellement d’athlètes qui investissent leur vie, ne parviennent jamais à une finale et poursuivent leur sport avec dévouement et passion. Bien sûr, les titres sont le sel de la soupe, aussi pour nous. Ils confirment notre travail et nous rendent fiers, nous et ceux qui nous entourent. Pour moi, la valeur supérieure est que nous nous sommes constamment réinventés depuis le début de notre existence, on a toujours été au top et nous y sommes restés. Il y en a très peu qui font ça. »

Le cheval de bataille de Marco Baldi, c’est de récupérer auprès de la NBA l’investissement dans la formation. Il faut savoir que Moritz et Franz Wagner du Orlando Magic sont originaire de l’ALBA.

« Nous sommes dans le sport et je comprends très bien la compétition. Mais un jour, j’aimerais commencer une petite révolution. Dans le football, il existe une indemnité de formation mise en place par la fédération mondiale, la FIFA. Nous parlons de joueurs qui poursuivent une carrière professionnelle réussie. L’intérêt de ceux qui ont contribué au développement de ces joueurs est pris en compte et est récompensé. Plus le joueur progresse, plus le bonus aux clubs participants pour sa bonne formation est important. Et pourquoi n’y a-t-il pas la même chose dans le basket ? La réponse est assez simple. Car la NBA empêche un système d’indemnisation des entraînements, comme c’est courant dans le football. Prenons mon exemple préféré, Moritz Wagner, qui apprécie sa formation chez nous depuis l’âge de sept ans. Puis il est allé à l’université (Michigan) pendant trois ans, puis en NBA. Nous n’obtenons rien pour cela. Mais supposons qu’Orlando le rejette dans son équipe de développement de la G-League parce qu’ils n’ont pas besoin de lui pour un moment – ​​ce qui, espérons-le, n’arrivera jamais. S’il voulait être transféré de là à l’ALBA Berlin, nous devions payer des frais de transfert fixés. La fédération mondiale de basket-ball, la FIBA est d’accord avec la NBA. Il ne s’agit donc pas d’une quelconque logique et certainement pas d’une question de durabilité. C’est une question de pouvoir. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019