Tag

salaire ProB 17/18

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

C’est l’un des avantages de la fusion, les budgets de la regrettée Jeanne d’Arc Vichy et du non moins historique Stade Clermontois (respectivement fondés en 1933 et 1938) ont pu partiellement mutualiser leurs économies. Ce qui est censé offrir une marge de manœuvre confortable pour élever son ambition. Mais tout n’a pas été si simple pour Vichy-Clermont qui, malgré des moyens intéressants, n’a pas pu faire mieux que 10e puis 14e la saison dernière avec un maintien à la dernière seconde de la dernière journée. Cette glorieuse incertitude du sport, malheureusement plus incertaine que glorieuse ces dernières années en terre auvergnate. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

En Pro B depuis 2015, le club chamonais s’est bâti la réputation d’un club sérieux, qui ne fait pas de folie avec ses finances. L’âme de l’équipe de Saint-Chamond est guidée par son gourou, Alain Thinet, formateur et dénicheur de talents depuis des décennies, qui a su trouver la bonne recette et les mots justes l’été dernier pour faire de son groupe la surprise de la saison. Après une année passée à côtoyer le podium, le SCBVG tient toujours la route au moment du sprint final, à égalité avec deux armadas, le Lille Métropole Basket Club et le Fos Provence Basket, à la 4e place du championnat. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Avec Alexandre Menard aux commandes, ancien assistant-coach au Mans depuis 2008 et intronisé entraîneur en chef du MSB sur la fin de saison 2016-2017, le RMB a fait le pari de la jeunesse (le plus jeune effectif de la division), ce qui a l’avantage de laisser de la marge pour attirer de gros NJFL. Et quand non seulement les jeunes sont bons, mais que les joueurs étrangers répondent présents, on obtient une formation rouennaise qui visait le maintien à la base et qui s’est retrouvée à se battre pour un spot en Playoffs jusqu’à la fin de la saison régulière.  (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Plus proche de la relégation que de la course aux playoffs la saison dernière (15e du classement), la Chorale de Roanne a remis les pendules à l’heure cette saison. Suite aux départs d’Arthur Rozenfeld et Joe Burton notamment, les deux têtes d’affiche du club la saison dernière, Laurent Pluvy a dû remanier son effectif l’été dernier. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

C’est la ceinture serrée et avec tous les doigts croisés que le promu quimpérois s’est lancé dans ce nouveau championnat l’été dernier. Avec la 3e plus petite masse salariale de la division tout juste devant Aix Maurienne et Rouen, l’UJAP a eu le malheur de faire deux mauvais choix sur deux NJFL, l’intérieur DeMarco Cox et l’ailier James Ellisor, remplacés en cours de saison. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

La Vienne a été le théâtre du scénario catastrophe que tous les clubs de la division redoutent. Ancré dans la formation avec un modèle économique florissant et des résultats plus qu’intéressants ces dernières saisons en Pro B, le club poitevin se retrouve cette année en grande difficulté, à devoir jouer le maintien, sans doute jusqu’à la fin. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Sans surprise, c’est dans le Loiret que l’on trouve les gros poissons puisque l’OLB affiche le plus gros budget et la plus grosse masse salariale de la division avec 3 653 000€ et 1 059 000€. Orléans est même la seule équipe du championnat à avoir pu proposer deux contrats à plus de 100 000€ la saison à Kyle McAlarney et Marcellus Sommerville, évidemment. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Club le plus fidèle de Pro B (pensionnaire depuis 1995 de façon ininterrompue), l’Hermine de Nantes avait décidé de mettre le paquet l’été dernier, enthousiasmé par des performances régulières depuis plusieurs saisons et une dernière campagne de Playoffs conclue à une victoire de la montée en Jeep® ELITE. Avec le 4e budget et la 3e masse salariale de la division, annoncés en début d’exercice, les Nantais nourrissaient de grands espoirs cet été, mais se sont rapidement retrouvés dans une saison galère, contraints de jouer le maintien. Un exercice qui fait d’autant plus mal lorsque l’on se penche sur les salaires. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Comme Orléans, le SLUC arrive en Pro B cette saison après avoir terminé l’exercice 2016/17 à la dernière place du classement de Pro A. Egalement comme Orléans, Nancy dispose d’un budget conséquent (le deuxième de la division). Avec comme objectif de tout de suite remonter en Jeep® ÉLITE, les dirigeants nancéiens n’ont pas chômé durant l’intersaison. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

La machine est belle (et les salaires aussi) à Lille où Jean-Marc Dupraz a mis le paquet sur le meneur de jeu de poche américain Maurice Acker pour mener son attelage à bon port. Au sein d’un effectif parmi les plus étoffés de la division (12 joueurs régulièrement inscrits sur la feuille de match et donc sous contrat), Acker, venu occuper un rôle de leader laissé vacant par le départ de Jean-Victor Traoré pour Le Portel, arrive au sommet de la pyramide des salaires. Son coach avait d’ailleurs affiché sa volonté à ce sujet avant même le début de la saison.  (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Glorieux petit poucet de Jeep ELITE réputé pour avoir réalisé des miracles saison après saison par le passé, le STB Le Havre a du mal à jouer les premiers rôles depuis son retour à l’échelon inférieur. Auteur d’une première saison satisfaisante en 2016-2017, la formation de Jean-Manuel Sousa, remercié en cours d’exercice au profit d’Alexandre Palfroy, a eu plus de mal à exister 2017-2018. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

En moins de dix ans, Fos Provence Basket s’est érigé comme une place forte de la Pro B en participant régulièrement aux Playoffs et en bénéficiant d’une force de frappe financière non négligeable (budget prévisionnel au-delà des 2 millions d’euros). Dans l’ADN du club fosséen, deux particularités sont notables : Rémi Giuitta n’a recruté que des meneurs français depuis l’accession de son équipe dans l’antichambre de la Jeep ELITE (fait suffisamment rare pour être souligné) et une place importante a toujours été faite aux joueurs d’expérience. Et l’expérience, ça se paye. (suite…)

Note : seuls les abonnés Premium accèdent au tableau complet des salaires de chaque joueur. Abonnez-vous ici à partir de 5,99€/mois.

Voilà deux saisons que l’ALM Evreux est habituée aux départs difficiles. Avec Laurent Sciarra en 2016-2017 et Fabrice Lefrançois cette année, les départs ont été compliqués, ce qui n’a pas empêché le club ébroïcien de jouer les Playoffs en 2017, objectif toujours accessible en 2018. Si le principal ajustement avait été réalisé sur le banc la saison passée, c’est au sein de l’effectif que la direction a dû trancher cette fois afin de remettre à flots le bateau bleu et or.
(suite…)

L’ASC Denain-Voltaire a voulu prendre une nouvelle envergure l’été dernier. En refermant le chapitre Jean-Christophe Prat qui se sera attelé pendant trois à respecter le budget pas extensible du club en jouant la carte de la jeunesse et de la formation. L’arrivée de Rémy Valin aux commandes de l’équipe première de l’un des clubs les plus légendaires du basket français a reboosté les ambitions de l’équipe rouge et blanche. Avec, pour légitimer ce nouvel appétit, une augmentation de budget de 250 000 euros et un passage de 675 000 à 758 000 alloués pour la masse salariale (la 5e de la division). (suite…)

L’Etoile ardennaise ne peut pas faire des miracles chaque saison. Habituée à côtoyer les plus bas budgets de la division, Charleville-Mézières a subi le contrecoup de son flamboyant exercice 2016-2017 (5e à l’issue de la saison régulière). Car au moment de repartir cet été, avec un nouveau coach, et des cadres à renouveler, le club managé par Audrey Sauret affichait toujours l’avant-dernier budget et masse salariale du championnat. (suite…)

Avec la 8e masse salariale de la division (649 500€ annoncés en début de saison), le CBC n’avait rien d’un promu sur la ligne de départ en octobre dernier. Les Caennais se sont donnés les moyens, non seulement de se maintenir, mais aussi de s’installer durablement en Pro B. Un projet mis à mal par de nombreuses blessures. (suite…)