Livenews LNB ProA

Pro A : où sont les scoreurs français?

camaraTrois Français figuraient dans le top-20 des marqueurs à l’issue de la saison 2015-16. Les trois ne sont plus là. Rodrigue Beaubois (Strasbourg, 4e) et Nobel Boungou-colo (Limoges, 19e) se sont exportés dans des championnats plus costauds, Espagne et Russie, alors que Steve Tchicamboud (Nancy, 12e) a pris sa retraite.

Si l’on remonte à la saison précédente, on en déniche trois aussi : Rodrigue Beaubois de nouveau (Le Mans, 7e), Adrien Moerman (Limoges, 8e) et Ali Traoré (Strasbourg, 16e).

Rappelons qu’en 2013-14, c’est un Français, Edwin Jackson (Villeurbanne) qui parvenait à ravir le sceptre aux Américains avec 18,2 pts de moyenne. Nobel Boungou-colo (Limoges, 5e) et Amary Sy (Villeurbanne, 19e) décrochaient des accessits.

Ce n’était pas mirobolant mais on s’en contenterait car à ce jour, on n’en dénombre qu’un seul, à la 20e place, pas mieux, Ousmane Camara (Limoges). Le plus cruel c’est que son profil est davantage celui d’un rebondeur/joueur de l’ombre. Saluons son énorme progression offensive puisqu’il est passé d’une moyenne de 6,2 à 13,7 pts. Dans le même club, avec le même coach et à 27 ans, c’est inattendu.

Ensuite, on recense Alain Koffi (Pau, 23e), Nicolas Lang (Villeurbanne, 24e), Ilian Evtimov (Cholet, 29e) et Vincent Poirier (Paris-Levallois, 30e).

A ceux qui en doutaient, voici la preuve que les cartouches sont confiées –presque- exclusivement aux étrangers, pardon aux Joueurs Non Formés Localement.

Commentaires   |  8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • R.R. dit :

    C'est tellement vrai, et tellement triste… Putain, quand j'étais gosse, on allait à la salle voir 8 français, 2 US qui faisait l'effort de rester dans leur team, d'apprendre la langue… Maintenant, c'est du one and done.

    Et je ne pense pas qu'il y avait plus d'argent que maintenant!

    • ChapeauMelon44 dit :

      Et encore y'a 15 ans tout n'était pas rose pour autant. Y'avait déjà des conflits parce que les temps-morts se faisaient intégralement en Américain juste pour les 2 mercenaires en provenance de chez l'oncle Sam.

      Aujourd'hui c'est un problème un peu différent, le basket Français est plombé par la libéralisation du monde du travail au sein de l'UE où l'on considère presque que n'importe quel type dans un bassin de 350 millions d'habitants est aussi légitime qu'un JFL.

      La fameuse modernité qui pousse nos jeunes pousses à aller s'exiler dans des centres de formation ailleurs en Europe, avant de tenter le saut en NBA.

      On marche sur la tête.

      Si au moins ça augmentait significativement le niveau des clubs Français mais même pas…

      • FJ13 dit :

        D'un autre côté la règle des JFL est aussi ce qui a provoqué le départ des meilleurs français.
        En donnant une valeur supplémentaire à un JFL, tu le surestimes. Tu veux un JFL capable de mettre 15 points par match ça te coûte aussi cher que 2 JNFL qui t'en mettront 10 chacun.
        A un moment donné tu fais le choix d'avoir plusieurs joueurs offensifs ou autres de l'extérieur, et les JFL te servent à faire le nombre donc tu prends des profils plus besogneux.

        • R.R. dit :

          Oui, c'est clair! Je me souviens que à l'époque, tu avais droit à 2 "étrangers". Souvent des ricains, mais pas que. Le reste était français, et sans statut… Après, il y a eu les bosman, et ainsi de suite…

      • R.R. dit :

        Je préfère des conflits aux temps morts que le championnat actuel quand même! 🙂

        C'est tout à fait vrai pour le reste. Ca a débuté avec les bosman!

    • OscarAbine dit :

      RR : paradoxalement, si, il y avait comparativement plus d'argent à l'époque, du moins dans les clubs de pointe du basket français. Quand Limoges se payait Michael Brooks ou Michael Young, des mecs qui avaient eu un vrai rôle en NBA, c'était quand même pas pareil que les joueurs qu'on voit débarquer aujourd'hui.

      • R.R. dit :

        C'est vrai aussi… Je suivais plutôt Bourg en bresse, qui a évolué de la N3 à la pro A avec le même groupe et grosso-modo les mêmes ricains. Mais c'est vrai qu'il y avait aussi de beaux profils. A quand un Delaney Rudd en france? 🙂

  • L'escroc dit :

    Petite faute c'est Steed Tchicamboud et pas Steve