Sa victoire à Chalon en est une nouvelle preuve, Monaco est hors catégorie

Pascal Legendre
0

Si ce match reste dans les annales, ce sera grâce au nombre de lancers francs-tirés par les Chalonnais : 46. Et aussi par le sans-faute du meneur John Roberson dans cet exercice : 16 sur 16. Un record du club que détenait jusqu’ici Blake Schilb avec 15 réussites.

On remarquera aussi que les équipiers de l’Américain n’ont pas été globalement performants de leur côté puisqu’ils en ont transformé seulement 14 sur 30. Le bonnet d’âne revenant à Moustapha Fall, 1 sur 7. C’est d’ailleurs depuis le début de sa carrière le talon d’Achille du pivot chalonnais qui épate la Pro A depuis la rentrée ; cette saison, il tourne à un médiocre 47,9%. L’Elan n’a donc pas profité pleinement de cet avantage quantitatif sachant que Monaco a dû se contenter de 17 tentatives.

Mais la principale responsabilité de l’échec des Chalonnais (72-82) est à chercher ailleurs : dans la valeur de cette équipe de Monaco et sa capacité défensive de chaque instant. La Roca Team a ainsi complètement annihilé, en le privant d’espace, l’Américain Cameron Clark. Ses chiffres valent mieux qu’un long discours : 7 points à 1/7, zéro d’évaluation, lui qui en est –avec ce match- à 17,9 en moyenne ! Postulant au trophée de MVP, le natif de Phoenix qui avait l’air paumé sur le terrain, a peut-être montré ses limites hier soir.

Moustapha Fall a fait le job

« Soyons honnêtes, Monaco mérite sans contestation son succès », a commenté le coach Jean-Denys Choulet au JSL. « Mais le tournant, c’est aussi cette deuxième faute sifflée à Mous (Fall) après cinq minutes de jeu. On ne pouvait pas gagner non plus contre Monaco en tirant à 8 % à 3 points sur notre cinq de départ (ndlr : 1/12). Je suis déçu, mais il faut rester conscient que certains cadres ont connu des défaillances inhabituelles. »

La sortie prématurée de son pivot a effectivement coûté cher à l’Elan qui ne s’est jamais remis de son départ poussif (15-21 après 10 minutes puis 35-45 à la mi-temps), mais Moustapha Fall a au final joué 30 minutes, a été dominateur sous le cercle du haut de ses 2,18m (13 pts, 6/8 aux shoots, 16 rebonds, 4 interceptions, 1 contre) et pourtant Monaco n’a jamais été en danger.

Les extérieurs monégasques ont été comme à chaque fois impressionnants. Et si c’est l’hyper actif Zack Wright (11 pts, 9 pds, 4 rbs) qui a été élu MVP, la distinction aurait tout aussi bien pu revenir à Dee Bost, Amara Sy ou Sergii Gladyr, sachant que Jamal Schuler (3/12 aux shoots) était pour une fois en-dedans.

Sans puiser réellement dans ses ressources, l’AS Monaco est allé s’imposer chez son dauphin. En ce début mars, personne n’imagine qu’elle ne sera pas championne de France…

Photo: Jamal Schuler (FIBA Europe)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

août 2019
LMMJVSD
« Juil  
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements