Le témoignage de la femme du coach Zan Tabak victime du coronavirus: “Ces gens sont mes anges, ils m’ont ramené d’entre les morts”

Sacha RUTARD
0

Slobodna Dalmacija a consacré un long article à Zana Tabaka, 49 ans, avec une photo impressionnante de la dame avec un masque respiratoire. Vous l’avez compris, elle a été contaminée par le coronavirus et ses propos font froid dans le dos.

Zana Tabaka est la femme de Zan Takak, ancien membre de la grande équipe de Split, intérieur des Rockets, des Raptors et des Celtics, et qui mène depuis une belle carrière de coach, principalement en Espagne, même si la saison écoulée il était au Stelmet Enea BC Zielona Góra en Pologne.

“Je ne pouvais plus le supporter, j’ai supplié les médecins et les infirmières d’éteindre les appareils auxquels j’étais branchée pour me garder en vie”, raconte t-elle. “Je vivais quelque chose d’irréel, quelque chose qui est difficile à comprendre pour quelqu’un qui n’a jamais vécu quelque chose comme ça. Je ne savais pas qu’il était possible de rester en vie après le drame, l’horreur, comme vous le voulez, que j’ai vécu pendant 32 jours à l’hôpital privé “Zarzuela” de Madrid. Il ne m’est jamais venu à l’esprit que je pouvais être infectée par le coronavirus et que je pouvais presque mourir à cause de cela.”

Durant son passage à l’hôîtal, Zana Tabaka était complètement dans les vaps.

“A tous, sans même le savoir, j’ai écrit un SMS: “Je ne pense pas que je vais m’en sortir vivante.” C’est la dernière chose que j’ai écrite sur mon téléphone portable, ils me l’ont dit et m’ont montré un message. Je ne savais même pas que je leur avais écrit ça.”

La pire journée fut celle du 28 mars:

“Comme j’étais dans un coma artificiel, je ne savais même pas que mon état empirait. Pour que je puisse mieux respirer, ils m’ont mis sur la poitrine et je respirais un peu mieux alors, mais dans cette position, j’ai commencé à gonfler à cause de tous les médicaments que je recevais. Alors je m’allongeais sur ma poitrine pendant un certain temps, puis ils me retournaient sur le dos ou sur le côté, puis encore sur ma poitrine et ainsi de suite. Je sais que j’ai perdu connaissance, je m’en souviens et je sais que j’ai été ressuscitée. J’étais dans un état de demi conscience et je me souviens avoir vu une dizaine de personnes autour de mon lit me réanimer. Je les ai entendus crier “Nous la perdons”, “Se battre pour la vie”, “Elle est un lion”… Je me souviens de tout ça dans le brouillard et plus tard, quand j’allais mieux, j’ai dit ce que j’avais entendu et vu. Ces gens sont mes anges, ils m’ont ramené d’entre les morts et m’ont donné une nouvelle vie. Quand ils ne savaient plus quoi faire de moi, ils ont ouvert une trachéotomie au niveau de mon cou. Dès qu’ils ont fait ce trou, ils sont entrés à l’intérieur avec une microamérique et m’ont trouvé un caillot de sang, qu’ils ne pouvaient pas voir sur l’image RTG. Ils ont enlevé le caillot. Tout ce que je sais, c’est que je me suis sentie mieux immédiatement.”

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

septembre 2020
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements