Pourquoi les jeunes Russes vont en NCAA ? “l’Amérique est une Mecque du basket-ball”

Sacha RUTARD
0

Elle est loin l’URSS de Leonid Brejnev… Les Russes d’aujourd’hui ne sont pas insensibles au “rêve américain” et il leur est accessible comme pour n’importe quel Européen. Sept d’entre-eux joueront en Division I NCAA lors de la saison 2020-21. Un record. Ce sont Victor Lakhin (Cincinnati), Vladislav Goldin (Texas Tech), Samson Ruzhentsev (Florida), Zakhar Vedishchev (Utah State), Andrey Savrasov (Georgia Southern), Konstantin Dotsenko (Tarleton State) et Pavel Zakharov (Gonzaga).

Sports a réalisé une étude complète sur le sujet et avec les témoignages des différents joueurs, on se rend compte que les aspirations des Russes ne sont pas éloignées de celles des Français de leur âge.

“Depuis l’enfance, je voulais aller aux États-Unis, entrer en NBA. C’est un rêve d’enfance que je vais réaliser”, explique Victor Lakin. “Certes, je ne rêvais bien sûr pas d’entrer en NCAA quand j’étais enfant, mais j’ai entendu parler de cette ligue. J’ai toujours su que si vous voulez quelque chose à fond, vous l’obtenez. Donc pour moi cette opportunité m’a toujours paru réelle. Les propositions ont commencé à venir après le Championnat d’Europe U18. Lorsque vous recevez des offres des meilleures universités, vous ressentez de la satisfaction, vous comprenez que c’est ici le résultat de vos efforts. Une sensation très cool !”

Les formalités pour entrer aux Etats-Unis et en NCAA sont identiques pour un Russe que pour un joueur de l’Europe occidentale.

“Pour obtenir une bourse sportive dans une université américaine, il faut que les universités s’intéressent à vous et vous offrent une bourse afin que vous puissiez jouer pour elles”, rappelle Andrey Savrasov. “Si vous essayez de quitter la Russie pour l’Amérique, vous devez passer deux tests et avoir un certain nombre de points. Ils sont appelés SAT et TOEFL. Après cela, l’université vous envoie une invitation, et vous, avec cette invitation, vous allez faire un visa au consulat. Mais, pour autant que je sache, différents mecs qui sont partis d’ici l’ont fait de différentes manières. L’un a réussi un examen, l’autre deux…”

“Le processus n’a pas été très difficile pour moi. J’ai ensuite téléphoné à l’école sur Skype, nous avons discuté de tout. Ils ont dit que tout sauf le billet d’avion serait fourni, c’est-à-dire un logement – en famille ou en appartement – de la nourriture, tout comme ça. Mais je pense que ça vaut toujours la peine d’avoir de l’argent de poche aussi, parce que parfois vous voulez plus de nourriture,” complète Samson Ruzhentsev.

Vaut-il mieux se former en Russie ou aux Etats-Unis ? Pour ces jeunes qui sont partis en NCAA, la réponse est toute faite.

“Mon opinion personnelle est qu’il vaut mieux partir,” estime Konstantin Dotsenko. “Le fait est que tous les athlètes ne pourront pas accéder au niveau professionnel, mais le système éducatif américain ouvre beaucoup plus de routes que le système russe. En plus d’une carrière dans le basket-ball, vous pouvez devenir une personne qui réussit professionnellement, réussir dans la vie après l’obtention de son diplôme. Parce qu’ils vous y donnent une éducation, qui est alors appréciée partout.”

Quand on leur demande pourquoi la NCAA enregistre un record de joueurs russes, la réponse est la même: l’horizon apparait bouché dans leur pays.

“Je pense que cela est dû au fait que de nombreux jeunes ne sont pas satisfaits de l’état des choses dans le basket-ball russe et veulent donc partir“, répond Konstantin Dotsenko. “Parce que le système américain est meilleur et plus fort, et cela attire les joueurs. Dans l’ensemble, l’Amérique est une Mecque du basket-ball, et chaque basketteur s’efforce toujours de jouer ici.”

Zakhar Vedishchev estime que l’internationalisation de la VTB League n’est pas bonne pour le développement des joueurs russes:

Je pense que cela est dû au fait que la VTB United League est très forte, probablement la plus forte d’Europe avec la ligue espagnole. Il y a très peu de clubs russes, mais ils ont beaucoup d’argent et des ambitions importantes, car ils ont des sponsors. donc les clubs n’ont pas le temps de développer leurs propres jeunes joueurs. Il me semble qu’à cause de cela, beaucoup de gens veulent aller en Amérique.”

A l’inverse, ils estiment généralement que ce n’est pas forcément la bonne route à emprunter si l’on veut décrocher une place en NBA:

“Je dirais qu’il y a bien sûr moins de concurrence en Europe”, analyse Andrey Savrasov. “Et entrer dans la NBA est plus facile pour les jeunes en Europe que pour les jeunes aux États-Unis. Encore une fois, je ne dis pas que c’est facile, mais je trouve que c’est un peu plus facile qu’ici. Le niveau d’entraînement est ici plus fort: en termes de vitesse, d’athlétisme et d’habileté individuelle, il est beaucoup plus difficile d’entrer en NBA ici qu’en Europe. Je dirais que le basket-ball européen se distingue par sa prise de décision, à cet égard, le basket-ball est plus intelligent là-bas qu’en Amérique, mais la préparation générale pour un niveau professionnel est à un niveau plus élevé ici; cela s’applique à la fois au basket-ball lui-même et aux conditions associées.”

Quand on lui demande si l’adaptation à l’american way of life a été facile, le même Andrey Savrasov répond :

“Il m’a fallu six mois pour m’adapter. En termes de langue, il s’est avéré que je me suis entraîné avec un tuteur en Russie pendant très longtemps et que j’ai amélioré mon anglais. Mais c’est quand même différent, quand vous venez ici, tout le monde autour parle anglais, toutes les informations sont en anglais, donc peu importe à quel point vous êtes prêt en termes d’anglais en Russie et peu importe combien de temps vous l’étudiez, les difficultés, je pense, sont aux États-Unis. Au début, ils le seront de toute façon. Et en termes de vie, j’ai réussi à m’adapter ici encore plus vite, car je savais à peu près comment ce serait, quel genre de pays c’était. De plus, les gars de l’équipe, les entraîneurs m’ont aidé avec tout au début, ce pour quoi je leur suis très reconnaissant.”

Photo d’ouverture: Vladislav Goldin (Texas Tech)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

septembre 2020
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930 
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements