Souvenirs du Soviétique Sergei Tarakanov : “À cette époque, aller aux États-Unis, c’était comme voler dans l’espace”

Sacha RUTARD
0

Champion olympique à Séoul en 1988, le Soviétique Sergei Tarakanov, 63 ans aujourd’hui, fut un privilégié. Le basket lui a permis dans les années 70-80 de voyager annuellement dans le monde, et notamment aux Etats-Unis. Il raconte ses souvenirs à Sports.

«En Amérique, nous avons toujours eu un sérieux programme culturel. Je me souviens qu’à Salt Lake City, nous avons été emmenés à un concert le soir où The Pioneers (NDLR: un groupe jamaïcain de reggae) ont joué. Nous n’en avions jamais entendu parlé, mais nous avons été impressionnés, car nous avons d’abord assisté à un concert de rock. L’assistant de (NDLR: Alexandre, le coach) Gomelski, Youri Ozerov, a même dansé dans l’allée. Plus tard, nous sommes allés à Chicago, et vu les Red Hot Chili Peppers, les Earth, Wind & Fire. Le concert de Salt Lake a eu lieu dans une arèna de 20 000 places. Ce qui m’a le plus étonné, c’est que le lendemain matin nous devions nous entraîner là-bas. Nous sommes arrivés, nous sommes entrés dans le hall, et tout était prêt. Nous nous sommes entraînés et avons joué le soir.

En Amérique, nous avions des calendriers très chargés. En fait, jouer tous les jours dans une nouvelle ville était un vrai défi. Nous avons voyagé en avion, certains vols ont duré une demi-heure et tout était correctement organisé. Habituellement, la tournée se déroulait en octobre, nous jouions 12 à 14 matchs sur vingt jours. Cela commençait à l’Ouest et se déplaçaient progressivement vers l’Est. C’était un parcours très difficile, car c’était dur : 5-6 matchs d’affilée, presque sept jours sur sept. Les universités et les collèges du top 20 jouaient habituellement avec nous : UCLA, Indiana, Notre Dame, Michigan State, Purdue, célèbres pour leurs programmes de basket-ball. Les salles étaient toujours pleines. Sur ces 12-14 matchs, deux ou trois matchs ont été diffusés à la télévision nationale. Nous avons été payés 100 $ pour gagner, ce qui était cool. De plus, les organisateurs ont versé 100 000 $ au comité des sports. C’était beaucoup d’argent qui donnait la possibilité d’acheter quelque chose avec la pénurie de marchandises en URSS. Rien qu’en Amérique, j’ai joué environ 100 matchs, si vous comptez tout. C’est un chiffre important. À cette époque, aller aux États-Unis, c’était comme voler dans l’espace. Les gens vivaient tellement différemment : les voitures, les routes, sans parler du basket. »

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Archives

juin 2021
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements