Toni Kukoc : « Il me semble que celui qui me ressemble le plus est Giannis Antetokounmpo »

Sacha RUTARD
0

Toni Kukoc, 53 ans, a été intronisé au Hall of Fame. Un honneur qu’il doit aux performances réalisées avec les équipes nationales yougoslave et croate, le Jugoplastika Split et les Chicago Bulls. Il a donné ses impressions au site Index.hr.

« Cela signifie pour moi que je suis reconnu dans mon sport. Il n’y a pas de plus grande reconnaissance dans le basket-ball que d’entrer au Hall of Fame. J’ai dit que si j’entrais au Hall of Fame, c’était super, mais que si cela n’arrive pas, je vivrai sans. Quand cela s’est produit, je me suis senti fou de joie. Je me suis retrouvé dans un endroit où toutes les générations de basket étaient représentées pour les 75 ans de la NBA. De Bill Russell à Oscar Robertson… Ce fut un plaisir de parler avec ces gens, j’ai aimé les écouter. Dino Radja et moi étions debout et parlions de quelque chose, et tout à coup, Isiah Thomas est venu vers nous tout sourire et a commencé à nous dire que nous étions ses joueurs préférés. Il a également demandé à prendre une photo avec nous. Je dois admettre que j’étais un peu choqué car, avant Jordan, il était le meilleur joueur du monde et, avant les Bulls, Detroit était la meilleure équipe. »

Amené à se comparer avec les meilleurs joueurs européens actuels, Kukoc a lâché :

« (Nikola) Jokic est génial, mais j’étais quand même un peu plus rapide que lui, et j’aurais pu sauter plus haut (rires). Bien sûr, je plaisante. Je vois des similitudes chez beaucoup de joueurs. Jokic lit le jeu avec brio, tandis que (Luka) Doncic crée des moments magiques. D’une certaine manière, il me semble que celui qui me ressemble le plus est Giannis Antetokounmpo. »

Toni Kukoc a évoqué les baskets croate et serbe et leurs dysfonctionnements.

« De toute évidence, les Serbes ne sont plus aussi élitistes qu’avant. Ils n’ont pas réussi à se qualifier pour les Jeux Olympiques. Question difficile, nous sommes un petit pays (la Croatie), et nous ne pouvons tout simplement pas trouver la bonne génération. Une bonne équipe a besoin d’une bonne génération. Quelques bons joueurs ne suffisent pas. On a un NBA Five, donc on a des joueurs de qualité, mais ils ne peuvent pas faire grand-chose quand ils viennent quelques jours avant le match. Un athlète joue avec les Jazz, un autre avec les Clippers, un troisième avec les Suns, et ensuite ils devraient se présenter sans le bon entraînement et la bonne préparation pour gifler tout le monde. Cela ne fonctionne pas de cette façon. D’un autre côté, je pense que le problème est aussi que nos gens sont habitués aux succès que nous avons eus. Ils pensaient que ce serait toujours comme ça. Aujourd’hui, tout le monde joue. Regardez ce qui s’est passé à Tokyo. Les Américains ont remporté l’or, mais il n’y a plus de différence de 40 points. Les Slovènes jouent, les Australiens, les Brésiliens, les Argentins, les Français. Je pense qu’il n’y a jamais eu une plus petite différence dans le basket-ball qu’aujourd’hui. »

Photo : NBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019